Fil info
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM
21:13 Visiblement, ce n'est pas pour tous les élèves...

Ces sauvages qui peuplent nos rues...

Environnement

Tout est question de point de vue. On les disait sauvages ou mauvaises. On les nomme aujourd’hui adventice du latin adventicius signifiant qui s'ajoute, qui vient de l’étranger... On parle ici de «la  flore spontanée».
Une juste et jolie appellation que Corentin Letendre, étudiant en gestion et protection de la nature dans le Gers, utilise pour parler de celles qu’il a souhaité mettre en lumière à travers une exposition intitulée Les sauvages de ma rue, lors d’un stage à la mairie d’Ayen.
Quelque 70 photographies montrant la Ruine de Rome logée dans une pierre sculptée (en photo), une touffe de plantain jaillissant d’une pelouse ou encore un simple pissenlit tenant compagnie aux érigerons. «On les trouve partout, sur les murs, entre les pavés, dans les pelouses. Cette exposition
permet de montrer la richesse de ces plantes en terme de biodiversité et réhabiliter les soi-disant mauvaises herbes» explique le jeune environnementaliste. «Certaines se sèment toutes seules comme l'érigeron ou la valériane. C’est ce j’appelle une plante affranchie».            
Le bourg d’Ayen avait fait le choix du zéro phyto depuis 2009, bien avant la loi de 2017. Une terre promise pour aborder le sujet.
Avec les clichés, un espace ludique, un espace 3D et un film d’une quinzaine de minutes où l’on retrouve le regard des enfants du centre de loisirs sur cette flore spontanée, le making off de l’herbier constitué en atelier (présenté aussi sur l’expo), une interview des décisionnaires du zéro phyto : Paul Reynal, ancien maire de la commune, Hélène Lacroix, actuelle maire d’Ayen, Jerôme Perdrix, élu au conseil municipal et Fanny David, responsable des espaces verts.
Le petit documentaire finit sur une note joyeuse où l’on retrouve les bambins et «leur sauvage» préférée. Pour Lina, c’est la Ruine Rome parce qu’elle est belle. Pour Lana, la silène  : «C’est rigolo, c’est une plante qui pète !».
Les sauvages font bel et bien partie du paysage pour le meilleur et pour le rire. Plus de sauvages, c’est plus de vie, plus d’insectes, plus d’oiseaux, plus de mammifères.

À redécouvrir sans plus tarder.

Sabine Parisot

Pratique

Du 29 mars au 27 avril à la médiathèque Michel Peyramaure à Ayen.

Renseignements : 05 55 74 85 45 - www.bibliothequeayen.fr