Fil info
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6
11:07Bergerac : Un nouveau souffle au sein de l’union locale CGT -> https://t.co/0EnwmjpZeC

Histoires de passages pour des liens durables

Festival

Le pays d’Argentat accueille la première édition des rencontres-promenades «Histoires de passages» jusqu'au 19 juillet. Une expérience locale-globale, pour mettre en valeur les compétences locales tout en s’ouvrant sur le monde dont les maîtres mots sont l’échange et la solidarité.

Philosophe, écrivain, artiste, cinéaste, historien du visuel, muséologue et directeur d'institutions patrimoniales, Laurent Gervereau est  à l’image des rencontres-promenades «Histoires de Passages» organisées cette semaine dans le pays d’Argentat : multiples.
«Le terme rencontres-promenades caractérise pleinement l’opération et son originalité. Contrairement aux festivals que l’on voit  un peu partout, le fonctionnement d’histoires de passages est assez différent. Les gens vont se rendre d’un événement à l’autre en se promenant sur trois jours et demi pour assister à des rencontres très variées pour toucher un maximum de publics» indique le directeur artistique des Histoires de passages.
Un fonctionnement atypique dont le principal moteur de  la vingtaine de rendez-vous proposés du 16 au 19 juillet est l’échange.
Ces rencontres-promenades, Laurent Gervereau les a imaginées aux antipodes des gros festivals, «Ces soucoupes volantes où l’on fait venir des têtes d’affiche que l’on retrouve un peu partout par rapport à des «préoccupations marketing mais qui n’ont rien à voir avec le tissu local».
«Avec ces rencontres-promenades on a essayé d’avoir quelque chose de complètement différent, de singulier, d’original, où les compétences locales et les lieux sont mis en valeur et toujours dans l’échange avec des personnes venues de France et des cinq continents. C’est une démarche
locale globale» précise Laurent Gervereau.
«Toutes ces personnes viennent totalement gratuitement. Elles ne  se font absolument pas payer et sont hébergées chez l’habitant ce qui permet là aussi des échanges. C’est vraiment un état d’esprit  de la solidarité, de la générosité, du don de soi. Je pense que c’est ce qui fait la force de cette manifestation» souligne le directeur artistique.
Cette spécificité motivée, tant par les difficultés à trouver des financements que par la nécessité de créer «un lieu de rencontres, de créations et d’attaches durables sur et pour le territoire», s’explique aussi par «un besoin de résistance pour mettre en relation et en valeur toutes les compétences locales». «C’est une expérience «rétrofuturo». Celle d'un passé dont on a choisi des traditions en les mêlant avec des inventions, des innovations» indique Laurent Gervereau.
Un joyeux mélange des genres qui verra ainsi cohabiter un hommage  à André Malraux et sa notion de «Musée imaginaire» présentée par l’historienne des arts à la Sorbonne Maureen Murphy avec une démonstration culinaire de la tête de veau. Une installation artistique sera l’occasion d’évoquer le passage de Claude Nougaro à Argentat en présence de sa femme. Catherine le Forestier et ses amis donneront un concert à Monceaux-sur-Dordogne. La fille de Jean Vigo présentera l’Atalante au cinéma Le Turenne. L’artiste, Diadji Diop qui a réalisé le Coulobre, véritable mascotte des rencontres, devrait collaborer avec les Sièges d’Argentat pour créer un meuble inédit.
Musique, poésie, écologie, histoires, jeux-vidéos, géographie, littérature, expositions sont inscrits au programme très dense de ces quatre journées de rencontres et d’échanges.
Autant de thèmes que de rencontres qui devraient alimenter sans mal les discussions lors des promenades.
«Cette diversité des approches dans le respect mutuel est très intéressant, il est important de relever ce défi pour mettre en valeur le tissu local».
Un «festival» à part pour lequel le directeur artistique n’a qu’une seule crainte : un trop grand succès. «Si ça devient un prétexte snobinard, cela n’aura plus aucun intérêt. Il faut que cela reste respectueux des lieux, des paysages et des modes de vies locaux» insiste Laurent Gervereaux.
Plus de renseignements sur le site de l’association www.histoiresdepassages.com

Mathieu Andreau


Aujourd'hui
A 11h30 «Chez Maryse» à Monceaux (sur inscription) : L’accordéon de Marie-Laure Fraysse dans un cabinet de curiosité.
A 14 heures au cinéma d’Argentat, projection de l’Atalante de Jean Vigo présenté par sa fille, Luce Vigo.
A 16h30, Florence Compain, directrice du CPIE de la Corrèze, expliquera la richesse des sols.
A 18h30 à l’Oppidum gaulois au Puy du Tour (Monceaux), l’auteur Franck Bouysse parlera de polar tandis que la belge Fanchon Daemers chantera a capella dans la nature.
A 20 heures, grillades au stade de rugby d’Argentat, suivies à 22 heures d’une rencontre avec la philosophe Yala Kisukidi sur les rapports entre civilisations. L’artiste Sinono détournera le château du Gibanel en palais indien.
Demain
A 9 heures à la mairie d’Argentat, Emmanuel Déhan présentera le vélo de Poulidor lors du fameux duel Anquetil-Poulidor en 1964.
A 10 heures à la Maison du patrimoine d’Argentat, place à la BD avec l’artiste chinois Xin Ye mais aussi à la sculpture avec les caricatures en relief de Philippe Mougey.
A 11h30 : A la découverte de la planète mars avec le groupe Imago Sekoya.
A 14h au Rucher de la Maronne, présentation des ruches de Paul Eyrignoux.
A 15h30 au stade municipal d’Hautefages, conférence de Marc Dufumier, de l’école d’agronomie Paris Tech sur les fruits et légumes d’antan.
A 16h30 dans les fermes du Moyen-Âge à Saint-Julien-aux-Bois, Marie-France Houdart parlera des femmes en Limousin dans l’Histoire tandis que Pierre Gire expliquera la vie quotidienne dans un village du Moyen-Âge.
A 18h30 la scierie Duclaux à Saint-Geniez-ô-Merle recevra l’artiste George Orrimbe, membre de l’OuPeinPo (Ouvroir de peinture potentielle, parallèle à l’Oulipo).
A 20 heures, aux Tours de Merle, avec des installations artistiques, spectacles, conférences, témoignages de terrain, mais aussi la présence de l’ornithologue et chroniqueur radio Jean-Michel Teulière qui fera découvrir les spécificités de la nature en Xaintrie.
Dimanche 19 Juillet
Dès 9 heures à la salle polyvalente de Saint-Chamant (sur inscription), l’historienne Maureen Murphy parlera du «musée imaginaire» d’André Malraux. Une causerie qui sera suivie d’une démonstration de tête de veau.
A 11 heures, à l’atelier «Les sièges d’Argentat», le meuble créé par Diajdi Diop sera dévoilé au public.
A 14 heures à l’ancienne bibliothèque d’Argentat, Sandrine Lullie dispensera ses leçons d’urbotanique pour reconsidérer les espaces de nos villes en autant de jardins insoupçonnés.  
A 15h et 16 h sur le quai de la Dordogne (sur inscription), des joutes poétiques en gabare pour faire revivre la tradition du félibrige et celle du port fluvial autour de Philippe Di Folco, président de l’association seront invités : Pierre Bergougnioux, Marie-Laure Dagoit, Charles Pennequin, Nicolas Arcilea pour déclamer leurs gnorles.
A 17 heures sur le pont d’Argentat, inauguration du Coulobre réalisé par Diadji Diop.
A 17h30 organisateurs et spectateurs se retrouveront sur le pont d’Argentat pour clore cette première édition dense et variée.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.