Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

Plongée dans l’histoire des ateliers de confection Gravereaux

Récemment avait lieu l’inauguration de l’exposition intitulée « Les Ets Gravereaux de Boulogne-sur-Seine à Argenton », en présence de la famille venue de toute la France pour retracer l’histoire de la plus grosse chemiserie argentonnaise des années 1950 où étaient fabriquées les chemises Triplefil et Pierre Cardin.
C’est dans les locaux de l’ancienne entreprise devenue Musée de la Chemiserie et de l’élégance masculine, aujourd’hui, qu’est présentée cette rétrospective sur cette importante activité industrielle qui a donné du travail aux ouvrières argentonnaises et alentours. Si cette mémoire est bien conservée c’est grâce à son directeur Jean René Gravereaux, fondateur de l’association des Amis du Musée de la Chemiserie en 1981, qui avec son épouse Solange et d’anciennes ouvrières a pu réunir de nombreux témoignages photos et autres, ainsi que la collecte d’objets se rapportant à cette activité. Le départ de cette épopée industrielle pour la famille Gravereaux, s’est fait en 1910 à Paris quand René Gravereaux crée son entreprise et les ateliers de fabrication à Boulogne en s’associant avec Gaston Chastel qui deviennent en 1915 « Gravereaux et Cie ». Les années 1920 permettent le plein développement de l’usine de Boulogne et René Gravereaux obtiendra d’être reconnu au sein des fabricants de chemiserie-lingerie, ce après avoir étendu son patrimoine industriel en reprenant divers ateliers de confection. En 1940, il choisit Argenton-sur-Creuse pour mettre à l’abri une partie du matériel et les marchandises de l’usine Boulogne, et c’est en 1944 que les enfants se portent acquéreurs des ateliers situés rue Charles Brillaud. Ce qui a retenu l’attention de la presse professionnelle durant toutes ces années c’est la bonne organisation de l’entreprise dans les différents ateliers, la recherche pour améliorer les conditions de travail par de nouveaux matériels, l’intéressement du personnel au progrès de l’entreprise, sans oublier toutes sortes de services et d’avantages au sein du comité d’entreprise créant un climat de saine émulation dans l’entreprise. En témoigne les nombreuses photos, les évolutions des différentes machines, mais aussi tous les modèles qui rappelleront à de nombreux visiteurs la mode des dernières années d’après-guerre. Cette exposition sera visible jusqu’au 1er octobre du mardi au dimanche de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 18 h.

Contact : Musée de la Chemiserie au 02 54 24 34 69. www.museedelachemiserie.fr

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.