Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Adieu Monsieur Nonni

« Né le 20 août 1912 à Tulle, il a obtenu son Certificat d’Etudes Primaires à la session de 1925.
A 18 ans, il est embauché au centre de tri de la Poste de la gare d’Austerlitz. Là, il passe le concours du service télégraphique où il est reçu 2e. Il obtient un poste à Versailles où il apprend le morse. Il fait son service militaire de 1933 à 1934 et est nommé receveur des Postes à La Celle en Corrèze. Mobilisé en 1939 et il est naturellement affecté aux transmissions. Il avait l’habitude de se rappeler le terrible instant où «29 de ses camarades étaient tombés lors d’une embuscade». Il est fait prisonnier en 1940 et envoyé en Allemagne pour travailler dans une ferme. Après une tentative d’évasion, il est envoyé dans un stalag où il cassera des cailloux…
Démobilisé en 1945 à Brive, il reprend son travail de receveur et retrouve son épouse qui l’avait remplacé sur ce poste.
A 62 ans, il prend sa retraite et vient s’installer à Rilhac-Rancon où il s’est occupé de diverses associations: pêche, anciens combattants, club des aînés.
M. Noni avait été médaillé de nombreuses fois pour son courage et sa bravoure, notamment il avait reçu en 1999, la médaille du Mérite Fédéral, en témoignage de reconnaissance des services exceptionnels rendus.  Il était fier d’avoir, chaque année, été présent lors des cérémonies aux monuments aux Morts pour la commémoration du 8 mai 1945.
Les années sont passées, sa femme est décédée en mars 2000, les rhumatismes et les douleurs l’ont obligé à quitter sa maison.
Le 10 juin 2014, M. Noni entre au Centre Gériatrique du Muret à Ambazac. Il s’y sentait en sécurité et participait régulièrement aux animations.
En juillet 2016, il est élu membre du conseil de la Vie Sociale de l’établissement où il tenait son rôle de représentant des résidants. Il appréciait les rencontres intergénérationnelles. Il avait apporté son témoignage, lors des exposés réalisés par les collégiens de 3e du collège Jean-Moulin dans le cadre du concours national de la Résistance et de la Déportation. En mai 2017, il avait accepté de lire la dictée d’ELA aux collégiens.
Nous avions fêté ses 102 ans, puis 103, 104 et 105 en août dernier. Il était heureux à l’occasion de ses anniversaires de retrouver ses amis de Rilhac-Rancon, de souffler ses bougies et boire une coupe de champagne en échangeant des souvenirs.
Sa fille unique, Claude, hébergée depuis août 2017 à la maison de retraite a pu vivre et partager les derniers mois de la vie de notre doyen.
Et puis ce 9 décembre dernier, M. Noni s’en est allé doucement. Il reste, dans ma tête, toutes les histoires qu’il aimait raconter et transmettre, pour que notre mémoire n’oublie pas le sacrifice de tant de combattants pendant la guerre.
En ce triste moment, nous avons une pensée pour sa fille.»
Catherine Sardaine, mandataire Judiciaire du Centre Gériatrique du Muret adjoint
au maire d'Ambazac

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.