Fil info
23:24 Tellement vrai ! Et triste...
22:42A lire et à méditer: Que vaut une association de bénévoles dans une société qui promeut l’individualisme, le «je pa… https://t.co/ZUpeipEpgl
20:28notre communiqué sur l' et le dans l ' aujourd'hui https://t.co/6ChbCQK4k5
19:58Périgueux : Grosse mobilisation contre la haine et les racismes -> https://t.co/U2RwAQ8i6J
19:14Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/BzKlvfJ5fM via
18:19Le Blanc : Un chèque pour le Secours populaire -> https://t.co/F7fTiGPw9h
18:18Bélâbre : La Comédie bélâbraise rigole en famille -> https://t.co/zx8EuH26Ts
18:17La Châtre : Chantal Goya a enchanté petits et grands -> https://t.co/fTxaqCSl3C
18:15Indre : Appel à témoin -> https://t.co/QhzYi1g2dU
18:15Indre : La région sera bien représentée au salon de l’agriculture -> https://t.co/lLuf3D2Ly1
17:49Face au mécontentement social grandissant, la CGT met en place les mardis de l'urgence sociale. Premier rassembleme… https://t.co/tm7c2QaZsX
17:17RT : L’appel du Barreau pour les rassemblements républicains du 19 février. https://t.co/ZMpHg1kAPw
17:11# # - -Vienne : Une centaine de harpistes du monde entier attendus à Limoges -> https://t.co/yQqMoCOxbi
17:08# # - -Vienne : «En Israël, nous allons droit dans le mur» -> https://t.co/Zs5YCA1on4
17:06# # - -Vienne : Toujours plus de droits humains à défendre -> https://t.co/ep5v1Yd9XO
15:57Région : Plus de trente ans de prestige -> https://t.co/WFDMdoJxZ2
15:45Périgueux : Le vivre ensemble passe par le respect -> https://t.co/g5aoBcWOgl
15:16 Avec L'Echo, j'espère aussi !!!
15:02Disparition de Joseph Akouissonne - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/NnFyGaLQ4C
14:47RT : Fier de mon journal préféré. https://t.co/kQN5TphI73
14:21RT : 🚨⚠️ [FLASH-INFO] Intervention en cours à , rue des Dahlais ⏩ EVITEZ CE SECTEUR et FACILITEZ LE PASSAGE DE… https://t.co/e8a5tv1876
13:35 Votre pizzeria-épicerie fine italienne ouverte à l'année au coeur de Belvès en Périgord Noir https://t.co/dnKTGWPRDC
10:05Périgueux : la FSU appelle les adhérents et plus largement l’ensemble des citoyens à rejoindre le rassemblement pré… https://t.co/6QZtf0teAW
07:57# # - -Vienne : LO, le camp des travailleurs... toujours -> https://t.co/Mow1BrQjOq
07:55Région : Pour une meilleure prise en charge des personnes âgées -> https://t.co/71261YTkIZ
07:53Région : Gérard Vandebroucke; une idée certaine de l’intérêt public -> https://t.co/C3WlEXELUP
07:50Région : Ian Brossat: les Européennes, un enjeu de proximité -> https://t.co/k9t4XVAG7O

La mémoire du bourg retrouvée

Exposition

Jusqu’au 21 octobre à la mairie, une exposition réalisée par un groupe de bénévoles passionnés, sous l’égide de la municipalité,  sera visible aux heures d’ouverture du site. Centenaire de la Grande Guerre oblige, elle y est consacrée avec un éclairage particulier sur la commune.

Lorsque ces passionnés se sont re-
trouvés autour de ce projet, ils voulaient juste permettre à leur commune d’honorer le devoir de mémoire dû à ses anciens.
Ils avaient donc déterminé deux axes de travail, une collecte de souvenirs de cette époque conservés par les familles agonacoises, et un travail de recherche sur les 54 hommes dont le nom figure sur le monument aux morts. En parallèle, grâce au Musée militaire du Périgord et à l’association Mémoire de nos pères, ils ont préparé une exposition mêlant panneaux et objets confiés par le Musée militaire et ceux remis par les habitants. Mais en se penchant sur le passé d’Agonac en 14/18 et les noms inscrits sur le monument aux morts, ils sont tombés sur une véritable mine de renseignements et Jean-François Blanc, ancien officier de carrière pour qui tout ce qui touche au militaire « est du domaine courant », a découvert la vie quotidienne pendant la guerre dans un village comme les autres, et s’est lancé dans la rédaction d’un livre, Agonac pendant la Grande Guerre, qui sera très prochainement disponible. « Ce livre est très représentatif du vécu des petites communes rurales, où presque tous les hommes valides sont partis » confient les bénévoles. Il en est ainsi du conseil municipal, qui comptait douze mem-bres, dont huit sont partis au combat. Il n’en est resté que quatre pour faire tourner le bourg en cette période ou la mairie était le centre névralgique par où passaient toutes les démarches, les dossiers, montés par le secrétaire de mairie qui était également instituteur, mais aussi les informations. Idem pour la poste, le courrier étant alors le seul vecteur de communication. Cinq facteurs étaient nécessaires pour porter tous ces plis aux quatre coins de la commune, tandis que la gare voyait transiter les Poilus en permission, ceux qui repartaient, les fourrages et la nourriture réquisitionnés pour le front, ou encore les chevaux qui, au début de la guerre, constituaient la force rapide de l’armée. S’ils ont très vite été supplantés par l’artillerie, toutes les fermes possédant un ou des équidés en 1914 les ont vus partir pour le front. Les soldats des états-Unis construiront la seconde voie ferrée, bien tard pour qu’elle serve à l’effort de guerre puisque nous étions déjà en 1917. Les recherches sur le monuments aux morts ont aussi donné lieu à des découvertes. Sur une commune comptant 440 hommes en 1914, 276 ont été mobilisés, et 56 ne sont jamais revenus. Or le monument ne comporte que 54 noms, dont huit de soldats originaires d’Agonac, mais où ils ne vivaient plus déjà avant la Mobilisation. Mais leurs familles avaient souhaité qu’ils soient honorés dans cette commune. Les bénévoles ont retrouvé six Agonacois dont les noms ne figurent pas sur la stèle, pour lesquels une plaque additionnelle va être gravée. Enfin, quatre ouvriers saisonniers oeuvrant sur la commune en août 14 et décédés eux aussi au front feront également l’objet d’un hommage. La préparation de l’exposition a également impliqué les élèves de Cm2 du bourg qui présenteront, à la médiathèque plusieurs panneaux de dessins réalisés d’après des poésies axées sur le premier conflit mondial ou écrites sur le front, qu’ils ont apprises à l’école. Ces panneaux resteront en place aux mêmes dates que l’exposition 14/18 - 2018, Agonac se souvient.

En pratique
Le vernissage de l’exposition a lieu ce soir à 18 h 30, en présence des autorités départementales et des maires des principales communes alentours. L’exposition sera ensuite visible tous les jours, samedi et dimanche compris, aux horaires d’ouverture de la mairie. Elle se terminera le dimanche 21 octo-bre au soir. Le 26 octobre, la séance de Ciné-Passion à Agonac restera sur le thème de la Der des Der avec Au revoir là-haut, d’Albert Dupontel, dont l’action se déroule en 1919.