Fil info
19:39Dordogne : La Région fait état des travaux réalisés dans les lycées cet été -> https://t.co/IZrXIN6pIf
15:11RT : A dérouler pour ne pas oublier qu'il y a des "journalistes" (qui servent plus la soupe qu'autre chose....) et des… https://t.co/sjW76fq6yX
15:10RT : Une foule de plusieurs milliers d'opposants au G7 a entamé à Hendaye une marche de quatre kilomètres vers Irun, de… https://t.co/PVO9VLe2n0
14:46Bergerac : Si le sas du bar discothèque n’était pas surveillé, l’entrée, si… et bonjour la dérouillée -> https://t.co/CMvnxHSrKa
13:50RT : utilise une loi "antiterroriste" pour empêcher un journaliste militant allemand de couvrir le contre… https://t.co/VQUtiOmz7j
13:50RT : La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
13:49RT : Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr
13:16La fête du Bois de la Croix Rouge en mode banquet autour des fameuses farcidures avant la poursuite des festivités. https://t.co/A4ORvCj9Ht
11:26Brive-la-Gaillarde : Le petit commerce is not dead ! -> https://t.co/ZJMbZxtHmr
07:28France : Façon canicule jusqu’à Périgueux -> https://t.co/ezfk0oCtNH
07:27# # - : Payer pour stationner ou comment se prendre la tête -> https://t.co/QChwZhUyRk
07:27# # - : Payer pour stationner ou comment se prendre la tête -> https://t.co/SEUDBqk9HM
07:19# # - -Vienne : Liaison Limoges-Poitiers: des opérations d’aménagement en cours d’étude -> https://t.co/kkHAjvLRbf
07:14France : D’importants travaux débutent lundi -> https://t.co/1SH5xI7j8w
07:06Région : Près de 400 cavaliers en lice à Pompadour -> https://t.co/v61HQKUKwp
06:55Castels : Un gîte du Périgord Noir ravagé par le feu -> https://t.co/Iz0fpC1sK2

Gaza sous les chars et la diplomatie molle

Guerre. Alors qu’Israël a franchi un palier en intervenant sur terre à Gaza, les négociations pour un cessez-le-feu se déplacent vers la Turquie qui, avec le Qatar, travaille à un plan intégrant le Hamas.

Il y a désormais 274 morts palestiniens, plus de 2000 blessés et le nombre de réfugiés a doublé hier, portant à 4 000 le nombre de personnes cherchant refuge dans l’un des 34 camps de l’agence de l’ONU à Gaza. Et pourtant, la décision d’intervenir au sol de l’armée israélienne n’a provoqué que des commentaires très modérés dans les pays occidentaux, à l’exception notable du ministre des Affaires étrangères norvégien, Boerge Brende, un conservateur, qualifiant l’intervention « d’inacceptable ». L’Espagne s’est contentée de « déplorer », l’américain John Kerry d’inviter à « éviter une nouvelle escalade » tandis que le Quai d’Orsay a appelé « Israël à exercer la plus grande retenue ». Tout le monde est cependant évidemment « préoccupé » et « inquiet ». Mais ce contexte a permis au Premier ministre israélien Benjamin Netayahu d’assumer tranquillement ses actes et de tenir un discours belliqueux hier, affirmant pouvoir « élargir de manière significative » son assaut contre l’enclave et ajoutant 18 000 nouveaux réservistes à son contingent, lui permettant d’en appeler à 65 000 soldats.

Une attitude qui, selon le correspondant de l’AFP à Jérusalem, a calmé les critiques des alliés de droite mais qui témoigne aussi d’une volonté de s’en tenir à des opérations limitées. Et de citer le neveu du général Moshe Dayan, le vainqueur de la guerre des Sixjours : « Nous n’avons pas l’intention de réoccuper Gaza, c’est clair pour tout le monde car on sait comment cela commence mais jamais comment cela finit ». Ou encore le journal Israël Hayom considéré comme le porte-voix du gouvernement : « le gouvernement et l’armée ont le soutien de la population mais ils savent bien que ça ne restera le cas qu’à trois conditions très difficiles à maintenir en temps de guerre : que ce soit bref, que les succès soient nombreux et qu’il y ait peu de morts ».

Les condamnations ont en revanche été plus fermes en Turquie ou en Jordanie qui ont demandé au Conseil de sécurité de l’ONU de tenir une réunion d’urgence hier dans la soirée pour discuter des moyens de mettre fin au bain de sang. Une ONU d’ailleurs sévèrement critiquée par le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan pour son incapacité à assurer la paix. Avec le Qatar, la Turquie tente depuis quelques jours de participer à un accord de cessez-le-feu en parallèle des négociations se déroulant en Egypte. Ils dialoguent avec le Hamas. La raison pour laquelle président palestinien Mahmoud Abbas a demandé à Laurent Fabius lors d’un entretien au Caire, de contacter Turcs et Qataris, « avec lesquels nous avons de bonnes relations parce qu’eux-mêmes peuvent sans doute exercer une influence particulière sur le Hamas » a précisé le ministre des Affaires étrangères français à la presse. Une mission probablement difficile car Erdogan a dénoncé hier « le rôle du tyran Al-Sissi », le président égyptien.

Ce dernier a évincé il y a un an Mohamed Morsi qui était un proche du Hamas. Ne discutant plus avec ce dernier, il tente au contraire de renforcer le rôle de Mahmoud Abbas dans les négociations. Au moment même où l’Autorité palestinienne est très contestée en Cisjordanie, accusée de passivité devant l’assaut d’Israël contre le Hamas malgré la récente réconciliation entre les deux anciens ennemis, le Hamas ayant expulsé le Fatah de Gaza en 2007. Si Mahmoud Abbas a dénoncé publiquement « un génocide » et demandé la protection internationale de l’ONU, il a aussi interdit des manifestations de soutien à Gaza et même fait disperser un rassemblement à coups de grenades lacrymogènes à Jénine. Les critiques montent donc, notamment sur les réseaux sociaux où le président est parfois accusé de « collaboration » avec « l’occupant ».

Repères

20 millions de dollars : ce dont a besoin le Programme alimentaire mondial pour poursuivre ses opérations à Gaza et en Cisjordanie. Avant les affrontements, il distribuait des aides à 285 000 Gazaouis par mois. Depuis, il n’a pu distribuer d’aide d’urgence qu’à 20 000 personnes.

60 millions de dollars ont été demandés par l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens - UNRWA - pour couvrir les besoins des déplacés pour un mois. Ces derniers ont doublé en deux jours, suite à l’attaque terrestre, pour atteindre le nombre de 40 000 pris en charge dans 34 centres dans Gaza.

 

Nike Unveil a Dip Dye-Inspired Air VaporMax Plus