«Non aux pesticides dans les écoles»

Environnement

Les associations ONGF Allassac et Générations Futures ont organisé, hier, une opération de sensibilisation auprès des parents d’élèves de l’école d’Allassac sur les risques sanitaires liés aux pesticides.

Une semaine après l’intoxication des élèves d’une petite école de Gironde à la suite d'un épandage de fongicide sur des vignes situées à proximité, l’association ONGF Allassac a organisé, hier, une opération de sensibilisation pour éviter que cette situation ne se reproduise en Gironde voire à Allassac.

«Cet événement dramatique atteste de la nécessité de prendre des mesures immédiates pour que nos enfants soient protégés, notamment dans les établissements scolaires où ils passent une bonne partie de la journée» souligne Fabrice Micouraud, chargé de communication de l’association et administrateur de Générations Futures. Mais au delà de dénoncer cet événement dramatique, le collectif se mobilise depuis plusieurs mois pour alerter les pouvoirs publics quant à l’extension d’un champ de vignes à Allassac sur un terrain qui surplombe l’école.

Loin de vouloir entraver le développement de la viticulture sur la commune, le collectif avait pris les devants en rencontrant le vigneron qui envisageait de s’orienter vers une agriculture biologique. Une disposition encourageante que l’association aimerait voir se concrétiser par écrit.

Malgré tout, si l’orientation bio  réduit les risques, elle ne lève pas totalement les inquiétudes de l’association. «Même les parcelles bio peuvent êtres soumises à traitements. Un arrêté préfectoral relatif à la lutte contre la flavescence dorée a été pris récemment en Corrèze et oblige les propriétaires à traiter leurs parcelles» indique le chargé de communication.

Or, la présence de flavescence dorée a été détectée sur douze communes du département dont Allassac.

Une action locale à portée nationale

Cet arrêté prévoit que chacune des parcelles de ces communes soient astreintes à trois traitements.

«Nous demandons juste que le préfet accompagne cet arrêté d’un périmètre de sécurité autour des écoles et des terrains de sports» précise Fabrice Micouraud.

Le collectif est même allé plus loin en s’adressant directement aux Ministres de l’agriculture et de l’écologie en demandant qu'une cohérence soit appliquée entre les mesures prises et celles à venir.

«Si Interdire les pesticides dans les collectivités et créer un label zéro phyto est une bonne chose, comme le fait de protéger les abeilles ; en revanche, ne prendre aucune mesure vis à vis des enfants, comme la mise en place d'une Zone Non Traitée (ZNT) aux abords des écoles ou des résidences riveraines des zones traitées, ou encore des terrains de sport, n'est pas cohérent».

Pour pallier à ces «incohérences»  et dans l’attente de mesures gouvernementales et pour les provoquer, l’association demande expressément aux maires de prendre un arrêté de police pour mettre en place ces ZNT, notamment dans le périmètre des établissements scolaires. Un arrêté «clef en main» que le collectif se dit prêt à remettre aux municipalités.

Un appel du pied auquel la municipalité d’Allassac n’a pas encore emboîté le pas.

«Nous sommes dans une phase de recueil d’informations auprès des différentes parties jusqu’au mois de juin puisque les vignes ne sont pas encore plantées. Il existe aujourd’hui une charte de bonne conduite mise en place par le préfet, c’est du bon sens. Pour le reste, c’est à l’étude mais je ne prendrai pas un arrêté sans en informer le conseil municipal» a déclaré le maire, Jean-Louis Lascaux pour qui les principaux mots d’ordre sont actuellement «information et concertation».

Lebron XIII Elite PE