Fil info
14:48RT : Les filles ont prises leur photo de groupes https://t.co/t9iIllnyXx
08:34 Quelle mascarade ...trois pékins de gauche ont appelé au secours les partis de gauche et que… https://t.co/nQRzli9szR
08:29RT : Rachat collectif du Magasin Général de Tarnac! Contribuez à ce projet sur https://t.co/dwuSJvzThN
08:08Bergerac : Rencontres catholiques de lycéens dans une église en crise -> https://t.co/AP8mUm3qrK
08:00➡🔎 A l'assaut d' dans sur avec et Alexandra Kassar. La découverte d'un magnifi… https://t.co/d4KKxqAMmf
21:08RT : ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:43Région : 17 octobre 1961 : massacre à Paris -> https://t.co/BOsHaQssov
18:35ça pousse bien à Saint-Laurent-sur-Gorre, dans le bois, comme dans le jardin. Mais les gendarmes ont interpellé les… https://t.co/tO6LhezHJL
18:12Indre : Alerte sur les retraites, les syndicats appellent à manifester -> https://t.co/G374biUkHI
18:11Dordogne : Un an de prison ferme pour maltraitance sur un très jeune garçon -> https://t.co/Q4zPDNK0ki
18:10Indre : Lisztomanias : cap sur l’Orient -> https://t.co/lK3PQkghtf
18:03A nos lecteurs : Une coupure de courant intervenue lundi à Presstalis a entraîné la non présence de L’Echo chez le… https://t.co/DxxR2Au9Is
17:51Beynac-et-Cazenac : Beynac : une visite de la déviation perturbée par les opposants -> https://t.co/QWc0gGpC2z
17:36# # - -Vienne : «Love» ou «ma vie est un film» -> https://t.co/Fk1a4rY0WJ
17:33Dordogne : Sinfonia se décline en saison -> https://t.co/LHi62MOGx5
17:32# # - -Vienne : Quand des élèves nettoient la planète -> https://t.co/iXaw9oAL9n
17:26Réforme des lycées : grandes inquiétudes à Valadon à Limoges. Lire communiqué https://t.co/MxEsb5BBTn
17:15Sarlat-la-Canéda : Les Sea Girls : la Revue, un pur divertissement -> https://t.co/tiGCEkXrth
17:13Ribérac : Deux ans d’arts pour la jeunesse -> https://t.co/ejwOXdDNKK
16:46# # - -Vienne : Un cross solidaire pour les enfants du Tchad -> https://t.co/NUVVCUb6HG
15:49Bassillac : Le 9e art a rendez-vous à Bassillac -> https://t.co/IwBPhnMUXD

Entre recueillement et colère

Hommage

Pas de discours, pas de halte marquée devant la mairie d’Aubusson. La marche blanche qui s’est déroulée samedi en l’honneur de Jean-Sébastien Combe Maës, directeur général des services de Creuse Grand sud, a été sobre, silencieuse et digne. Si la colère et les interrogations étaient bien présentes, le cortège de près de 400 personnes qui a suivi la famille du défunt a d’abord souhaité rendre hommage au jeune homme de 32 ans.
Ceux qui le connaissaient ont tenu à saluer la mémoire d’« un homme brillant », mais surtout de « quelqu’un de bien » ; ceux qui ne le connaissaient pas - ou par l’intermédiaire des pages de Ce baron qui m’a tué - à manifester leur solidarité envers la famille, respecter le chagrin d’une mère, la douleur d’un mari, d’un frère et leur combat. Car, qu’ils l’aient connu ou non, tous ont été choqués par les circonstances qui entourent son suicide et tout particulièrement les pressions morales que le jeune fonctionnaire a su-bies (1).
« Comment on peut traiter ses employés de cette manière ? », s’insurge, incrédule, un chef d’entreprise proche de la retraite pour qui offrir ses respects à la famille « était la moindre des choses »... La réaction est la même pour Christian sur qui les affaires de Creuse Grand Sud ont eu l’effet d’un électrochoc. « Ça m’a révolté de voir des élus faire passer leur intérêt personnel avant celui des citoyens et des agents », Christian qui avouait, jusque-là enclin à faire confiance à ses dirigeants, ne pas s’être soucié de la vie de son intercommunalité. « En recoupant, en rencontrant, en discutant, on se rend compte qu’ici, c’est l’omerta... »
Un point de vue partagé par Sylvie, qui connaissait Jean-Sébastien Combe Maës depuis 15 ans. « J’aurais aimé que les gens aient moins peur de participer, notamment les agents de la com-com et ceux de la ville d’Aubusson », déclare-t-elle, tout en reconnaissant la chose comme difficile. D’abord venue pour honorer un ami, la fonctionnaire témoigne aussi de ce qu’elle a vécu dans son secteur. « On est dressé à ne rien dire et les pressions politiques sont terribles... Moi je me suis enfuie, je me sens comme une survivante. »
Au-delà des témoignages de sympathie et de solidarité très forts offert par la population à la famille du directeur des services, nom-breux ont confié, à l’instar de Philippe, avoir été présent aussi pour soutenir le personnel de la communauté de commune et celui de la commune d’Aubusson.
« Cet homme  a dû se trouver souvent seul, il n’a pas eu le soutien qu’il aurait dû avoir et c’est dramatique. Ce qui m’inquiète, c’est que ce qui s’est passé là peut se passer dans toutes les administrations », exprime Daniel, retraité de la fonction publique, qui a eu à traiter de nombreux dossiers de pression morale. « Et en supprimant les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) dont les élus sont là pour tendre la main aux personnes en difficulté, on va se retrouver dans une situation difficile. »

(1)Les proches de Jean-Sébastien Combe Maës vont déposer plusieurs plaintes pour harcèlement moral et homicide involontaire contre Michel Moine, Jean-Luc Léger et contre l'actuelle directrice par intérim de la communauté de communes.