Fil info
11:39RT : Avec les postier.e.s en lutte à devant le centre de tri… https://t.co/RcjvkQ1Pkw
11:08Incompréhensible cluzel!!! Région : L’ARS ferme le centre expert autisme du Limousin | L'Echo https://t.co/bjaDRaLYnY via
07:59Région : Dépôt de bilan de l’entreprise de porcelaine J.l. Coquet à Saint-Léonard -> https://t.co/PHjZHN9Cjk
07:35# # - -Vienne : Tati Limoges reste ouvert et change d’enseigne -> https://t.co/2hwwgiUo7O
07:33France : «Le labyrinthe de la Voix» sillonne la porte océane -> https://t.co/lWpldLZ5Bs
07:30France : Limousine Park, moins cher, plus interactif -> https://t.co/reUfVzI2SL
07:26Région : Contre les punaises de lit : notre meilleur ami, le chien -> https://t.co/dv2rPSJqZE

Boulazac n’a pas à rougir!

COUPE DE FRANCE : Strasbourg 82 - Boulazac 62

La parenthèse enchantée de la Coupe de France se sera donc refermée pour les Boulazacois sur une défaite de 20 points. Si la victoire de la SIG est logique, tant l’intensité défensive alsacienne aura fait déjouer bon nombre d’offensives néo aquitaines, l’écart final est trop lourd pour un BBD, impeccable dans son investissement collectif 40 minutes durant. Tenant longtemps la dragée haute aux Bas Rhinois (69-60, 36e), les Périgourdins n’auront lâché prise que dans les dernières minutes.
Exploitant au mieux un retard alsacien à l’allumage, les Boulazacois comblaient leurs supporters dès le début du premier acte. Anderson dégainait à 2 reprises au-delà des 6,75 mètres (2-6, 2’20). Sanctionné 2 fois lors des 3 premières minutes, Labeyrie était rappelé sur le banc. Oniangue imitait son partenaire de loin (11-13, 4’40). Bousculée, la SIG se retrouvait rapidement dans la pénalité. Meacham, Oniangue et Diggs enquillaient les lancers (13-20, 7e). Le primé de Salmon (le quatrième du BBD) venait ponctuer un premier quart temps de haute qualité des Périgourdins (16-23).
Recadrés par Vincent Collet dans l’intervalle, les Alsaciens haussèrent leur intensité défensive de plusieurs crans dès l’entame du second quart temps. « On perd le match en début de deuxième quart, à cause de l’impact physique que nous a imposé la SIG ! », dira en conférence de presse le capitaine Boulazacois Arnaud Kerckhof.
En effet, blindant alors l’accès de sa raquette, la SIG contraignit quasiment le BBD à s’en remettre à des tirs à 3 points qui ne rentrèrent plus. Comme dans le même temps, les Strasbourgeois se faisaient plus efficaces en attaque, ils ne tardèrent pas à prendre les rênes (27-23, 15e). Muets pendant près de 6 minutes, les Néo Aquitains allaient (enfin) trouver le cercle sur le primé de Meacham (27-26). Si Oniangue imita bien son ancien partenaire du Paris-Levallois dans ce registre (31-29, 17’30), Logan commença à faire des siennes pour permettre aux Bas Rhinois de creuser l’écart avant de repasser par la case vestiaires. Malgré 8 paniers inscrits (dont seulement 2 dans la peinture), contre 16 aux Alsaciens et, 13 rebonds contre 20, le BBD restait dans les clous à la pause (40-31).
Un poison nommé Logan
Elu Homme du Match, le natif de Chicago, eut beau remettre ça d’emblée pour la SIG (43-31, 20’30), tel le sparadrap du Capitaine Haddock, Boulazac continuait à rester accroché aux basques des Strasbourgeois. Oniangue et Sanchez de loin entretenaient la flamme, avant qu’Anderson de près ne contraigne le staff alsacien à interrompre les hostilités le temps d’une explication de gravure (45-42, 24e). Bien leur en prit puisque Logan « plantait » 2 primé dans la même minute, redonnant une bouffée d’oxygène aux Bas Rhinois (51-42, 25e). Malgré le missile de Kerckhof, l’écart ne redescendit pas sous les 8 unités (60-51, 30e).
James et Diggs de loin le ramenèrent un instant à 6 (62-56, 31e) mais, la SIG avait maintenu son emprise quand survinrent les 4 dernières minutes qui s’avérèrent fatales aux Boulazacois. Bost, Logan, Randolph et Labeyrie se chargeant de porter l’estocade. Place désormais à la lutte pour le maintien en championnat pour le BBD avec, dès demain, la réception d’un autre gros poisson : la JSF Nanterre. Cela ferait du bien de se remettre à gagner au Palio…
Claude Bergeaud (entr. BBD) : « Sur le secteur défensif, on a ramassé mais, on s’y attendait. Je pense qu’on a eu une attitude irréprochable tout au long du match. La bascule se fait sur le deuxième quart temps où, sous la pression, nous avons persisté à dribbler, au lieu de continuer à faire circuler la balle sur la largeur du terrain. Sur le niveau d’ensemble, la victoire de la SIG est méritée. On n’a rien à regretter. Bon nombre d’équipes aurait aimé être à notre place. On aura été des pionniers. La suite devra être mieux que la première. Un jour, il faudra la gagner ! »
Stéphane Delaveau (CLP)

SIG 82 - BBD 62
(16-23, 24-8, 20-20, 22-11)
Arbitres : MM. Collin, Bretagne et Bardera.
SIG : 33 paniers sur 61 tirs dont 10 sur 24 à 3 points, 6 sur 10 l.f.. 37 rebonds. 24 passes décisives. 17 balles perdues. 9 interceptions. 21 fautes.
Marqueurs : Bost 13, Wright 4, Labeyrie 12, Logan 21, Bilan 14. Puis, Inglis 4, Randolph 5, Atkins 6, Leloup 3.

BBD : 17 paniers sur 51 tirs dont 10 sur 21 à 3 points. 18 sur 24 l.f.. 28 rebonds. 12 passes décisives. 19 balles perdues. 8 interceptions. 7 fautes.
Marqueurs : Anderson 11, Sanchez 7, Oniangue 13, Meacham 6, James 4. Puis, Kerckhof 5, Ubel 1, Salmon 5, Diggs 10.

nike free run 5.0 free