Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

L’Artboretum expose Peintures 2018-2019 de Joël Frémiot

« Des à-côtés accotés aux côtés du tableau : resterait-il encore quelque chose à gratter en peinture ? Peut-être y aurait-il un fil à tirer quand les contrevents se rabattent et qu’un rai cabriole, se coule, puis oblique. Un trémoussement de lignes défaufilées. Ne se discernent alors que les noirs couturés et leurs ourlets chromatiques qui n’en finissent plus de s’effranger », c’est ainsi que Joël Frémiot définit sa nouvelle exposition intitulée Peintures 2018-2019. Cet artiste, à la fois peintre et poète, est un habitué des lieux. Il est d’ailleurs l’un des premiers artistes à avoir exposé à l’Artboretum, dès sa création en 2002. Il a également travaillé à plusieurs reprises avec Jacques Victor Giraud, directeur du lieu.
Né en 1947, ce Parisien installé dans la campagne berrichonne a été séduit par son paysage bocager et le silence, propice à la création. D’abord poète, dont les premiers recueils ont été publiés aux Éditions du Seuil, il a très vite senti le besoin de peindre, à tel point que les deux expressions se substituent dans un va-et-vient incessant. Son parcours pictural prend très vite une dimension nationale et internationale par le biais de foires d’art contemporain et de biennales, auxquelles s’ajoutent de multiples invitations à exposer dans des lieux d’art, publics et privés. Sa route a croisé un temps celle des hypergraphistes (peintres lettristes) et celle du groupe Support-Surface. (1973-1975).  Sur des toiles libres de grand format aux fonds imprégnés de couleurs glycérophtaliques, il traçait des formes géométriques qui se répétaient, par décoloration ou surcharge chromatique, dans un agencement complexe. La préoccupation quasi obsessionnelle de Joël Frémiot est alors la couleur dans sa surface et dans son graphisme. À partir de 1980, il réduit ses formats, abandonnant le gigantisme. Il a ainsi recours au dépouillement, laissant une grande place au dessin sur des supports plus réduits et variés tels que l’ardoise (un panneau ardoisé est visible en permanence à la Chambre de métiers et de l’artisanat de l’Indre), le bois, la plaque de polypropylène découpée... Cette exposition est l’occasion de mesurer le chemin parcouru depuis les années soixante-dix jusqu’à son travail actuel.
Du noir
surgit la couleur
« C’est comme un gribouillis de zigzags dans le lait obscur qui précède l’aurore », cette citation de Pascal Quignard, que Joël Frémiot affectionne, est ce qui résume le mieux les vingt et une œuvres exposées. Ces toiles ont été peintes de couleurs vives et ensuite recouvertes de peinture noire. Un noir plus ou moins empâté qui absorbe la lumière. Ou plutôt deux noirs différents pour marquer une division de la toile en deux plans. « Cette frontière est un franchissement, on passe dans un autre territoire, une autre langue. C’est mon pré carré et j’offre ainsi au spectateur, le vide », précise l’artiste. Et puis, comme s’excusant de passer par là, il biffe la surface, l’égratigne et fait ainsi ressurgir la couleur, à la manière d’une « archéologie miniature », toujours à la périphérie de la toile, comme pour indiquer que le geste sort du support. Dans cette stratégie chromatique, le dessin retrouve la couleur de manière poétique dans une graphie illisible. Rien de figuratif mais des hachures, des zébrures, qui, agencées dans l’espace de la pièce, tendent à créer une « phrase ». « Nul sens caché. Nulle symbolique des couleurs. Juste un jeu sur les valeurs, les nuances, les contrastes. Joël Frémiot propose une méditation strictement picturale. Au regardeur de l’appréhender, de se l’approprier pour la mener où il veut. Ailleurs », souligne Solange Clouvel, sa femme.
Sophie Tymula

Peintures 2018-2019, du 23 mars au 8 mai. De 15 h à 19 h et sur rendez-vous. Artboretum - Lieu d’art contemporain, Maison des Arts 36200 Argenton-sur-Creuse. Téléphone 02 54 24 58 84.
www.artboretum.fr, info@drong.org

jordans for sale white