Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).

Une réserve au fil de l’eau

Biodiversité

Le  projet  de création d’une réserve de biodiversité sur l’actuel site des Gravières à Argentat  va doter le département de la Corrèze de son premier espace sensible.  «Une opportunité» à saisir selon Pascal Coste, président du Conseil départemental.

Le projet de création de la réserve départementale de biodiversité à Argentat porté par le Département  a fait l’objet d’une présentation publique, salle des Confluences à Argentat mardi soir.
Cette présentation  a drainé une assistance relativement nombreuse, un public attentif qui n’a pas manqué de poser des questions pertinentes,  parfois pointues sur un sujet sensible. «L’ensemble du projet n’est pas complètement calé. Le site industriel des carrières a fait l’objet d’une  procédure réglementaire d’arrêté de la Gravière acquis par le Département depuis un an» précisait en préambule Pascal Coste, président du Conseil départemental de la Corrèze. Pour mener à bien ce projet, la collectivité travaille avec EDF, «partenaire naturel de la vallée». «Il est important d’être avec EDF pour ses compétences techniques. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi quand on renature un tel espace de 40ha» soulignait Pascal Coste.
La Corrèze était le seul département à ne pas avoir un espace naturel sensible.
Le site des Gravières viendra en extension du site Natura 2000 existant, un espace qui est pratiquement en centre-ville et en bordure d’axes routiers.
«Le choix a été fait de pouvoir accueillir du public et de ne pas en faire un site totalement fermé. Il peut participer à la dynamique de la vallée de la Dordogne» affirmait le président Coste. Les études menées par EDF et d’autres partenaires (LPO, Corrèze Environnement, Agence française de biodiversité) a mis en exergue «un indice de qualité écologique avec une note pas si mauvaise, 78% sur les 40ha» pointait le représentant d’EDF.
Et de préciser «on est au carrefour de plusieurs environnements et espaces climatologiques».
C’est ainsi que l’on trouve sur le site l’hirondelle des falaises, des libellules, des tritons marbrés, des balbuzards... «On va prendre en compte cette présence pour leur créer un habitat favorable».
Sur ce site se trouvent également des plantes invasives (robinier, faux acacia, raisin d’Amérique, renouée du Japon...) qui feront l’objet de  traitements, pour permettre la plantation de nouvelles espèces plus en rapport avec  le milieu naturel.
L’étude hydraulique va amener «à changer l’aspect visuel du site pour avoir une pérennité des digues. Les Gravières ont de 12 à 14 m de profondeur. On a calibré des déversoirs pour réguler la Dordogne» était-il précisé. Depuis début janvier, le traitement  des plantes invasives a commencé et suivront les travaux de restructuration du site à partir du mois de juillet pour une durée de huit mois. L’ouverture du site est programmé pour le Congrès mondial de la nature en  2020.
Les travaux menés sur le site des Gravières vont conduire à une modification des berges pour créer une zone tampon.
Pour cela, il est prévu de récupérer 250.000 à 300.000 m3 de matériaux.
La plateforme technique va être transformée en zone humide et servira de refuge aux canards. Deux lacs existent sur le site. La fonction du lac 1 ne sera pas celle  du lac 2 : «Ce sont deux fonctionnements totalement différents» insistait le technicien d’EDF.
Le coût de l’opération est évalué à environ 4M d’euros avec des partenaires financiers très engagés que sont EDF, l’Agence de l’eau, l’Etat, et le programme Life Europe. La création de cette réserve de biodiversité et d’autres opérations sur la vallée de la Dordogne permettra de candidater  à nouveau pour le label Unesco, la vallée de la Dordogne  étant classé réserve de biosphère par l’UNESCO depuis 2012.

Jean-Paul Valadour