Fil info
11:51RT : Un terrible orage de grêle le 8 mai a mis l’avenir de Raulhac en péril. La totalité de la récolte 2018 et probablem… https://t.co/e8BgivOY02
19:59 Bonjour, nous avons besoin d'aide pour pour faire perdurer notre activité agricole et jeunesse en… https://t.co/NPgbuZnDLm
19:54Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu | L'Echo https://t.co/g54y0Fn9iA via
17:42Sarlat-la-Canéda : Une carte de fidélité pour gagner des clients -> https://t.co/MdoHAav653
17:40Périgueux : Festival Mimos : les apparences tirent le jeu -> https://t.co/EjKrGjFVOk
17:39Château-l'Évêque : Fusion : le manque d’informations pointé du doigt -> https://t.co/ZMYE5pKqY6

La tête a commandé!

Le CSP avait à affronter deux difficultés hier soir. Une équipe montée de Pro B en gardant les meilleurs éléments (dont l'épouvantail Peackok), mais aussi gérer une dose importante de compétition...

Vilnius est reparti de Limoges en montrant que la formation dans les grands pays dits « de l'Est » (cela c'est pour les nostalgiques ou les livres d'histoire), ce n'est pas rien et cette nouvelle formation du CSP (malgré le retour en grâces de Fréjus Zerbo) a donné de l'espoir à tout le monde.
Que l'on ne nous dise pas que les vidéos ne circulent pas ! Le CSP (coaches et joueurs) savaient que les Burgiens ne se lançaient que rarement dans des contre-attaques « décoiffantes » mais prenaient la patience qui gère les ballons. Nous l'écrivons depuis assez longtemps dans ces colonnes, le ratio balles perdues – passes décisives est « crucial » dans un sport moderne. Eh bien le CSP, malgré la fatigue (personne n'a embauché à 8 h hier matin tout de même...) aurait dû se méfier... Il n'en a rien fait.
Tant et si bien qu'au terme de 10 mn de jeu, l'écart de 5 pts était significatif et pour l'équipe en déplacement (18-23), avec un lissage des gestes offensifs bien pensé. Car si Sim et Courby avaient rempli la feuille de marque en entame de jeu, c'est bien le « pluri-intérieur » Peacock qui remplissait les colonnes.
Peu de fautes, mais des balles vendangées (Jaiteh se décomposait sur tous ses shoots) alors, à l'entame du deuxième quart temps... on décida, côté « local », d'attaquer le cercle, pour faire tomber les fautes et diminuer la distance entre le shooteur et le panier.  24-30 avec un Morency au four et au moulin, mais toujours aussi peu de fautes. La « patte Sarre » (même si le Panazolais se cache dans les  bureaux d'Ekinox) est bien présente et Vucevic sait qu'il est fort bien encadré.
Un basket difficile
à lire
Bourg, c'est donc une défense, mais aussi une attaque où tout le monde a sa chance, comme le faux-jeune Courby, le meneur US de deuxième main Sim, l'espoir Dinal qui savaient, avant même la confrontation que le banc serait ouvert. Un peu comme cet ultime shoot de Courby, pris sur le rythme et de loin pour donner 40/47, dont 7 pts d'average positif... aux visiteurs.
Le CSP était encore un peu dans le plaisir de jouer et l'envie de rejoindre le niveau qui est celui qui l'a amené en Top 16 européen et la deuxième place du championnat. Mais un manque de densité, de précision, presque (ce serait se moquer) de laisser aller et à chaque fois qu'il y avait un ballon « facile », Bourg rappelait qu'il n'était pas là pour rien.
Cet écart à mi-match (40/47) avait été construit plus de passes décisives (13/9 dont déjà 4 pour Peacock), moins de balles perdues (9/11) et plus de fautes (11 provoquées à 9), même si Beaublanc faisait savoir son mécontentement.
Un Beaublanc qui attendait pour se remplir que la neige cesse autour de la capitale « blanche » de la porcelaine. A Limoges, on ne pouvait se plaindre d'un répertoire offensif large (c'est la marque de la saison), l'adresse était bonne à 2 pts mais « nulle » à 3 (3/11) et heureusement que le duo des faux intérieurs Morency (8 pts à 3/3) et Conklin (9 pts à 4/8) faisait tourner la feuille de marque... En face, Courby (12 pts à 3/3 à 2 pts, 2/3 à 3 pts), Sim (13 pts (2/3 à 2 pts, 3/5 à 3 pts, Peacock (13 pts à 6/7 intérieur, 4 fautes provoquées).
Alors, on se réveille !
Le fameux passage aux vestiaires (qui avait coûté un 0/6 fatal la veille face  à Vilnius) allait-il être celui du retour aux affaires avec une vraie défense qui ne laisse pas de shoot faciles, surtout de loin car ce n'est pas parce que l'on vient de Pro B que l'on n'est pas basketteur de haut niveau...
La réponse fut claire : non ! Si Howard scorait à 2 pts, Sim à 3 puis Peacock au milieu de la foule et 42/52 et même 44/54 et 2'22' de joué. Il fallait respirer profondément pour croire que le CSP allait être à même de jouer dans le bon sens, tout le monde semblant perdu dans ce basket si différent des équipes qui souhaitent écraser tout le monde...
Un peu de sérénité, quelques action simples menées à bout, un 3 pts de Howard, un autre de Hayes après une belle prise de position de Conklin et le CSP obligeait Vucevic à prendre son temps mort : 54/56... 5'49'' à jouer dans le second quart temps. Ouf ! Pouvait-on presque penser. Howard égalisera (5/56) avant de faire faute mais il faut dire que côté bressant l'usure de la défense cercliste se faisait sentir... Sourire ! Pas encore si facile !
Un rush de Gibson né d'un travail bien tissé et 3 pts coché à la table de marque (59/58, 1'30'' à jouer) avant après un 3 pts raté de Ndoye un coast to coast de Howard pour 62/58... Un coup de sifflet de M. Canet aberrant donnait à Limoges l'occasion de se rappeler de la notion de territoire... et un second... mais tant bien que mal... malgré des lancers de Sim, c'était bien le CSP qui était devant à la 30e mn... 63/61... Ouf ! Mais 10 mn à suivre.
N'Doye égalisera avant que Gibson ne donne de l'allant, gommé aussitôt par Peackco avant une avalanche limougeaude de Morency (1 lancer) Gibson, Lydeka (panier plus lancer) et enfin Conklin pour 73/65 et 4'32'' à jouer. Les Burgiens, limités dans le banc (malgré quelques minutes pour Houmoudou) n'en pouvaient plus et si leur coach demandait un temps de réflexion, c'était pour prendre un 4/0 signé Bouteille et Morency. 78/65, 4'40'' à jouer... mais surtout, ne pas lancer les fleurs sans l'autorisation administrative des 40 mn. Il aura fallu attendre (c'est parfois meilleur !) mais au moins le CSP a marqué un territoire de solidité.
Le score final, importera peu car les visiteurs avaient compris que physiquement, il fallait espérer des retours de blessures et un budget majeur. L'altercation Conklin-Canet aura, on l'espère, la juste raison (par moment nos arbitres hexagonaux paraissent suffisants...).
Seuls Howard et Bouteille, retenus pour le « match des étoiles » demain auront des jours de repos en moins. Mais au moins, messieurs, bonnes fêtes de fin d'année, vous les méritez !

 CSP 88 – JL Bourg 75
(18/22, 22/22, 23/14, 25/14)
Pour le Limoges CSP : 27 sur 48 à 2 pts (Conklin 9/14, Morency 4/6, Howard 3/3, Bouteille 3/4, Lydeka 2/2), 6/19 à 3 pts (Howard 2/4, Hayes 2/2), 16 LF sur 28 (Bouteille 0/3), 24 rebonds défensifs (Conklin 4, Howard 5, Jaiteh, Carter, Morency 3), 16 rebonds offensifs (Jaiteh 5, Conklin 5, Morency 3), 5 interceptions (Morency 2), 8 balles perdues, 17 passes décisives (Morency 6), 20 fautes (Conklin éliminé 40e mn), 25 fautes provoquées (Morency 7), 1 contre.
La marque : Jaiteh 8, Bouteille 9, Bazille, Joyce, Carter 3, Hayes 8, Gibson 9, Lydeka 6, Conklin 19, Morency 14, Howard 12.
Pour Bourg : 21/36 à 2 pts (Peacock 8/14, Courby 3/4), 9/27 à 3 pts (Sim 4/9, Simon 2/3, Courby 3/7), 6 LF sur 11, 26 rebonds défensifs, 10 rebonds offensifs, 3 interceptions, 14 ballles perdues, 19 passes décisives (Sim 5, Peacock 4), 25 fautes, 20 fautes provoquées, 1 contre.
La marque : Dinal 4, Courby 15, Sim 18, Houmounou, Simon 13, Peacock 19, N'Doye 4, Jeter 2.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.