Fil info
18:39RT : Au fait merci pour le coup de projo cette semaine. Ça nous a fait plaisir ! https://t.co/tUxoF9VjQE

Le laboratoire analysé à la loupe

Visite scolaire

«Sois pas si pressé de vieillir », « Bananniversaire », ou encore « un an de plus, ça pique » au-dessus d’un cactus ridiculeusement jovial équipé de lunettes de soleil... Un anniversaire est toujours, quelque part, un florilège de bons mots pas forcément heureux. Le laboratoire départemental d’analyses, dont on fêtait les 20 ans d’implantation à Ajain (1), a eu droit à mieux, à savoir une citation d’Hippocrate : « Que ton alimentation soit ta première médecine ».
«Nous sommes le premier maillon de la sécurité sanitaire de la population», a rappelé mercredi son directeur Jean-Pierre Barreaud, le 8 novembre, en introduction de l’après-midi conférence qui a vu les interventions de Bernard de Froment, avocat de l’assemblée des départements de France sur l’adaptation des laboratoires départementaux et de Jeanne Brugère-Picoux, professeure à l’école nationale vétérinaire d’Alfort, autour de la vache folle. « Les laboratoires départementaux sont nés de crises sanitaires, indique Jean-Pierre Barreaud, et la crise de la vache folle est un bon exemple de comment les laboratoires ont réussi à les juguler. L’an dernier, il n’y a eu qu’un cas sur le territoire français, ce qui illustre bien l’ampleur de ce travail. »
Pourtant, les laboratoires départementaux évoluent dans un contexte national tendu qui nécessite, selon Valérie Simonet, présidente du Conseil départemental, la définition de leurs missions futures pour anticiper un environnement économique et juridique en perpétuelle mutation.
« Dans ce contexte national, l’ADF a souhaité engager une réflexion stratégique sur le positionnement des collectivités territoriales vis-à-vis de leurs laboratoires, explique-t-elle. Un groupe de travail réfléchit actuellement à une classification des missions exercées par le laboratoire, service public et champs concurrentiel, adossée à la mise en place d’une comptabilité analytique fine, permettant de justifier du financement que le Département consent au profit de son laboratoire, de son territoire. »
C’est dans cette perspective de pérennité, que les laboratoires tendent la mutualisation à l’échelon régional ou interdépartemental à l’image de l’entente  existante en-tre la Creuse et la Haute-Vienne  mise en place en 2016. Jean-Pierre Barreaud qui en est le directeur partagé entend fondre en une les deux structures indépendantes. Du moins en ce qui concerne la gestion... « Nous conserverons les deux sites », assure-t-il. « Ne serait-ce que pour les éleveurs qui viennent pour une autopsie. Il faut un service de proximité. »
S.G.
(1) D’abord installé à Guéret, à Cher-du-Prat puis rue de l’Ancienne-Poudrière, le laboratoire existe depuis 1965. C’est en 1994 que le Conseil général a pris la décision de l’implanter à Ajain pour plus de confort. Prise de possession des nouveaux locaux de 1.800 m² en 1997.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.