Fil info
09:46GM&S avec des propositions à l’Elysée... https://t.co/xJfsnbBEJ7

Obligés de tout refaire...

BASKET - PRO A : ESSM Le Portel 80 - Limoges CSP 59

On (« ils ») était prévenus... Le Chaudron, salle dimensionnée Pro B mais réellement Pro A était en fusion. Pom-pom girls, fanfare, 300 m pour aller remplir une salle qui fait partie de la vie locale et surtout, le « monstre » CSP que les locaux, les « petits » avaient bousculé chez eux.
Mais les spectateurs savent bien qu'une saison peut être « aléatoire » avec des entrées et des sorties. La défense du Portel ? Le coach Vujocevic l'a qualifiée d'atypique mais efficace. L'attaque ? Il suffit  de regarder les classements nationaux pour savoir que personne ne domine. Par contre, côté collectif... c'est réglé comme du papier à musique.
Et même si le coach serbe étaient encore (une fois de plus !) amer du non investissement de certains à l'entraînement (qui ne reste qu'un entraînement), Fréjus Zerbo l'avait dit, clairement : « On n'a pas à craindre l'ambiance du Chaudron, on vit bien pire tous les week-ends à domicile ».

Drôle d'entame

Eric Girard a peu de choix, Vujocevic si. Donc en entrée de jeu, le cinq majeur du Portel est sur le terrain et en face... le même malgré l'arrivée des nouveaux.
L'entame est mollassonne pour les visiteurs, dynamique pour les locaux et sans qu'on n'y prête attention, le CSP est à quasiment 10 pts et au bout de 10 mn le CSP est   « à la rue », avec une adresse de près, de loin et même sur les lancers (1/4) indigne... Heureusement, les sifflets étaient de sortie mais aussi les incompréhensions des joueurs. Peut-on encore jouer ?
18/10 au bout de 10 mn donc, avec tout le monde qui marque d'un côté et tout le monde qui rate de l'autre... Certes, le public est proche, mais comme le dit parfaitement Vujocevic... « le terrain fait toujours 28 m de long et le cercle est à 3,05 m... ».

Toujours faibles...

Le CSP devait donc « relever le menton »... ce qu'il ne fit pas. Malgré un coaching de grand pianiste (jouer avec les notes du banc), rien n'y faisait.
On revenait aux terrain avec un 2/2 signé Goulborne et Begarin... Certes, par Jones aux lancers puis Prépélic à 3 pts (2/4 au bout de 20 mn) le CSP revenait à 7 pts (15/22, 11e mn), avant de voir passer le train. Celui du Portel. Begarin aux lancers, Dorsey de « partout »,  puis un peu tout le monde jusqu'à un 3 pts de Mangin et 17/22 après 16 mn de jeu. On pensait que tout pouvait se relancer avec un peu de rigueur quand Fréjus Zerbo « pêtait un cable » en prenant ses 3e et 4e fautes. Résultat ! Accumulez les balles faciles perdues, le peu d'interceptions, les fautes « bêtes » et au bout de 20 mn... le CSP était tout simplement « out side », largement mené de 14 pts 40 à 26... Dorsey était à 13 pts, Hassel à 8... et au CSP, personne pour être le « boss » tant dans l'animation que dans la finition. 4/16 à 2 pts le CSP était tout simplement ridicule  et aux rebonds, les Portelois en avaient pris 20 r  contre 13 aux Limougeauds. Seul « petit bonheur », les fautes, avec 13 provoquées par le CSP contre 9 en face...
Tout était, simplement... à faire ou à refaire même....
Eh bien... on n'allait rien voir. Même si le CSP montait sa défense d'un cran... les Portelois se promenaient à l'intérieur d'un terrain où les visiteurs semblaient terriblement absents. Hassel à 2 et 2 fois 1 et  26/44 avant certes un 7/0 signé Fair, Randle et Fair pour 34/44... puis plus rien. Dorsey dominait dans tous les types de jeu, Donaldson et Hassel paraissaient « internationaux » et les locaux, remontés comme des coucous.... 39/54... par un 3 pts de Randle à la 27e mn... Le facile était raté, le difficile impossible et pour les locaux, on avait l'impression qu'ils finissaient l'entraînement...
Pour ceux qui pensaient que Limoges était la « meilleure salle de France », le Chaudron dans cette banlieue ouvrière boulonnaise était aux anges. Certes la période de Carnaval était terminée, mais comme en plus les arbitres s'en mêlaient (rappelons-leur qu'ils ne sont pas les ordonnanceurs du jeu mais qu'ils ne servent qu'à l'encadrer administrativement)... on allait à vau-l'eau. 60/41 au bout de 30 mn... des Limougeauds paraissant « non motivés »... Iatus, problèmes internes, intégration (Prépélic a voulu reprendre sa place de boss...)
Goulbourne (patenté Pro B) se promenait, Lassissi tentait et réussissait, 43/47, 3e mn... et un public vociférant... Le match était terminé, malgré tout ce que pouvait allait faire les Limougeauds. Ridicules peut-on se permettre d'écrire. Tout le monde cherchait son cheval, Camara réussissait à 3 pts (qu'est-ce qu'il faisait là...) et des arbitres qui se plaisaient à « casser le jouet ».
Le CSP devra se servir de cette « branlée », de cet « abandon de poste ». Certes, le coach dit « que tous ne s'impliquent pas tous, même à l'entraînement ». Mais est-il encore un coach crédible quand il ne peut plus rien, quelles que soient les cartes qu'il mets en jeu. Le Hyérois Milling (on se rappelle de ce petit intérieur rugueux sous les couleurs de Pau) est ressenti pour la saison prochaine. Encore faudra-t-il finir correctement celle-ci. Si l'on n'était pas persuadés qu'il n'y avait pas le « matos », on dirait qu'il y a le feu au palais... Quand au retour en bus, on préférait ne pas être invités...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.