Fil info
16:38Par contre, cette année, l' n'est plus là pour publier une photo de la commémoration au monument de l'e… https://t.co/euZNNcnbwt
14:55RT : Donner plutôt que vendre ou jeter, en quelques clics https://t.co/NbfaHrTj7k https://t.co/KCSKlGehoP
14:54RT : Séisme dans le sud-est : quatre blessés dont un grave (nouveau bilan préfectures) https://t.co/yxerv4pHvG
14:52RT : Après la démission d’Evo Morales, la Bolivie plonge dans l’inconnu https://t.co/bdeqjA64kS
14:48RT : Le commandant des forces armées avait exigé la démission de . Cette démission aux allures de coup d’Etat n’… https://t.co/p62tAQPYwp
14:47RT : « Le vinyle, on a commencé avec, on finit avec » : à Limoges, deux copains disquaires ont ouvert leur magasin il y… https://t.co/ZC45kNiNe2
14:40RT : Au lendemain des élections législatives qui ont vu un essor massif du parti fasciste Vox, des manifestants bloquent… https://t.co/CFZb5qTIrZ
14:38RT : Mardi 12 Novembre, disons stop à la précarité étudiante ! https://t.co/7gnj4omXPu
14:36RT : "Ce canard c'était un patrimoine, c'était le quotidien de la classe ouvrière" Georges Châtain, journaliste à l'écho… https://t.co/CTqnpWhBoL
14:35RT : Disparition de l'Echo Dordogne. Pour Germinal Peiro : "un signal inquiétant pour le pluralisme des idées (...) Il… https://t.co/UEaWHp8gIO
14:33RT : Hommage mérité pour une personne discrète et fidèle à la table de presse et à son métier de journaliste depuis tant… https://t.co/QnpGmShQ7q
14:27RT : Durant 33 ans, Gérard Raymond, mon ex-collègue du service des sports de n'a loupé qu'un seul match de ch… https://t.co/i34BFuY9RV
10:20VIN de PAILLE : attaqués par le Jura, les Vins de Corrèze conservent leur A.O.C. “Vin de paille”… https://t.co/aOKncVxOlk

Les salariés de Blocfer en grève

Social

Cela n’était pas arrivé depuis des décennies... Les salariés de l’entreprise Blocfer à Argentat se sont mis en grève reconductible ce mardi, après l’échec des Négociations annuelles obligatoires (NAO).
Le mouvement est d’ampleur et très bien suivi. Il a commencé par un débrayage lundi matin, «pendant cinq heures pour la partie production et pendant deux heures et demi pour le service administratif», précise Yannick Mielvaque délégué CGT. «Car nos revendications concernent l’ensemble du personnel».
Les employés demandent une augmentation de salaire de 60 euros brut par mois, trois jours de plus sur le compteur épargne temps, la prime du samedi en équivalent de nuit, le respect du protocole des 35 heures et une meilleure organisation de l’atelier avec moins d’intérimaires.
Les salariés ont revu leurs exigences à la baisse après deux premières réunions avec la direction. Au départ, ils demandaient une hausse de 150 euros brut. De son côté, l’entreprise offre une augmentation de 0,7% et «les samedis travaillés payés en heures supplémentaires le mois en cours au bout du troisième samedi». La troisième entrevue n’a pas abouti non plus à un accord.
A la suite du débrayage, «la direction a proposé de reprendre les négociations si on cessait le mouvement. Elles se dérouleraient ce jeudi lors d’une réunion avec le directeur industriel et le directeur des ressources humaines du groupe sur le site. Nous, on souhaite négocier tout en restant mobilisés», explique le délégué CGT. La grève a donc succédé au débrayage avec un rassemblement devant le site. Du jamais vu à l’entrée de la ville depuis très longtemps.
Les salariés de Blocfer estiment que leurs efforts n’ont pas été récompensés. En 2015, ils ont renoncé aux NAO et l’année dernière ils ont obtenu 10 euros brut en plus à la fin du mois. «Depuis début janvier on est à huit heures par semaine alors que l’on devrait être à sept. Le protocole n’est pas respecté», souligne Daniel Dayre, le délégué FO. Les ouvriers sont toujours prêts «à revenir les week-ends, faire des heures supplémentaires». En échange, ils attendent des encouragements.
Filiale du groupe Deya basé à Niort, Blocfer est spécialisé dans le bloc porte bois technique. Le site d’Argentat compte 197 personnes. «Nous avons du travail mais notre usine perd de l’argent comme d’autres sites du groupe. Le matériel a vingt ans d’âge, on ne voit plus venir d'investissements», indiquent les délégués syndicaux qui «se posent des questions». «Nous n’avons aucune visibilité sur l’avenir. Cela reste vague».  La grève se poursuit aujourd’hui. Ce matin, la direction reçoit les syndicalistes.

Karène Bellina

Nike Bonafide