Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

"Ce n'est pas le projet que l'on a choisi"

Carte scolaire

Le regroupement pédagogique intercommunal (RPI) Ars/Saint-Médard-la-Rochette (Fourneaux) est également concerné par la carte scolaire 2017, une classe fermerait à Ars.
Depuis vendredi à Ars, les parents occupent administrativement l’école, depuis jeudi à Fourneaux. Mais comment faire changer d’avis la directrice académique (DASEN) ? C’est la question que se sont posées une trentaine de personnes à l’invitation des parents vendredi soir à la salle des fêtes d’Ars.
Pour eux, la perte d’un poste est injuste. Les effectifs sont stables 27 élèves du CP au CM2 sont attendus et 14 pour la maternelle. «Ce n’est pas le projet que l’on a choisi pour nos enfants», déplore une maman d’élève originaire de Belgique. Pour les représentants du SNUipp-FSU 23, ils passeraient à des classes équivalentes à celles des plus grosses communes mais avec des élèves de différents niveaux. «20 élèves pour 5 niveaux, c’est beaucoup», justifient-ils. Quant à la mise en place en contre-partie de cette fermeture d’une brigade de remplacement sur le RPI, «c’est de la poudre aux yeux», s’insurgent les parents. «La ruralité n’est jamais prise en compte», se désespèrent-ils. Ils ont eu la visite du député Michel Vergnier le vendredi 10 mars, jour de l’annonce de cette première carte scolaire. Il a visité l’école d’Ars. Il a signalé que 12.000 postes ont été créés par le gouvernement. Mais pour les parents d’élèves ce n’est pas leur réalité. « Par rapport aux écoles surchargées des villes, c’est nous qui payions les pots cassé, ils ne supportent pas que l’on soit heureux». Ce n’est pas tant une question de bonheur mais d’économies d’échelle qui ne peuvent être réalisées dans de plus grandes structures explicitent les syndicalistes. Reste la question de départ, comment éviter la fermeture de cette classe ?  D’abord, ils vont faire corriger les effectifs et demander des explications à l’inspecteur de circonscription ou directement à la DASEN dès lundi. Outre l’occupation administrative de l’école, des pancartes et autres banderoles sont apposés sur les grilles des deux écoles, sur les panneaux des deux communes pour se montrer... symboliquement. Quelques parents ont participé à la mobilisation de samedi matin, d’autres seront mardi devant la préfecture pour la manifestation en même temps que se déroulera le conseil départemental de l’Education nationale où la DASEN présentera ou non une nouvelle mouture. D’ailleurs en solidarité de la grève des enseignants, les mairies d’Ars et de Saint-Médard-la-Rochette n’assureront pas de service minimum.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.