Fil info
18:39RT : Au fait merci pour le coup de projo cette semaine. Ça nous a fait plaisir ! https://t.co/tUxoF9VjQE

Et Beaublanc va retrouver l'ivresse...

Le terme de « clasico » en France a été créé par le duo Denisot-Tapie en foot. En basket, sport gagnant peu à peu ses galons, ce ne sont pas les grandes villes qui, il y a 30 ans, ont fait le plus parler. En effet, en ces périodes maigres de peu de télé (maintenant c'est sur du privé cher...), deux clubs « petits » tenaient le haut du pavé.
Le Limoges CSP qui sortait de sa salle enfumée (si, on fumait dans les salles, comme en Grèce et en Turquie) des Soeurs-de-la-Rivière alors que Orthez était encore le « village gaulois » (au bel accent) et la Moutête sentait toute l'année la « crotte d'oie » car dédiée de manière récurrente à la vente des palmipèdes de l'agriculture régionale.
Comme pour mieux vivre ou survivre, les Orthéziens épousèrent en noces officielles les Palois et il faut se rappeler les mots du maire de l'époque, M. Labarrère : « Pour construire notre palais des sports, nous avons pris deux exemple. Beaublanc, qui est trop petit et Bercy qui est trop grand et trop cher à entretenir »...
Légendes
Des troisièmes mi-temps de « Chez Moulia » aux folles soirées de l'aéroport de Limoges et les retours européens vainqueurs, les deux clubs ont bien structuré le basket français. Que d'internationaux et surtout, à Pau-Orthez, beaucoup de locaux (Perpère, Hufnagel, Gadiou brothers...) et quelques échanges avec des joueurs qui portèrent les deux maillots (Deganis, Butter).
Depuis quelques années, les deux équipes sont stabilisées en Pro A, mais le dernier titre béarnais date de la fin de saison 2008/2009 alors que le CSP a encore eu des sursauts d'excellence dans les années 2010...
Cette saison, les Palois sont en meilleure posture que les Limougeauds. Seconds (4 victoires, 2 défaites, 75 pts pour, 66 contre) alors que les Limougeauds sont 10e (3/3, 79, 77,5). Faut-il comparer les victoires et les défaites alors que les plus anciens seront présents sous les lumières enfin de qualité de Beaublanc ! En Europe, ça tourne un coup bien, un coup moins bien, alors, à un horaire télévisuel (18 h 30), comparons les « roasters ».
A Pau, le duo Anderson-Okofo, c'est 114 pts sur surtout 51 passes en 6 matches. Les shooteurs à 3 pts s'appellent Dowe et Pinero (22/43 en 6 rencontres) et  côté rebonds,  Koffi (33 prises), Horton (35), Dowe (26) se partagent les occasions de jeu qui sont ensuite triées.
En taille, ça se vaut. En jeunesse  également. Si Howard et Bouteille tiennent plus que bien la route, Okobo et Cavalière tiennent eux-aussi parfaitement leur statut d'espoirs patentés.
A Limoges, on espère que le cousin de English sorte du short et surtout que le ballon arrive enfin (contre Berlin c'était flagrant en manques...) aux intérieurs pour appuyer offensivement dans le petit périmètre.
A ce jour, le CSP mène 51 victoires à 49 et un nul (en 1984). L'an passé, le CSP avait été ridicule dans le Béarn (89/57), mais avait sû se rattraper à Beaublanc, 75/66.
Pau défend mieux, Limoges est plus prolixe en attaque et en cas de victoire (personne ne pense à autre chose), les coéquipiers de Hayes et Conklin reviendront à hauteur de leurs visiteurs d'un soir.
Demain, nous ne devrons pas vivre de souvenirs... avant de recevoir, deux jours plus tard (à 20 h 30) la fougueuse jeunesse du Partizan Belgrade.
André CLAVé (CLP)

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.