Fil info
19:10Bergerac : Frédéric Delmarès reconnu coupable de braconnage | L'Echo https://t.co/7GuJzDFn1i via
18:57Indre : L’état-major Louis Pinton inauguré par les pompiers [Diaporama] -> https://t.co/zGf1NvDKiq
18:38Dordogne : Nouveaux remous aux Ateliers -> https://t.co/FJBdvxus9y
18:37Dordogne : Des peines de prison ferme contre les braqueurs du Sporting -> https://t.co/A19WlhD1oe
18:35Dordogne : TER : les inquiétudes sur le devenir de la ligne Périgueux-Agen perdurent -> https://t.co/WVqlNlbTAJ
18:33Dordogne : Fabien Galthié et les méthodes du rubgy appliquées à l’entreprise -> https://t.co/t93jPYUSDs
18:14Le Magny : 100 000 euros l'an prochain contre la mucoviscidose -> https://t.co/AQ5naLQu92
18:09Châteauroux : Un hommage au peuple syrien -> https://t.co/iTTApKlS6T
16:58Dordogne : C’est midi toute la journée en Périgord Noir -> https://t.co/WqqJVRnpSo
16:57Eguzon-Chantôme : La fête de la châtaigne ne manquera pas de piquants -> https://t.co/5R7YF3XSvH
15:57 samedi 27 octobre manif à la gare de et sont en grand pér… https://t.co/B7cmkDxNVR

Ne pas faire d'erreurs!

Si le Limoges CSP s'est imposé mercredi soir devant la JDA Dijon, ce ne fut pas sans souffrir. En effet tout fut loin d'être parfait, surtout en ce qui concerne la conservation de la balle. C'est même un petit miracle que cette courte mais précieuse victoire.
D'ailleurs, Kyle Milling ne disait pas autre chose lors de la conférence de presse d'après-match : « C’était très dur, on a la chance de gagner avec 22 ballons perdus à la fin. Si on perd moins de ballons, je pense qu’ils finissent à moins de points. Dijon n’a pas baissé les bras, ils ne l’ont jamais fait cette année, et nous, on a manqué de rythme. Quand tu perds 22 ballons, c’est incroyable de gagner : si on en perd autant samedi soir à Dijon, ça sera difficile de s’imposer. » Et il a raison le coach limougeaud. Cette ligne de stats est totalement surréaliste à ce niveau de la compétition et montre une certaine fébrilité qu'il conviendra de gommer ce soir.
Mais ce ne sera pas simple, loin de là, pour une formation qui n'est pas dominatrice loin de sont parquet. En effet, en 15 rencontres jouées à l'extérieur cette saison, le CSP en a perdu... 12 ! Voilà qui n'est pas pour rassurer les supporteurs des Verts.
Heureusement, si il est dans la droite ligne de cette première manche, le club limougeaud pourra s'appuyer sur son secteur intérieur, dominateur mercredi avec 34 rebonds contre 20 aux Bourguignon et, peut-être, sur sa réussite à longue distance (45 % à 3 points) même si l'on sait, dans le petit monde de la grosse balle orange, que rien n'est plus capricieux que l'adresse ; d'autant que celle-ci dépend souvent des repères que les joueurs ont dans la salle.
Et puis, il faudra avoir cette capacité à « tuer » le match que les hommes de Milling n'ont pas eu mercredi soir alors qu'ils menaient de 13 points à l'entame du dernier quart-temps.
Encore faudra-t-il, pour cela, qu'ils prennent le match à leur compte. Et là, on peut faire confiance aux Dijonnais pour ne pas leur faciliter les choses. Délicat euphémisme !
En effet, Laurent Legname et ses troupes étaient déçus au terme de cette première manche. « Le premier sentiment, c’est la déception, forcément. Tu perds le premier match d’une série, c’est compliqué. On savait que ça allait être dur. On est à -10, on arrive à revenir, et on peut faire le hold up. On a été mieux en fin de match. Il y a des choses à corriger. Il faut prendre ce match à la maison pour revenir lundi. On sait qu’on n’a pas le choix. Mais on sait aussi qu’on est bon à domicile. C’est « do or die » comme disent les Américains », constatait Valentin Bigotte (23 points mercredi soir).
Voilà les Limougeauds prévenus : les Bourguignons les attendent de pied ferme et entendent bien revenir fouler le parquet de Beaublanc pour une belle qui serait certainement électrique. Et même si le CSP reste intraitable, ou presque, à domicile (13 victoires, 2 défaites), nul doute qu'il préférerait plier l'affaire dès ce soir, ne serait-ce que pour profiter de 48 heures de récupération supplémentaire avant d'attaquer les demi-finales.
Gérard RAYMOND