Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB
19:24Boulazac : Face à face poids-lourd-voiture : un mort et un blessé grave près de Périgueux -> https://t.co/JbGEj2ICby
19:19Périgueux : Pour l’égalité des parents devant la loi -> https://t.co/HrDXS6XflH

Jérôme Lavrilleux : "le Périgord Vert sera le cœur du tourisme de la Dordogne"

Tourisme

En ouvrant un gîte en Dordogne, l’homme qui révéla l’affaire Bygmalion Jérôme Lavrilleux fait parler. Si certains ricanent, nombre d’autres tentent de s’attirer ses grâces pour quêter son aide en politique… 

« Ici, il n’y a pas une semaine sans qu’on vienne me demander de l’aide au plan politique ». Ceux qui ont fait le déplacement jusqu’au Mas des Aumèdes en sont pour leurs frais, même si le charme du voyage qui les a conduits à Abjat-sur-Bandiat les dédommage grassement. Jérôme Lavrilleux, l’homme qui, le 26 mai 2014 sur BFM, révéla le gros de l’affaire Bygmalion -qu’il appelle pour sa part plus sobrement l’affaire des comptes de la campagne 2012 de Nicolas Sarkozy- leur oppose, à chacun, un non ferme et définitif. Du conseil en politique, il va pourtant bien en dispenser, dès septembre, en intégrant un gros cabinet dans le VIIIearrondissement de Paris, au sein duquel il va apporter son « expérience de député européen et de directeur de cabinet ». Mais, de la marche de la chose publique en Dordogne, il ne se mêlera pas. Depuis le début juillet, il réserve les terres périgourdines à une activité hôtelière, exclusivement. Il a d’ailleurs tenu à faire les travaux en grande partie avec son père et des artisans locaux, sans demander une seule subvention, on ne sait jamais. Campé sur 14 hectares, le Mas de Aumèdes se déplie en 3 gîtes. La saison inaugurale est prometteuse : les lieux sont occupés à 95% jusqu’au 31 août.

LIRE AUSSI : A Lamothe-Montravel, une grande fête pour le bonheur de mener des combats communs

La Dordogne n’est pas une cachette

« Je ne viens pas me cacher en Dordogne ». Pour une raison supérieure, déjà : Jérôme Lavrilleux n’a pas peur. « Si des gens avaient voulu me faire des ennuis, ils auraient pu ». En outre, peut-être qu’en pleine tourmente, le danger le plus sérieux venait-il … de lui, de sa capacité à résister. « J’ai vécu le pire. Oui, j’ai pensé à me supprimer ». Le rôle de sa famille, « notamment (son) papa et (sa) maman », a été décisif pour le maintenir la tête hors de l’eau, et son infinie reconnaissance filtre. Attention toutefois, Jérôme n’entend pas faire pleurer dans les chaumières. « Je ne me plains pas ». L’enfer ne s’est pas invité par hasard. « Je paierai pour le boulot qu’on m’a demandé de faire ». Toutefois « on imagine qu’en étant dans un tel merdier » depuis qu’il a dégoupillé une bombe politico-judiciaire, la justice accapare tout son temps. « En réalité, j’ai été en garde à vue un jour, de 9h à 18h, puis un matin jusqu’à 15h quand le juge m’a mis en examen, et un jour pour une confrontation ». Son jugement pour complicité de financement de campagne électorale «aurait dû intervenir il y a un an et demi ». En effet, « l’instruction est terminée depuis 3 ans ». Sauf qu’il faut compter avec « les recours dilatoires de Sarkozy ».

LIRE AUSSI : A Périgueux, la MoDem pense tenir son homme providentiel

« 2èmedéputé européen sur 751, pas mal non ? »

« Je fais partie des grands brûlés de la politique ». Reste que le député européen a « mis un point d’honneur » à bosser, bosser et encore. « Vote watch  m’a classé 2esur 751 pour le travail que j’ai effectué… Pas mal, non ? ». Pendant son mandat, l’Axonais « a parcouru 1 500 km par semaine pendant 5 ans, usé 4 voitures » pour rejoindre le parlement car il ne voulait pas dormir à l’hôtel « Ce n’est pas une vie ». Autrement dit, retour systématique de Bruxelles jusqu’à son domicile, proche de Saint-Quentin. Le fief patenté de Xavier Bertrand reste d’ailleurs un berceau dont il ne peut se passer. Non, il n’y nourrit aucune ambition politique. Oui, il est « disponible ». Enfin… mieux. « Et si on ne veut pas de moi, je suis disponible quand même ». Te-te, Jérôme Lavrilleux a un souci ciselé des spéculations hâtives. « Je ne veux pas être maire de Saint-Quentin ». Simplement, ce sont ses terres et il y a les amis de ses 15 ans, « qui sont restés (ses) amis »

LIRE AUSSI : A Bergerac, Daniel Guarrigue en "conseil" pour l'après 2020

Quand d’autres rêvent de devenir pompier…

« Tout petit, j’avais deux rêves, la politique et l’hôtellerie ». Du premier, Jérôme a « fait le tour ». Le pouvoir au sommet de l’Etat, il l’a « vécu de l’intérieur». Il s’est donc naturellement attelé à réaliser l’autre, en recherchant où tenir un gîte, à condition qu’il soit en pleine nature. La qualité professionnelle qui va bien, il avait dans l’idée qu’il pouvait s’en prévaloir : en matière de méthode, il se sentait un tantinet au point. « J’ai passé ma vie à organiser des meetings géants… ». L’affaire lui a donc semblé raisonnable. Pour trouver le bon endroit, il a d’emblée resserré le champ des possibles. «… et je déteste la foule ». Le Périgord s’est imposé, ça a été « un coup de cœur ». L’affaire a ainsi été conclue par hasard à Abjat, et en deux coups de cuillère à pot. Il n’avait pourtant jamais mis les pieds en Dordogne. Reste que, fondu d’histoire, il avait, gamin, été impressionné par Fortune de France de Robert Merle, « un roman qui se passe en partie ici ». Toutefois, sur le fond, il maintient que  « ce n’est pas un choix rationnel ». Quoique… Jérôme Lavrilleux se reprend. « C’est ici, dans le Périgord Vert, que se nichent les atouts du département ». Et l’hôtelier tout frais fait le pari que c’est ce Périgord-là -qui, au passage, accueille à deux pas de chez lui Hermès- qui incarne l’avenir du tourisme en Dordogne, « d’ici 15, 20 ans ». De quoi « renverser les choses au vu de l’histoire du département ». A 40 mn en voiture d’Angoulême, où les TGV rejoignent Paris, et à 50 mn de Limoges, s’il y a besoin d’un CHU, « le Périgord Vert est bien désenclavé ». Notablement moins saturé de vacanciers, aussi. A l’automne dernier, Jérôme a acheté une grange « pour faire un 4èmegîte ». Or, de « trésor de guerre », il n’a pas. Il emprunte par conséquent. « C’est que j’y crois ! ».

LIRE AUSSI : A Périgueux, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a-t-elle "consulté" ?

« Les Périgourdins reposent chez moi » 

« J’ai décidé d’être heureux ». C’est, déjà, « le résultat paradoxal de tous ceux qui, en 2014, ont voulu me dézinguer ». C’est aussi celui d’années débordantes de travail. « Dir’ cab’ à Paris, c’était 6h30-22h30 ». Un emploi du temps qui non seulement prive de voir ses amis, mais ne laisse pas une minute pour lire, quand Jérôme estime que « c’est vital ». D’ailleurs, « avant l’alimentation et les fringues, ce sont les livres qui constituent mon premier budget perso ». Pas trop de littérature, mais de l’histoire, toujours. C’est peut-être son Saint-quentinois, terre que la Grande Guerre a meurtrie, qui continue de rejeter des obus, qui fonde sa passion. « Autour de chez moi, il y a 28 cimetières où des gens de 15 nationalités sont enterrés ». Des Périgourdins y reposent, en nombre, « seuls leurs noms sont restés au pays »

LIRE AUSSI : La secrétaire d'Etat Agnès Panier-Runacher déçoit les syndicalistes des Papeteries de Condat 

« La politique me suit tout le temps »

« Ici, il y a la forêt ». Ça change de la maison, où Jérôme est cerné par « des centaines d’hectares de blé ». Un éleveur voisin avec lequel il a bavardé lui a dit qu’il possédait environ 10 hectares. « A la maison, le plus petit en a 400… ». Ici, « la nuit, vous voyez les étoiles… ». Jérôme a d’ailleurs installé un télescope à destination de ses hôtes. Ici, il s’interdit d’aimanter des clients avec un plan com’. « Seuls ceux qui en ont envie viendront ». A eux de choisir leur programme, entre la visite du « mini Chambord » de Puyguilhem, la ville de Nontron, le village médiéval reconstitué du Peigne, les vraies peintures rupestres (au lieu de répliques) de la grotte de Villars. Dans « le pays au millier de châteaux », le Mas des Aumèdes leur apporte d’autres biens précieux pour décrocher : le silence et un paysage sans vis-à-vis… que Jérôme verrait bien irrigué par la fibre, au lieu de l’ADSL aujourd’hui. Totalement au vert, le Jérome ? « Oh, la politique me suit tout le temps quand même… ». Il lit à haute voix un SMS que lui a adressé un des hôtes, quand il était sur la route qui le ramenait chez lui. France inter avait parlé de Lavrilleux Jérôme et lui, au volant, il avait respiré « un parfum de vacances ».

VOIR LA VIDÉO : Jérôme Lavrilleux oublie Bygmalion pour vanter le Périgord Vert

Fabienne Ausserre