Fil info
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

L'avenir du centre hospitalier en question

Conseil municipal

Le centre hospitalier d'Aubusson n'était pas à l'ordre du jour du dernier conseil municipal mercredi soir mais le maire Michel Moine l'a abordé dans ses propos liminaires revenant sur le dernier conseil de surveillance.
La plupart des membres du conseil de surveillance ont été surpris d'apprendre que la décision était prise d'implanter l'Ehpad à Saint-Jean et non au Mont. Le projet aurait un coût de 24 millions d'euros contre 17 pour le premier projet. «mais pour combien de lits ?», s'interroge de nouveau l'édile qui n'a pas eu de réponse à cette question lors de l'instance. Michel Moine dénonce la mise à l'écart du conseil de surveillance «sauf peut-être une personne» et demande à l'autorité de tutelle à savoir l'agence régionale de santé (ARS) une audience avec son directeur général ainsi que le soutien du député Jean-Baptiste Moreau.
Pour l'élu de l'opposition Mathieu Charvillat, il n'y a pas de surprise, pour lui «l'ARS a orchestré cette situation dès 2013» lors de la reprise de la clinique de La Croix Blanche par le centre hospitalier. «Quand on veut saborder un établissement, on ne s'y prend pas autrement», ajoute-t-il. Michel Moine le reconnaît, il a eu cru à l'époque au discours, «à la fable» de l'ARS mais aujourd'hui le maire le concède «les promesses sont loin». Il ne comprend pas qu'à
l'heure d'un plan particulier pour la Creuse ce secteur du sud soit oublié.
Dans ce projet de la direction, l'aile neuve de l'Ehpad Saint-Jean ainsi que les bâtiments patrimoniaux seraient démolis, une aberration pour le maire qui n'est pas prêt à signer l'arrêté de démolition. Il a aussi indiqué que l'Ehpad Saint-Jean est sous régime dérogatoire et qu'il a demandé le calendrier à la direction pour engager les travaux suite au dernier passage de la commission de sécurité. Une réponse a été donnée mais le maire aurait pu ne pas signer l'arrêté d'autorisation d'exploitation et engager la responsabilité de l'ARS.
Michel Moine espère que les élus vont défendre cet établissement.

Les autres points
A l'ordre du jour, il y avait la convention tripartite entre la municipalité, la communauté de communes Creuse Grand Sud et l'établissement public foncier (EPF) Nouvelle-Aquitaine pour valoriser le centre bourg et réfléchir sur le potentiel de moroses foncières. Sont concernées la friche Sallandrouze* et ce qui intéresse particulièrement la ville d'Aubusson la possibilité de démolir la maison Chambonnet faisant l'angle rue Tristan-l'ermite. Martine Sebenne n'est pas contre la démolition de ce bâtiment mais elle trouve la convention floue notamment sur le rachat par la collectivité si l'epf n'arrive pas à vendre au bout des cinq ans de la convention.
A noter le vote pour la démolition de deux bâtiments de creusalis, une démolition qui a déjà bien commencé....
Dans ses propos liminaires, Michel Moine a aussi tenu à remercier publiquement Marie-Claude Guyonnet  qui s'est excusée pour ses propos tenus à son encontre à l'automne dernier : «Merci pour cette noble attitude». Il tenait à lui apporter, malgré les divergences politiques, tout son soutien dans la situation à laquelle elle est confrontée à savoir un élu, le maire de sa commune de résidence qui demande son licenciement. «la mise en cause d'un fonctionnaire est inacceptable», affirme-t-il.
Michel Moine a également rappelé qu'il était un «artisan» de la zone industrielle.
* Pour la friche Sallandrouze, Michel Moine précise d'après un cabinet d'étude qu'elle n'a jamais été vraiment polluée sauf à l'endroit de la chaudière, la terre a été enlevée.

Air Max 90 Woven