Fil info
22:13 Et il laisse a St Just Le Martel l’épopée de millions de dessins d’humour qui ont traversé le mond… https://t.co/DyMhROeEc2
17:34RT : rend hommage à Gérard Vandenbroucke qui nous a quittés. Un grand amoureux du dessin de presse qui… https://t.co/KbFmXODrlQ
15:04RT : Hommage de à Gérard Vandenbroucke qui nous a quitté hier soir. https://t.co/hbyLR3AZlW
14:28Sur le facebook du salon de presse et d'humour de St-Just-le-Martel : "Il n'y a pas de mot pour exprimer la douleur… https://t.co/E7zDSGGEro
14:10Gérard Vandenboucke aura jusqu'au bout œuvré, via ses mandats, pour l'intérêt collectif. https://t.co/P15PpNcKnl
14:05De nombreux témoignages d'amitié et de respect après le décès de Gérard Vandenboucke. Quelqu'un a dit "ton sourire… https://t.co/sLB7bb4zbx
14:03Région : De nombreux témoignages saluent un homme de qualité -> https://t.co/iSSA0NNKZp
13:06Tenir les tables de marque, administrer les licences des joueurs, démarcher les sponsors, réserver les gymnases. « … https://t.co/WHzwNN7Apq
11:23Accueil des nouveaux arrivants à la mairie de Limoges. entouré de plusieurs de ses adjoints leur souha… https://t.co/gzxKF6N8nw
09:47Gerard Vandendroucke est décédé vendredi soir des suites d’une longue maladie. Président de Limoges Métropole, il f… https://t.co/RxmfXy49Q8
09:46Gerard Vandendroucke est décédé vendredi soir des suites d’une longue maladie. Président de Limoges Métropole, il f… https://t.co/YgfRHIgotL
08:54# # - -Vienne : Départ en vacances: des contrôles pour votre sécurité -> https://t.co/1waGgwrcpN
08:51# # - -Vienne : CCollectif citoyens : le pouvoir d’achat comme seul sujet de préoccupation -> https://t.co/IhxKNiGSE9
08:47France : Salon de l'agriculture: Massif ne manque pas d’assurance -> https://t.co/pqtAntyhfY
08:43Région : Salon de l'humour de Saint-Just: «C’est vraiment pas le moment de la fermer...» -> https://t.co/clreXx5j7Q
08:33Région : Vie et mort d’un club sportif: quand trop, c'est trop! | L'Echo https://t.co/ksaVb8UsLL via
01:42RT : Peinée d’apprendre ce soir le décès de Gérard Vandenbroucke, président de , vice-prés de la… https://t.co/OpoA3Zr9Ot
01:42RT : Gérard Vandenbroucke est parti ce soir après un long combat contre la maladie. Homme engagé, avec des convictions s… https://t.co/8DZ9kNj9c7

Gérard Larcher attentif aux renvendications des maires

Plus de 200 élus ont assisté, hier à Pompadour, à l’assemblée générale de l’association des maires de la Corrèze. Loi NOTRe, baisse des dotations de l’Etat, avenir des départements figuraient parmi les dossiers brûlants. Attentif aux revendications de l’AMF, Gérard Larcher a joué la carte du consensus sur un terrain pourtant miné.

Alors que le patron de l’Association des maires de France (AMF) a été reçu à Matignon par Manuel Valls, jeudi, l’association des maires de la Corrèze a tenu hier, son assemblée générale à Pompadour.
Face aux nombreux dossiers en cours, la grogne des maires est palpable en Corrèze comme ailleurs. Dans l’Orangerie du château de Pompadour, le trésorier de l’AMF et député-maire socialiste de Guéret a, dans un premier temps, énuméré les difficultés supplémentaires liées à la baisse des dotations de l’Etat. «Il faut revoir le stock de normes édictées par l’Etat qui font peser de nouvelles contraintes synonymes de dépenses nouvelles sur les mairies. Je pense à l’accessibilité mais aussi à l’accompagnement du périscolaire pour lequel les compensations ne sont pas à la hauteur» a-t-il indiqué aux deux-cents édiles présents.
Car pour l’AMF, la baisse des dotations a un impact direct sur l’investissement des communes et donc de l’emploi. «Nous ne sommes pas d’accord sur les solutions apportées. Si les donneurs d’ordres que nous sommes n’avons plus d’argent, cela va poser un problème. Là où les choses se compliquent c’est que le Premier ministre ne reviendra pas sur les efforts demandés aux collectivités» a-t-il précisé. Quant à l’annonce d’un milliard débloqué pour soutenir l’investissement des collectivités, le trésorier s’inquiète de voir ces crédits prélevés sur ceux des départements et des régions. «Les choses ne doivent pas se passer dans la posture politique». Qualifiée «d’inégale, d’injuste et de mal répartie» la réforme des dotations de l’Etat passe mal. «Mais nous ne voulons pas qu’elle soit territorialisée» précise le trésorier de l’AMF.
Le projet de loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) était également dans les esprits. Pointée du doigt par l’AMF comme un texte fossoyeur des communes, le sénateur de la Corrèze et président de l’AMF 19, Daniel Chasseing, s’est fait le héraut de l’ «hyper ruralité» et du maintien du département en réaffirmant au passage, socle de son électorat oblige, que la commune devait «rester le premier maillon de la République».
Dans son rôle, le préfet Bruno Delsol a appuyé les mesures du  gouvernement comme le contrat de plan Etat-Région signé jeudi à Limoges qui débloque une enveloppe de 324 M€ mais aussi la nouvelle PAC dont «la Corrèze est complètement la cible». Quant aux efforts demandés aux communes, le préfet estime que s’il est «important», «l’assainissement des dépenses publiques est un impératif» et qu’il «n’est écrit nulle part que l’ajustement doit se faire au détriment des investissements» soulignant au passage que «les frais de fonctionnement ne sont pas incompressibles». Ambiance.
Guest star du jour, le président du Sénat, Gérard Larcher, a quant à lui indiqué que la commune était «la cellule de base de la démocratie» car «quand quelque chose va mal c’est le maire, l’ élu de proximité, qui est en première ligne, à portée d’engueulades».
Sur la baisse des DGF, le président du Sénat a estimé qu’il n’est pas «anormal» de contribuer au retour à l’équilibre du pays, «car c’est aussi nous mettre à l’abri». Prônant «un étalement ou une pause» dans la baisse des dotations, Gérard Larcher a jugé «impératif de ne pas se retrouver dans une situation de baisse ou d’incapacité d'investissements». Sur la loi NOTRe, Gérard Larcher a opposé «la réalité communale», «cette France d’à côté» et ses maires «qui ont le sentiment d’être abandonnés» face à des «lois faites avec des lunettes de la ville».
Quant aux compétences générales maintes fois remises sur la table, le président de la Chambre haute prône la «souplesse et l'adaptation», les collèges, les routes au Département, les infrastructures, la recherche et l’université aux Régions.  
Enfin, sur la question de l’élection des élus intercommunaux au suffrage universel, Gérard Larcher a insisté : «Le Sénat restera ferme : ce sera non».
Un discours somme toute consensuel et rassurant pour les maires corréziens qui attendront toutefois l’examen du texte par l’Assemblée Nationale en juillet.

Mathieu Andreau