Fil info
21:44Corrèze : Plus de 2.000 gilets jaunes expriment leur ras le bol -> https://t.co/HysZpjfPQQ
19:38RT : Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:52Dordogne : Une marée de gilets jaunes sur la Dordogne -> https://t.co/tUSBvfYYLI
18:16Pour des raisons de sécurité, les gilets jaunes ont décidé l'interruption de la mobilisation pour la nuit sur Guére… https://t.co/YQ0CIqR5mS
15:55Quand tu arrives à la soirée et que tu n'as pas été très attentif au indiqué sur le carton d'invitation.… https://t.co/MwWTY0K7Rn
14:49A La Croisière, les gilets jaunes se sont positionnés côté Haute-Vienne et côté Creuse occasionnant des bouchons ju… https://t.co/JLiHNklhDn
14:3017 novembre 2017 : "Concentré de colère" / L'Echo https://t.co/viSNBqz2a2
13:06RT : Nouvel incident a . Une femme a été renversée par un automobiliste qui a voulu forcer le barrage au rond-… https://t.co/JPyW1g73zL
13:05RT : rond point de Souilhac bloqué avec barrage filtrant. Sono et casse croûte pour les https://t.co/xOBqquPYSJ
12:31Manifestation des gilets jaunes : d'après la préfecture une quinzaine de barrages filtrants sont toujours actifs po… https://t.co/MlaXUSBfih
12:20Les colonnes de évoquent la position du de l’ https://t.co/kIGBDMaIDs
10:24 Bjr, avez-vous quelqu’un de chez vous à Thiviers? Avez-vous une adresse email que les personnes sur p… https://t.co/ooFFbJeel4
10:20RT : les véhicules passent sur le rond-point des Balladours toutes les 30 min. "On est pas là pou… https://t.co/mlEPqHekqZ
10:20RT : il s agit en fait d un barrage filtrant au rond point des balladours. Agriculteurs, commerça… https://t.co/A0aJtBva68
10:20RT : rond point des balladours complètement bloqué https://t.co/tgGvLo3OQe
10:11Mobilisation des gilets jaunes ce matin : La goutte d'essence qui a fait déborder le vase. https://t.co/YmmQ5s9NjL
10:06 Plus grand que le stade Amedee Domenech à Brive où joue le CAB ... créer un stade… https://t.co/8zaQfKOXS1
08:36Rdv samedi 24/11, pour un moment d’échange et de partage avec , autour d’un footing Ouve… https://t.co/Z4wkQbfKWp

De quel bois se fera l’avenir ?

Forêt

95% de la forêt du Limousin appartient à des forestiers privés au nombre de 140.000.
C’est donc tout naturellement que le Syndicat des Forestiers Privés du Limousin avait organisé vendredi dernier cette matinée de réflexion autour des grands enjeux de la forêt en Limousin au cinéma L’Esplanade à Egletons.
Olivier Bertrand, le président du Syndicat, a animé les débats en présence d’élus régionaux, de professionnels et du grand témoin en la personne d’Henri Plauche Gillon, président de Forestiers Privés en France. Ce dernier a expliqué qu’il «fallait redonner confiance dans l’avenir aux propriétaires forestiers». En effet, la forêt rapporte peu de 1 à 2%... Ce sont des investissements sur le long terme soumis à différentes contraintes : économiques, environnementales.

La forêt limousine est arrivée aujourd’hui à maturité et il s’agit de savoir «Comment on pérennise cette ressource?» s’interrogeait l’élu vert régional Marc Horvat.

Lionel Say, directeur général de la coopérative CFBL, répondait qu’il fallait aussi  «valoriser la ressource».

Christian Ribes, président de l’interprofession régionale forêt-bois Boislim a agité le chiffon rouge, pointant «On coupe deux fois plus qu’on reboise. C’est un chiffre alarmant. Il faudrait mener une action vers le grand public sur la nécessité de reboiser. Les industries ne pourront se développer que si l’on assure la ressource pour les 20-30 années qui viennent».

Philippe Piveteau, dirigeant des scieries Piveteau et Farges, a précisé que le bois jeune partait beaucoup à l’export : «Plus de transformations sur place, c’est plus de rémunérations pour les propriétaires. Il faut une interconnexion entre chaque maillon de la filière pour créer une dynamique».

Lors des interventions, il a été fait cas des «bêtes noires» que sont les chantiers forestiers et les camions-grumiers pour certains élus, inquiets de leurs routes, sans compter des randonneurs soucieux de l’état des chemins. Olivier Bertrand a rappelé l’initiative Transbois 19, étendue maintenant à toute la région.

Jean Pierre Audy, conseiller général de Meymac a parlé d’une «forêt fragile, installée par le Gouvernement à la suite de la saignée de la Grande Guerre. Si il n’y a pas d’accompagnement, d’ici 30-50 ans, il y aura une reconfiguration des territoires et des paysages. La forêt capte l’eau, beaucoup d’impôts»...

Il a été question aussi des relations entre forestiers et agriculteurs «qu’il ne faut pas opposer».

Au  final, le développement du bois énergie a été considéré comme une chance pour la valorisation de la forêt limousine, à condition de ne pas alimenter de monstrueuses chaudières destinées  à la production d’électricité.