Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

Entreprise Mazière : dans l’attente de repreneurs et de réponses

Economie

Pour la société Jean Mazière, le couperet est tombé le 29 mars dernier. La liquidation judiciaire prononcée, la seule solution envisagée est désormais de trouver un repreneur.
Dix jours plus tard, et après quatre longs mois de combat pour sauver son entreprise, Eric Brugère, son PDG, ne baisse toujours pas les bras et recherche désormais des repreneurs pour ne pas laisser ses salariés sur le carreau. «L’essentiel, désormais c’est le sort de mes collaborateurs.  Pour repartir le plus rapidement possible il faut trouver un repreneur. Si repreneur il y a je serais là pour l’accompagner» assure Eric Brugère.
Celui qui avait repris cette même entreprise il y a deux ans, dans un contexte bien différent, assure que celle-ci est «viable» après de gros travaux de mise aux normes effectués en 2017 puis étendus après la détection de lystéria dans un produit chez un client. «Aujourd’hui l’outil de production et le carnet de commandes Mazière représente environ 2 M€. Les locaux de 2.500m² sont tout de suite fonctionnels et il y a aussi l’équipe» insiste le futur ex-PDG.
«L’histoire pour moi n’est pas finie parce qu’il y a un savoir-faire et un nom qui ne peut pas disparaître. Ce n’est pas possible ! La marque et la  réputation de l’entreprise ne sont plus à faire !»  glisse Eric Brugère qui n’en démord pas.
Néanmoins, la mise en liquidation judiciaire de son entreprise après les multiples rebondissements que cette dernière a connu demeure   incompréhensible.  «Pour moi l’histoire des cautions, qui ont été très importantes soulèvent des questions. Est-ce que les banques ont eu tous les  éléments, en temps et en heure ?».
Une incompréhension du verdict également partagée par Jean-Louis Lascaux, le maire d’Allassac pour qui, le pire scénario  serait devoir disparaître cette entreprise fondée en 1840 du paysage de sa commune.  «Mon analyse est peut-être un peu brute de décoffrage mais aujourd’hui il vaut mieux être riche et en bonne santé ! La commune a un budget correct. On pouvait nous faire confiance sur la garantie» lâche-t-il.
«Le Département avait lui aussi voté à l’unanimité, la Région également pourquoi cela n’a pas été accepté?» s’interroge encore Eric Brugère. «On était à ça ! A croire qu’il n’y a plus de respect pour la parole de nos élus» insiste-t-il.
Toujours est-il que la mise en liquidation judiciaire actée la machine est lancée. «Les différents créanciers de la société vont déclarer leurs créances auprès du mandataire liquidateur dans un délai de deux mois. Une fois ce passif établi, il va y avoir un inventaire des actifs qui seront ensuite vendus pour contrebalancer une partie du passif» précise Me Virginie Poujade.
Idem pour les 20 salariés de l’entreprise dont le processus de licenciement économique a été enclenché. Un coup de massue pour certains qui  affichaient 37 ans d’ancienneté !
«Même si la liquidation est prononcée, notre boulot continue. Maintenant il faut cravacher pour trouver un repreneur, ce qui serait la solution idéale  pour tout le monde !» insiste Eric Brugère.   
Mathieu Andreau