Fil info
22:40 Garder la mémoire pour soutenir notre tête !
21:33RT : Élections européennes : en Dordogne, les premiers résultats tombés donnent tous le RN en tête. Mauvaise soirée...
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal

Alain Braud, 50 ans de peinture

Depuis dimanche, à la chapelle Saint-Benoît, Alain Braud revisite 50 ans de son parcours artistique. Cette rétrospective couronne une longue suite d’expositions personnelles et collectives et de participations artistiques diversifiées. « Je suis né en 1945 et je dessine depuis toujours. Cinquante ans sont plus élégants que soixante ! », précise avec malice l’artiste, bien connu pour son implication au Cercle des Beaux-Arts d’Argenton dont il a assuré la présidence de 2007 à 2017. Aujourd’hui, il anime l’atelier Aquarelle, bien qu’il ait travaillé à ce jour la plupart des techniques offertes par les arts plastiques : dessin, aquarelle, gouache, huile, acrylique, monotype, gravure (pointe sèche, burin, lino), mosaïque, émaux sur cuivre, sculpture sur bois et pierre. La mosaïque monumentale de la façade de la Caisse d’épargne d’Argenton est signée de l’artiste et ses élèves de la section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) du collège Rollinat (1986-1988).
Un artiste inspiré
par la nature
Originaire de Saint-Junien (Haute-Vienne), Alain Braud garde un attachement très sensible à sa ville natale, tout comme un léger accent qui fleure bon l’Occitanie. « Saint Junien est la plus ancienne commune communiste, paysanne et ouvrière, et fête cette année ses cent ans » s’amuse l’artiste historien, plus Don Camillo que Peppone, par son implication dans le patronage catholique où il a animé des foyers de jeunes, des colonies de vacances et des camps d’adolescents. Sa première toile date de 1964 au lycée de Saint-Junien, où son professeur de dessin a été l’élément déclencheur de sa passion pour l’huile. « Elle nous a proposé de travailler la peinture à l’huile alors que cette technique n’est presque jamais enseignée au lycée » se souvient Alain. Au cours de ses études « par défaut » à la faculté de droit de Limoges, il prend des cours par correspondance durant trois ans à l’école d’art ABC de Paris. « Comme Paul Cézanne, c’était pour moi une façon d’échapper au droit ». En 1969, il obtient un poste d’enseignant à Châteauroux, où il sera éducateur spécialisé pendant sept ans à l’ENP (école nationale de perfectionnement), qui deviendra par la suite une EREA (école régionale professionnelle adaptée). Après avoir développé la classe de perfectionnement du collège de Saint-Benoît-du-Sault, il obtient un nouveau poste, en 1978, au collège Rollinat d’Argenton, dans la SEGPA où il finira sa carrière avec un regard extrêmement bienveillant sur ces années et notamment le travail en équipe effectué. Très impliqué dans l’enseignement, Alain Braud n’a cessé pour autant de peindre et d’exposer ses œuvres, participant à des salons et concours régionaux, à la fois en Berry et en Haute-Vienne. La nature est le fil directeur de son art, avec la même source d’inspiration que les peintres du XIXe siècle, la Vallée de la Creuse, la Brenne, les paysages du Limousin, de la Bretagne, de l’Auvergne, de l’Ardèche et du Médoc cher à son cœur. « J’aime de plus en plus arriver à l’équilibre hasardeux qui existe entre le réel et l’abstrait. S’éloigner du réalisme trop photographique, sans tomber dans une abstraction hermétique. C’est une drôle de gymnastique... qui maintient la forme artistique » précise l’artiste.
L’exposition d’une vie
Au total, Alain Braud a réalisé plus de 1 600 œuvres. La peinture n’est donc pas pour cet artiste une activité anecdotique, c’est toute sa vie, et c’est elle qu’il offre aujourd’hui au public. Quatre-vingts aquarelles, entre soixante-dix et quatre-vingts toiles, des gravures et des sculptures, qu’il fait venir de Margaux, depuis le fief familial du Médoc où elles sont conservées. Une exposition attachante et personnelle d’un artiste complet à découvrir.

Exposition visible jusqu’au 5 mai à la chapelle Saint-Benoît. Ouverture de 14 h à 19 h tous les jours.