Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Une folle équipée pour se marrer

Tous sur le pont

Samedi, toute la ville d’Argentat était sur le pont pour la cinquième édition de sa fête éponyme. Une journée festive et décalée au programme fourni et obligatoirement tournée vers la Dordogne. Malgré la canicule, près d’un millier de personnes étaient réunies pour s’amuser sur l’eau et autour.

La cité argentacoise toute entière aurait-elle été victime des fortes chaleurs durant le week-end ?
Le touriste non initié pouvait légitimement se poser la question à la découverte des doux olibrius qui voguaient tant bien que mal sur les flots engourdis de la   Dordogne à bords d'embarcations brinquebalantes.
Et pourtant la canicule n’y était pour rien. Il s’agissait juste d’un temps fort de la cinquième édition de «Tous sur le pont». Une fête un brin décalée imaginée par des organisateurs en pleine possession de leurs moyens. «Tous sur le pont est avant tout une fête de copains, née d’une amitié. Il y a quelques années nous avons, cette bande de potes, tous originaires où vivant à Argentat, fait le constat que le village, malgré ses atouts patrimoniaux indéniables, faisait un peu figure de belle endormie. On trouvait clairement l’ambiance un peu tristounette. Pourtant pleins de villages organisaient des fêtes sympas» se rappelle Nicolas Mignard, membre de l’association et ancien président.
Car dans cette association tout est fait pour ne pas se prendre au sérieux. Preuve en est : ses statuts imposent de changer de tête tous les deux ans.
Partant de ce principe, la bande de potes n’a pas eu à chercher bien loin pour trouver l’actrice principale de leur fête décalée : la Dordogne et son histoire avec les gabariers. «La gabare traditionnelle ne nous parlait pas tant que ça. On a donc imaginé une descente de la
Dordogne en radeaux construits par les participants eux-mêmes. Car l’idée de Tous sur le pont c’est que les gens ne soient pas spectateurs mais acteurs de la fête» précise-t-il. Et les participants ne se font pas  fait priés. Grimés, perruques vissées sur le crâne, les gabariers d’un jour ne manquent pas d’imagination tant dans la construction de leur embarcation de fortune que dans leurs petits noms. Rad of thrones, les rastas de la Dordogne, les Bricalots à bord d’un radeau en forme de rubik's cube ou encore Lou pintou fou faisaient partie de la trentaine d’équipages alignés au départ. Tout ce petit monde avait défilé le matin même dans les rues de la cité argentacoise à grand renfort de fumigènes, pétards et au rythme de l’Etincelle Branceillaise avant d’être bénis d’une manière très rock-and roll par le curé de la paroisse.
Et les signataires pour s’embarquer dans cette galère étaient loin d’être les seuls argentacois agités du bocal. Parmi les concurrents, certains équipages provenaient du Loir et Cher, d’autres de la région lyonnaise avec, certes, toujours une petite attache corrézienne à bord.
Une course folle d’un petit kilomètre que les gréements de fortune ne terminent pas toujours entiers au grand plaisir des spectateurs massés sur les quais et, canicule oblige, un peu plus en amont sous les rives ombragées de la Dordogne.
Ils étaient plus d’un millier cette année à s’être déplacés pour admirer les frêles embarcations regrettant parfois ne pas faire
partie de cette bande de joyeux drilles pour profiter ainsi de la fraîcheur des eaux de la Dordogne. L’organisation avait également prévu quelques nouveautés pour les distraire lors de cette cinquième édition. Aux premières desquelles une course de «petits gabareaux» devant les quais, mais aussi une démonstration de joutes nautiques pour quelques passes emplies de tradition comme un clin d’œil à l’âme des gabariers argentacois.  
Sur les quais, un groupe de jeunes femmes arborant des tenues bigarrées sont venues fêter un enterrement de vie de jeune fille. Il est fréquent que les activités farfelues proposées par Tous sur le pont tapent dans l’œil de ces autres bandes d’amis toujours en quête d’originalité pour offrir une expérience hors du commun souvent marquée du sceau de l’excentricité.
Et dans ce domaine, nos jeunes femmes ont été servies ! Car si la «course» désigne un vainqueur d’autres prix viennent récompenser l’originalité mais aussi l’ambiance. Une chose est sûre, il n’en manquait pas ce week-end à Argentat.

Mathieu Andreau

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.