Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

De l'impact éolien

Environnement. Les fédérations de chasseurs et les associations se mobilisent pour compenser les effets néfastes que peuvent avoir les éoliennes sur la faune sauvage. Explications…

En tant qu’énergie renouvelable, l’éolien fait partie des technologies d’avenir. Cependant, malgré tous leurs avantages, ces installations peuvent porter atteinte à la faune sauvage environnante, notamment aux chauves-souris et aux oiseaux.

De multiples impacts

Les études internationales ont ainsi révélé qu’outre l’impact temporaire résultant du chantier, le fonctionnement même des pales mises en service avait des répercussions sur l’avifaune. Il peut d’abord entraîner une mortalité directe, dans le cas de collisions ou de projections au sol par les mouvements d’air. Toutefois, c’est un moindre danger en termes statistiques (moins de soixante morts d’oiseaux par an et par éolienne).

Plus grave est le réflexe d’éloignement induit chez certains animaux par la rotation des pales ou, selon les espèces, des émissions sonores des machines. Il en résulte une perte d’habitat que la Ligue de protection des oiseaux (LPO) a estimé représenter un périmètre pouvant aller de quelques dizaines de mètres du mât de l’éolienne en fonctionnement jusqu’à 1 000 m. Un enjeu de taille pour les oiseaux nicheurs qui peuvent ainsi perdre une zone de reproduction ou d’alimentation.

De même, les parcs ont un effet barrière pour les volatiles en vol qui contournent cet obstacle au quotidien ou lors de migrations, au risque de voir leur habitat fragmenté.

L'expertise des chasseurs

Face aux enjeux écologiques que représentent les parcs éoliens pour les territoires d’implantation, le législateur a prévu la réalisation d’études d’impact environnementales en amont de chaque projet ainsi que la mise en place de mesures compensatoires visant à sauvegarder les espèces locales.

Dans ce cadre, les services de l’État, les associations telles que la LPO, les professionnels éoliens mais aussi les fédérations de chasseurs, dont l’expertise faunistique est reconnue, s’unissent alors pour déterminer et mettre en oeuvre ces actions.

Hormis des mesures propres aux éoliennes – choix du lieu et de la disposition du parc, détection en temps réel, adaptation des périodes de fonctionnement… – , il s’agit de (re)créer des aménagements permettant de préserver l’habitat et les ressources alimentaires des espèces dérangées, tels que l’implantation de haies champêtres et de bandes enherbées.


Zoom

L’exemple de la FDCM. La région Champagne- Ardenne accueille plus de deux cent soixante éoliennes. Dans le cadre du parc de Fère-Champenoise-Euvy- Corroy, dans la Marne, il a récemment été décidé de mettre en place 17 ha d’aménagements visant à offrir des habitats et des ressources alimentaires aux oiseaux nicheurs de la plaine céréalière que sont la caille des blés, la perdrix grise, l’alouette des champs et les rapaces. C’est la Fédération des chasseurs de la Marne (FDCM) qui a été chargée de la mise en oeuvre du projet et qui a réceptionné les demandes des agriculteurs concernés jusqu’à la mijuin. Les plantations sont prévues pour l’automne.


Pollution : Une conduite responsable

Selon l’attitude adoptée au volant de sa voiture, la consommation d’essence peut varier de 20 à 30 %. Il est important d’éviter les à-coups et les accélérations excessives. Rouler à une vitesse régulière en faisant preuve d’anticipation face aux aléas de la circulation est essentiel, car la relance du moteur est la manoeuvre la plus énergivore. Grâce à des distances de freinage plus longues, l’anticipation permet d’utiliser le frein moteur, plus économique que le freinage classique. Le passage des vitesses joue un rôle important dans cette économie d’énergie : passez le rapport supérieur aux alentours de 2000 tours/min pour un diesel et 2500 pour une essence. La vérification régulière (au moins tous les 2 mois) de la pression des pneumatiques n’est pas non plus liée qu’à des principes de sécurité : 0.5 bars en moins provoque une augmentation de carburant de plus de 2 %. Vous pouvez faire aussi 5 % d’économie si vous utilisez des pneus « basse consommation ». Enfin, il est capital d’entretenir son moteur car si vous négligez ce point, vous pouvez atteindre une surconsommation de 25 % ! Rendez service à la nature et votre budget s’en ressentira.


Initiative

Clair comme de l’eau de source. Tandis qu’il nous suffit d’ouvrir un robinet pour boire une grande gorgée, plus d’un milliard d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable. L’organisation Water is Life a mis au point une campagne étonnante pour faire connaître ce problème : elle a développé un livre intitulé Drinkable Book. Bien évidemment, il regorge d’informations sur l’eau et sa préservation, mais il a une spécificité étonnante : chacune de ses pages peut filtrer de l’eau ! Une fois déchirée et placée dans le liquide, elle élimine près de 100 % des bactéries !

Mercurial Superfly Heritage FG