Fil info
18:31RT : de grâce donnez nous le numéro SIRET de La Souterraine Industrie » cette société n’est pas inscrite au registre de commerce !
09:50RT : Présents à l'AG de l'association des maires de la Creuse https://t.co/2xs6doyhte

Enfin un vrai match, une vraie victoire

PRO A : Limoges CSP 79 - Le Mans SB 68

Et comme depuis toujours, ce sont les visiteurs qui ont « défloré » les premiers par Pearson, que Zerbo égalait, mais le faux intérieur manceau trouvait à nouveau la mire à 3 pts et Zerbo (décidément), ramenait dans la roue, 4/5, 2e mn de jeu, pas de balle perdue, 100 % aux shoots... on était parti très vite.
D'ailleurs, Le Mans, très équipé dessous, jouait plutôt « free-lance » avec des pénétrations, peu de passes décisives et de la vitesse. Le CSP n'arrivait pas à couper le chemin du cercle et les paniers faciles et on se mettait à bredouiller des deux côtés.
On jouait depuis 2'30'' quand Camara, ravitaillé en vol par Prépélic mettait le premier de ses 8 paniers (100 % de réussite). L'intérieur allait alors être le thermomètre de son équipe et même du match.
Le trios « non américain » du Mans (Yeguete, Yarou, Cornélie) était « bouffé » dans l'intensité et Camara continuait. Le Mans était devant, de peu certes et après 4'45'' de jeu, suivant un 3 pts de Shorter, donnait 6 pts de bonus aux visiteurs, 8/14. Prépélic (à 3 pts) puis Jones (peu adroit, mais très utile aux rebonds surtout offensifs) ramenaient « dans la roue » (13/14, 7e mn de jeu). Le Mans ramènera dans son escarcelle ce premier quart temps (18/19) et le match continuera sur la même tension, alternant les coups flamboyants aux moments plus « neutres ».
Moment symbolique après une « symphonie du banc » (remplacements hyper courts), c'est Camara qui faisait « passer devant » pour la première fois du match, 19/18 « caviardé » par Jones. C'était tellement tendu qu'à la pause, le plus infime avantage enlevait un peu de pression sur les épaules (34/33) des locaux. Mais il allait falloir continuer à enfoncer le clou.

Rigueur collective
Comme face à Chalons-Reims, il y a un un trio majeur à 36 et 33 mn de jeu (Buford, Caqmara et Prépélic), un second trio pour tourner (20 mn pour Randle et Jones, 26 pour Wood) et les remplaçants de luxe Fair 13 mn 12 pts et Zerbo 14 mn 8 pts.
Personne ne lâchait le morceau (seulement 8 balles perdues), les shoots étaient bien répartis (6 joueurs à 5 shoots pris et plus), 3 joueurs prenaient plus de 4 rebonds (Fair, Camara, Jones), chacun tenant sa place. Oh ! Certes, le public sentira rapidement que le score final ne serait pas exceptionnel. C'est que les coéquipiers de Gélabale (qui enfin, fait définitivement son âge... comme en équipe de France au demeurant) ne voulaient rien lâcher et c'est dans l'ultime ligne droite que la troupe de Vujosevic pourra lâcher les épaules et évacuer l'angoisse.
Un vrai match, un vrai collectif, un immense capitaine en double double (16 pts à 100 %, 12 rebonds... en 33 mn, plus 2 passes décisives). Quand Ousmane Camara est à ce niveau là... le CSP est au-dessus de son niveau actuel. Il faut dire que la défense du Mans laissait de la place dessous.
Maintenant, il faudra aller, après avoir voté, à Monaco dimanche (18 h 30 sur Canal 23 sur la TNI... donc tout le monde.
Et sur le Rocher, ce ne sera pas du tout une partie de plaisir.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.