Fil info
19:12Bélâbre : Une souscription pour l’ouvrage « Mémoire bélâbraise » -> https://t.co/kAAVOhI5pa
19:11Le Poinçonnet : Une pionnière du dessin de presse -> https://t.co/K0QVpjcwui
19:10Veuil : Le « Cerisier de la Laïcité » à l’école -> https://t.co/TNNyiUpLSy
19:08Indre : [intégral] Gilets jaunes : une mobilisation très suivie -> https://t.co/qKq3uydJZd
19:01# # - -Vienne : Les gilets jaunes sur l'air de "Y'en a marre" -> https://t.co/sEPRyMSihi
18:32Trélissac : Le Grand Périgueux inaugure sa série d’itinéraires alternatifs -> https://t.co/6IXnrTAYIo
18:28Sarlat-la-Canéda : Magnifique performance de Jacques Gamblin -> https://t.co/A4cVVGk7O7
18:25Sarlat-la-Canéda : Le palmarès des films du bac -> https://t.co/qEkkAvPYso
18:09Dordogne : Une marée jaune déferle sur la Dordogne -> https://t.co/Ra9pTzSJCm
17:46Sarlat-la-Canéda : Trois Salamandres pour Edmond -> https://t.co/Xv6XswXGJS
17:37Dordogne : Les communistes en reconquête -> https://t.co/QgONSR4zfM
17:05C’est une tradition ancestrale qui perdure malgré le classement du site en réserve naturelle : la pêche à l’étang d… https://t.co/8hHfcrhFeC
17:01Le réseau Aliso accueillait fin octobre l’organisation d’une Préjugix party à Guéret. Le projet Préjugix 200mg port… https://t.co/9F1SVRpF0G
16:50RT : Le constat de la FDSEA et les JA de la Creuse est sans appel : "L’augmentation des charges n’est plus tenable pour… https://t.co/jMOWvIeD8i
16:49RT : "La Convention internationale des droits de l'enfant : genèse, réalité et ambitions" assurée par Thierr… https://t.co/seHh49BK5j
16:45RT : Avec les nous déposerons un texte de de loi pour le prélèvement à la source des multinationales présent… https://t.co/eoGnwxwC24
16:45RT : Les riches polluent 2000 fois plus que les pauvres. En toute logique, on fait payer la transition écologique aux se… https://t.co/3cf9z4Syxk
15:49RT : à Mulatet. Passage toutes les 15 min environ. Barrages aussi à Naves et Seilhac. https://t.co/2uvw2O6Rgg
11:14don du sang Le 29/11/2018 de 16:00 à 19:00 salle des fetes - agonac 💻https://t.co/Ds9TMR7rwi https://t.co/27yE8ZNZCO
11:10don du sang Le 26/11/2018 de 15:00 à 19:00 centre de la communication - perigueux 💻https://t.co/v8x9ahWJBjhttps://t.co/ItaX2jib7s
11:06don du sang Le 24/11/2018 de 08:00 à 12:00 centre de la communication - perigueux 💻https://t.co/bKLC6tK71shttps://t.co/xe6O0xsUbQ
10:59don du sang Le 19/11/2018 de 15:30 à 19:00 centre gerard philipe - coulounieix 💻https://t.co/bcr56dGt8Bhttps://t.co/rWyL7S3Idr
10:50Le constat de la FDSEA et les JA de la Creuse est sans appel : "L’augmentation des charges n’est plus tenable pour… https://t.co/jMOWvIeD8i
09:30 12ème journée : Brive vs Oyonnax en direct A 14H https://t.co/0HdkffINfw

Gérard Larcher attentif aux renvendications des maires

Plus de 200 élus ont assisté, hier à Pompadour, à l’assemblée générale de l’association des maires de la Corrèze. Loi NOTRe, baisse des dotations de l’Etat, avenir des départements figuraient parmi les dossiers brûlants. Attentif aux revendications de l’AMF, Gérard Larcher a joué la carte du consensus sur un terrain pourtant miné.

Alors que le patron de l’Association des maires de France (AMF) a été reçu à Matignon par Manuel Valls, jeudi, l’association des maires de la Corrèze a tenu hier, son assemblée générale à Pompadour.
Face aux nombreux dossiers en cours, la grogne des maires est palpable en Corrèze comme ailleurs. Dans l’Orangerie du château de Pompadour, le trésorier de l’AMF et député-maire socialiste de Guéret a, dans un premier temps, énuméré les difficultés supplémentaires liées à la baisse des dotations de l’Etat. «Il faut revoir le stock de normes édictées par l’Etat qui font peser de nouvelles contraintes synonymes de dépenses nouvelles sur les mairies. Je pense à l’accessibilité mais aussi à l’accompagnement du périscolaire pour lequel les compensations ne sont pas à la hauteur» a-t-il indiqué aux deux-cents édiles présents.
Car pour l’AMF, la baisse des dotations a un impact direct sur l’investissement des communes et donc de l’emploi. «Nous ne sommes pas d’accord sur les solutions apportées. Si les donneurs d’ordres que nous sommes n’avons plus d’argent, cela va poser un problème. Là où les choses se compliquent c’est que le Premier ministre ne reviendra pas sur les efforts demandés aux collectivités» a-t-il précisé. Quant à l’annonce d’un milliard débloqué pour soutenir l’investissement des collectivités, le trésorier s’inquiète de voir ces crédits prélevés sur ceux des départements et des régions. «Les choses ne doivent pas se passer dans la posture politique». Qualifiée «d’inégale, d’injuste et de mal répartie» la réforme des dotations de l’Etat passe mal. «Mais nous ne voulons pas qu’elle soit territorialisée» précise le trésorier de l’AMF.
Le projet de loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) était également dans les esprits. Pointée du doigt par l’AMF comme un texte fossoyeur des communes, le sénateur de la Corrèze et président de l’AMF 19, Daniel Chasseing, s’est fait le héraut de l’ «hyper ruralité» et du maintien du département en réaffirmant au passage, socle de son électorat oblige, que la commune devait «rester le premier maillon de la République».
Dans son rôle, le préfet Bruno Delsol a appuyé les mesures du  gouvernement comme le contrat de plan Etat-Région signé jeudi à Limoges qui débloque une enveloppe de 324 M€ mais aussi la nouvelle PAC dont «la Corrèze est complètement la cible». Quant aux efforts demandés aux communes, le préfet estime que s’il est «important», «l’assainissement des dépenses publiques est un impératif» et qu’il «n’est écrit nulle part que l’ajustement doit se faire au détriment des investissements» soulignant au passage que «les frais de fonctionnement ne sont pas incompressibles». Ambiance.
Guest star du jour, le président du Sénat, Gérard Larcher, a quant à lui indiqué que la commune était «la cellule de base de la démocratie» car «quand quelque chose va mal c’est le maire, l’ élu de proximité, qui est en première ligne, à portée d’engueulades».
Sur la baisse des DGF, le président du Sénat a estimé qu’il n’est pas «anormal» de contribuer au retour à l’équilibre du pays, «car c’est aussi nous mettre à l’abri». Prônant «un étalement ou une pause» dans la baisse des dotations, Gérard Larcher a jugé «impératif de ne pas se retrouver dans une situation de baisse ou d’incapacité d'investissements». Sur la loi NOTRe, Gérard Larcher a opposé «la réalité communale», «cette France d’à côté» et ses maires «qui ont le sentiment d’être abandonnés» face à des «lois faites avec des lunettes de la ville».
Quant aux compétences générales maintes fois remises sur la table, le président de la Chambre haute prône la «souplesse et l'adaptation», les collèges, les routes au Département, les infrastructures, la recherche et l’université aux Régions.  
Enfin, sur la question de l’élection des élus intercommunaux au suffrage universel, Gérard Larcher a insisté : «Le Sénat restera ferme : ce sera non».
Un discours somme toute consensuel et rassurant pour les maires corréziens qui attendront toutefois l’examen du texte par l’Assemblée nationale en juillet.

Mathieu Andreau