Fil info
06:24 Le Conseil Départemental de la Corrèze a mis le paquet d’entrée pour couvrir tout son territoire!
00:36Ce chat a pris l'habitude de lire le journal. L' pourrait faire un effort... https://t.co/SNgBZRz4N5
23:21Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/twYxAdSsmO via
22:39Super article de l', comme bien souvent d'ailleurs ! 🛫🎤🎶😎 https://t.co/GGQgIFPZOA
21:42Région : La crème de la race vers Paris. La sélection des animaux a eu lieu à https://t.co/BY18DwRcX7
21:20Région : La crème de la race vers Paris -> https://t.co/ABaltULCRS
20:10Périgueux : Des voeux à deux voix dissonantes -> https://t.co/eVILAE0fMt
18:33Châteauroux : Visite nocturne au conservatoire -> https://t.co/yrBYgC9N6s
18:32Indre : Maintien des vols vers Ajaccio, Nice et Londres -> https://t.co/l4YZu0z5b1
18:27RT : Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:27RT : Un député qui vote contre son propre amendement, une députée qui signe une tribune pour l’interdiction du… https://t.co/oEyzH77riA
18:09 Allez courage..
18:07Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:03Dordogne : « Le capitalisme est un ogre insatiable » -> https://t.co/jEjjS0J7tf
17:57Dordogne : Après l’incendie, le laboratoire se reconstruit petit à petit -> https://t.co/okrcmV2bG1
17:12Après Clandestino en 2017, le festival Check In Party réinvestira cet été l’aérodrome de Saint-Laurent pour trois j… https://t.co/vJ6vQ9fGVU
16:43Le Blanc : Le pôle dentisterie de l’hôpital étoffe son offre de soins -> https://t.co/MnW36zw1eN
16:42Carsac-Aillac : Un pôle médical en projet -> https://t.co/kphknlfHHW
16:42Argenton-sur-Creuse : Deux événements d’importance à l’agenda du Moto-Club -> https://t.co/yt4PY9EeA4
16:41Aigurande : Bingo géant in english please ! -> https://t.co/HWyBVeusx6
16:39Dordogne : La Maison de l’emploi privée de ses emplois ? -> https://t.co/mwQ5m9fRbm
16:35Indre : Les rendez-vous sportifs du week-end -> https://t.co/ReGaTxOnnM
16:04Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/naFx0Ks6L1 via
15:57Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! -> https://t.co/54JYA9EfjU
15:45Périgueux : Un nouveau trimestre aux accents éclectiques au Sans Réserve -> https://t.co/SBjZX1QGZT
15:44Périgueux : Concertation avec le personnel -> https://t.co/4PiDGj375E
15:38RT : Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
15:32Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0

Entre recueillement et colère

Hommage

Pas de discours, pas de halte marquée devant la mairie d’Aubusson. La marche blanche qui s’est déroulée samedi en l’honneur de Jean-Sébastien Combe Maës, directeur général des services de Creuse Grand sud, a été sobre, silencieuse et digne. Si la colère et les interrogations étaient bien présentes, le cortège de près de 400 personnes qui a suivi la famille du défunt a d’abord souhaité rendre hommage au jeune homme de 32 ans.
Ceux qui le connaissaient ont tenu à saluer la mémoire d’« un homme brillant », mais surtout de « quelqu’un de bien » ; ceux qui ne le connaissaient pas - ou par l’intermédiaire des pages de Ce baron qui m’a tué - à manifester leur solidarité envers la famille, respecter le chagrin d’une mère, la douleur d’un mari, d’un frère et leur combat. Car, qu’ils l’aient connu ou non, tous ont été choqués par les circonstances qui entourent son suicide et tout particulièrement les pressions morales que le jeune fonctionnaire a su-bies (1).
« Comment on peut traiter ses employés de cette manière ? », s’insurge, incrédule, un chef d’entreprise proche de la retraite pour qui offrir ses respects à la famille « était la moindre des choses »... La réaction est la même pour Christian sur qui les affaires de Creuse Grand Sud ont eu l’effet d’un électrochoc. « Ça m’a révolté de voir des élus faire passer leur intérêt personnel avant celui des citoyens et des agents », Christian qui avouait, jusque-là enclin à faire confiance à ses dirigeants, ne pas s’être soucié de la vie de son intercommunalité. « En recoupant, en rencontrant, en discutant, on se rend compte qu’ici, c’est l’omerta... »
Un point de vue partagé par Sylvie, qui connaissait Jean-Sébastien Combe Maës depuis 15 ans. « J’aurais aimé que les gens aient moins peur de participer, notamment les agents de la com-com et ceux de la ville d’Aubusson », déclare-t-elle, tout en reconnaissant la chose comme difficile. D’abord venue pour honorer un ami, la fonctionnaire témoigne aussi de ce qu’elle a vécu dans son secteur. « On est dressé à ne rien dire et les pressions politiques sont terribles... Moi je me suis enfuie, je me sens comme une survivante. »
Au-delà des témoignages de sympathie et de solidarité très forts offert par la population à la famille du directeur des services, nom-breux ont confié, à l’instar de Philippe, avoir été présent aussi pour soutenir le personnel de la communauté de commune et celui de la commune d’Aubusson.
« Cet homme  a dû se trouver souvent seul, il n’a pas eu le soutien qu’il aurait dû avoir et c’est dramatique. Ce qui m’inquiète, c’est que ce qui s’est passé là peut se passer dans toutes les administrations », exprime Daniel, retraité de la fonction publique, qui a eu à traiter de nombreux dossiers de pression morale. « Et en supprimant les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) dont les élus sont là pour tendre la main aux personnes en difficulté, on va se retrouver dans une situation difficile. »

(1)Les proches de Jean-Sébastien Combe Maës vont déposer plusieurs plaintes pour harcèlement moral et homicide involontaire contre Michel Moine, Jean-Luc Léger et contre l'actuelle directrice par intérim de la communauté de communes.