Fil info
22:23Cyclisme : Degenkolb gagne, les favoris passent -> https://t.co/5rdWwl9WQu
22:20Sport : Deuxième étoile et panache! -> https://t.co/86D7p4X13z
22:15Corrèze : La France championne du monde, Brive et Tulle en liesse -> https://t.co/m171RRQw9T
21:21Ils l'ont fait ! 20 ans après la France est championne du monde de football. Bravo les Bleus ! A Guéret c'est la fo… https://t.co/tyySCsYyMb
21:16Saint-Hilaire-Luc : Le Carré du Fournil, lieu de vie et de culture -> https://t.co/F21Us1kF82
20:41Périgueux : Deux étoiles dans les yeux -> https://t.co/mJqvW2T1yq
20:15RT : 🇫🇷 Paris, Lyon, Marseille, Rennes, Lille... https://t.co/Y515jEMQD4
19:54I posted a new video to Facebook https://t.co/rhzJqMB2E4
19:46RT : fanzone sous un soleil de plomb https://t.co/EPnYunzV4P
19:43Lourouer-Saint-Laurent : Ars : la filière du trad ! -> https://t.co/WMiZqHXi5S
16:30Trélissac : Dernier conseil avant l’été -> https://t.co/p1su7IGDFf
16:29Périgueux : Commémoration a minima -> https://t.co/odlMStUiZ1
16:28Périgueux : Podium 100 % Périgourdin -> https://t.co/c2qc1qvgGH
16:19Montpon-Ménestérol : La pétition pour sauver l’entreprise Grégoire atteint les 500 signatures -> https://t.co/NREmRWW7Qi
15:51Périgueux : La Cgt à Macron : « venez nous voir » -> https://t.co/jrDRympkR1

Ces Bleus sont-ils taillés pour aller loin?

Euro-2017

Quatre raisons d'en douter et deux d'y croire avant le huitième de finale contre l'Allemagne,demain à Istanbul.

Ils ne jouent pas ensemble
Les Bleus ont eu une fâcheuse tendance à chercher la solution par des actions individuelles. Dès le lendemain du premier match, perdu contre la Finlande (84-86), le sélectionneur Vincent Collet regrettait des prises d'initiative intempestives à l'origine d'une cascade de pertes de ballons (23 en un match). Le constat était approchant après la défaite contre la Slovénie (78-95) dans le dernier match de poule mercredi. « On monte parfois en puissance mais on ne le fait pas collectivement. »

Ils sont trop irréguliers
Les Bleus n'arrivent pas à maintenir la pression pendant 40 minutes, surtout en défense. C'était criant dès le premier match contre la Finlande, perdu malgré une avance de 8 points à 2 minutes de la fin. Cela s'est reproduit contre la Pologne (78-75) et la Slovénie. En oubliant la promenade contre l'Islande (115-79), les Bleus n'ont fait qu'un match plein, contre la Grèce (95-87). Individuellement, c'est la même chose. Même les leaders ont du mal à être présents à chaque match, à l'image du meneur Thomas Heurtel (23 points contre la Pologne, 4 le lendemain contre la Slovénie) et d'Evan Fournier (22,5 points de moyenne sur les deux premiers matchs, 7,5 sur les deux derniers). « En faisant ce qu'on fait depuis le début du tournoi, on ne peut pas prétendre aller beaucoup plus haut », a prévenu l'entraîneur.

Ils sont trop friables en défense
Difficile d'espérer accrocher une médaille en encaissant 81,5 points de moyenne par match (hors prolongation). Privée de Rudy Gobert et de Nicolas Batum, cette équipe de France n'a pas de vrai spécialiste de la défense, à part Axel Toupane, l'un des moins expérimentés du groupe. Les trous d'air sont trop nombreux.
Mercredi, le compteur affichait déjà 17 points pour les Slovènes après cinq minutes. Collet n'a cessé de le répéter: un plus gros effort défensif est la condition indispensable à la réussite.

L'Espagne est sur leur route
Selon toute probabilité et s'ils passent l'obstacle allemand demain, les Français vont retrouver leurs grands amis espagnols dès les quarts de finale. Ce serait le septième choc entre voisins en sept ans et le bilan de la période est de deux victoires et quatre défaites. Les Bleus ont perdu les deux derniers matchs en quarts de finale des jeux Olympiques de Rio et en demi-finales de l'Euro-2015 à Lille.

Mais le potentiel est là
« Les joueurs sont bons », répète Vincent Collet, qui possède une panoplie de talents offensifs rarement égalée en équipe de France. Avec des extérieurs adroits (Evan Fournier, Thomas Heurtel, Nando De Colo, Edwin Jackson) et des intérieurs tournés vers l'offensive (Kevin Séraphin, Joffrey Lauvergne), la France marque beaucoup de points et fait souvent le spectacle. Si les shooteurs prennent feu, n'importe quel rival peut trembler.

Et ce n'était qu'un premier tour
« On arrive dans les matchs couperets et on sait que beaucoup de choses sont possibles même quand on n'a pas bien joué auparavant », rappelle Collet, qui parle d'expérience. Au Mondial-2014, ses joueurs avaient fini sur la troisième marche du podium en perdant deux matchs sur les cinq du premier tour.
 En revanche à l'Euro, ils n'ont jamais eu de médaille avec un bilan aussi mitigé à mi-parcours (1 défaite en 2013 avant de décrocher l'or, aucune en 2011 et 2015 avant de gagner respectivement l'argent et le bronze).

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.