Fil info
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd
21:30Tapisseries d'Aubusson ds , 1 des talents artistiques de la Creuse à découvrir dans cet inédit tt à l'h… https://t.co/S0qhYzGUEc
18:59Bergerac : La vague jaune déferle sur Bergerac -> https://t.co/DkO6T3tY3i

Le Centre de tri du SICRA ouvre ses portes

Recyclage

Le Centre de Tri du SICRA d’Argentat ouvre ses portes cette semaine au public et aux élus. L’occasion de découvrir encore demain après-midi l’unique centre de tri de la Corrèze récemment réhabilité et modernisé. Un maillon fort de la chaîne vertueuse du tri sélectif.
Derrière le geste essentiel du tri, il y a une autre chaîne, celle de traitement des déchets. Le Centre de Tri du SICRA  (Syndicat Intercommunal à la Carte de la Région d’Argentat) implanté sur la commune de Monceaux-sur-Dordogne (route de Neuville au lieu-dit «Bondigoux») fait partie de ce processus de valorisation de traitement des déchets ménagers.
Le syndicat fédère 31 communes. «Le syndicat assure un service de prestataire pour le SYTTOM (lire encadré NDLR). Le centre reçoit les ordures et les produits de la collecte sélective des secteurs d’Argentat, d’Ussel, Egletons et d’une partie de Brive* et également de Tulle. Nous nous rapprochons du Cantal et de la commune de Salers. L’idée est que nous avons l’installation, autant la rentabiliser. L’objectif avéré est de traiter 3.500 tonnes par an» explique Daniel Grégoire, vice-président du SICRA en charge du Centre de Tri.
Pour ce faire en 2014, le centre du SICRA a fait l’objet d’un investissement important de 1,367M euros pour sa réhabilitation et son extension. Le SYTTOM en était le maître d’ouvrage. Construit en 1998,  ce centre  dédié initialement au périmètre du SICRA avait atteint ses limites tant en terme de capacité que dans ses conditions d’exploitation d’un autre temps.
Cet investissement a permis d’offrir de bien meilleures conditions de travail aux douze agents du site et de moderniser l’outil de production de balles à valoriser. Avant ces travaux, le centre traitait 800 tonnes par an. L’an passé pour sa première année pleine, le volume est passé à 3.150 tonnes.
Les deux journées «portes ouvertes» organisées ce mercredi et demain de 13h30 à 17h30 ont une forte vocation pédagogique pour les acteurs du syndicat.
«Les élus ont la volonté de faire connaître cet outil de travail rénové tant à la population qu’aux collègues élus qui souvent statuent, votent, délibèrent sur des décisions qui touchent le centre de tri sans en connaître ni le fonctionnement, ni les conditions de travail des agents, ni ce que représente un tri bien effectué» explique Marie-Claude Carlat, secrétaire générale du SICRA.
Un travail effectué par les deux équipes de six agents en poste de de 5h à 12h  et de 12h à 19h (avec deux pauses d’un total de 40 minutes).
Le process a intégré une trémie d’alimentation ouvre sac, un séparateur magnétique (un aimant puissant) qui extrait automatiquement l’ensemble des ferreux. Un crible balistique (équipé d’une soufflerie) sépare les corps plats (papiers, cartonettes...) des corps creux (bouteilles plastiques, briques alimentaires, boîtes de conserve...).
Cet équipement permet d’augmenter la vitesse de tri et facilite le travail des trieurs en régulant le flux de matériaux sur le tapis.
*L’autre partie des déchets de Brive part vers le centre de tri de Saint-Jean-la-Gineste dans le Lot, propriété du SYDED 46  et partenaire du
SYTTOM 19. En retour, le SYDED 46 fait traiter une partie de ses ordures ménagères à l’incinérateur de Saint-Pantaléon-de-Larche.
3.150 tonnes traitées en 2015
Le centre de tri du SICRA a traité 3.150 tonnes d’emballages en 2015. Une fois les différentes étapes de tri réalisées, les déchets sont compactés sous forme de balles (acier, plastique -clair-opaque-foncé-tétra, carton, papier, aluminium) puis revendus à des industries de recyclages pour la fabrication de nouveaux produits. Le refus de tri représente en moyenne 8 kg par habitant et par an (des kilos qui comptent double sur la facture car traités 2 fois).
Le Syttom 19
Le Syndicat de Transport et de Traitement des Ordures ménagères de la Corrèze (SYTTOM 19) est un établissement public chargé d’organiser, de traiter et de valoriser les ordures ménagères résiduelles et les produits issus de la collecte sélective. Il est au service de ses 323 communes adhérentes, représentant 265.000 habitants en Corrèze. Il dispose de trois unités de traitement : un Centre de Tri à Argentat et deux unités de valorisation énergétique, une installée à Saint-Pantaléon-de-Larche et l’autre à Rosiers-d’Egletons. La capacité de traitement du Centre de Tri d’Argentat est de 3.500 tonnes de déchets par an. Il a pour mission de traiter et trier les produits issus de la collecte sélective. Il emploie douze agents par équipes de 6 (une du matin et une l’après-midi).

Serge Hulpusch