Fil info
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM
21:13 Visiblement, ce n'est pas pour tous les élèves...

Se méfier de l'euphorie

Les joueurs de Maître Collet (en équipe de France...) viennent tout juste de ranger la Coupe de France sur les étagères. Retour, la tête encore dans les étoiles des finales... vers le quotidien du championnat.

Le 15 octobre pour la 5e journée du championnat, le CSP s'était imposé à Beaublanc 80/74 avec une adresse de belle qualité (entre autres 10/24 à 3 pts) et quatre joueurs au-delà des 10 pts : Hayes 19, Bouteille 15, Conklin 12 et Carter 10. En face... presque la même chose, la marque également répartie entre Logan (19 pts 7 passes), Atkins 13 pts 9 rebonds, Dixon 14 pts (parti depuis) Leloup 12 et Labeyrie 10...
Autant dire que les équipes s'étaient regardées les yeux dans les yeux. Aussitôt derrière les hommes de Milling étaient partis s'imposer en Espagne dans le cadre de l'Eurocup à Bilbao... mais ça ne durera pas.
Budgets, prétentions
Strasbourg et sa belle salle ont été construits pour espérer un autre titre de champion de France... le seul datant de 2005 avec une équipe 100 % US. Mais surtout, la phalange alsacienne, toujours menée par Vincent Collet a croisé le CSP (les supporters de Beaublanc aiment le mentor de « Team France »), Villeurbanne, Chalons-sur-Saône... et s'est spécialisée dans l'argent. Depuis 2011, Strasbourg est donc en finale... Pas sur la première marche.
L'Europe a cette saison un peu conforté le président Bellon et pour l'instant en championnat, seuls les Monégasques, vainqueurs salle Rhénus pour la 29e journée sont en tête, les Manceaux partageant la deuxième marche.
Le CSP, eh oui ! est bien sur la troisième avec Pau, Dijon, l'ASVEL et Nanterre à 16 victoires et 13 défaites. Certes, à 3 défaites supplémentaires que les recevant du soir... mais tout est possible.
Les Alsaciens ont été très forts face à Boulazac en finale de la CDF, les Limougeauds ont été très collectifs face à Boulazac également la même semaine. Sans Samuels qui sera « peut être » présent et pour la deuxième fois avec Maille de retour après sa rééducation.
Strasbourg, c'est très fort dessous avec le duo Labeyrie – Milan, très solide à la mène avec Boost-Wright et terrible sur les ailes avec les snippers Logan-Randolph.
Limoges peut être très fort. Depuis le retour en lumière de Bouteille, le ballon n'est plus anxyogène pour des shooteurs US en manque d'adresse depuis... trop longtemps. Dessous, Jaiteh va être un peu moins seul avec la présence de Samuels sur ses deux jambes. Pour le tempo du match, attention aux défenseurs strasbourgeois, car comme le banc est très long, le risque des fautes est « élimé ».
Une victoire ce soir (attention, début du match à 20 h 45) est possible dans la capitale européenne. Rien que pour faire applaudir les plus toniques des supporters du CSP et voir Vincent Collet partir au vestiaires en en voulant à tout le monde.
Car il est des inimitiés qui durent...
André CLAVé (CLP)