Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

La Pologne pour le ticket la Slovénie pour la «pole»

EURO-2017 : Equipe de France

La victoire contre les Polonais est indispensable car sans elle les Bleus, qui ont pour le moment deux succès (Grèce, Islande) et une défaite (Finlande), se retrouveraient en danger d'élimination.  
Elle est moins cruciale contre la Slovénie puisque nul ne sait quel tableau les résultats des autres groupes offriront aux Français à Istanbul, où aura lieu toute la phase finale à partir de samedi.
En théorie, en terminant premiers, les coéquipiers de Nando De Colo devraient affronter en huitième de finale soit la Géorgie, soit Israël, des rivaux a priori plus faciles que la Lituanie, l'Italie ou l'Allemagne qui leur sont promises s'ils finissent entre la deuxième et la quatrième place.
L'équipe de Pologne, dépourvue de stars, est largement à la portée de la France. Son joueur le plus coté est... un Américain, A.J. Slaughter, que Vincent Collet connaît bien pour l'avoir eu sous ses ordres cette année à Strasbourg (il a aussi joué à Cholet et à Chalon-sur-Saône et sera à Villeurbanne l'an prochain). Mais la méfiance est de mise, surtout après le faux-pas du premier jour contre la Finlande.

Les Slovènes invaincus
« C'est à nouveau une équipe de shooteurs. Ce qui les caractérise, c'est qu'ils tirent beaucoup à trois points. Ils en mettent presque dix par match », prévient Vincent Collet. « C'est une équipe à surveiller, un peu à l'image de la Finlande. Il faudra utiliser notre avantage de vitesse », dit-il.
La Slovénie sera un rival d'un tout autre calibre avec au moins trois joueurs de grande classe, le meneur Goran Dragic, en NBA depuis près de dix ans (actuellement au Miami Heat), qui dispute sa dernière compétition internationale à 31 ans, le jeune Luka Doncic, son héritier, âgé de 18 ans, du Real Madrid, et l'Américain Anthony Randolph, « recruté » en juin dernier après une naturalisation expresse.
Les Slovènes, présentés depuis le début par Collet comme les favoris du groupe, ont gagné leurs trois premiers matchs contre la Pologne, la Finlande et la Grèce et ont déjà leur billet en poche pour Istanbul.
Le sélectionneur attend surtout de ses joueurs, très inspirés en attaque, un effort supérieur en défense. « On avait fait des progrès (pendant la préparation), mais le naturel revient vite au galop. Il faut qu'on insiste là-dessus, parce que c'est ce qui va déterminer notre réussite ou non dans cet Euro », assure-t-il.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.