Fil info
20:10RT : Tulle : bureau Latreille À où a voté François Hollande. Résultats : LREM 88 voix ; RN 65 voix ; PS 59 voix... Derr… https://t.co/mb1zchRGEP
19:54Châteauroux : Les lauréats Escapages désignés après une année de folles lectures -> https://t.co/L0Vj5HGXEk
19:49Châteauroux : L214 alerte sur le poids climatique de la viande -> https://t.co/tOeR7S7USK
19:47Le Blanc : Système de santé : chronique d’un « désastre annoncé » -> https://t.co/7zFDM3eJQx
19:45La Châtre-Langlin : Les « vieilles grands-mères » font recette -> https://t.co/ALcryrABfA
18:52Périgueux : Le climat a besoin du ferroviaire -> https://t.co/0m4H9LPq7M
18:49Périgueux : 220 Périgourdins ont défilé pour défendre l’avenir -> https://t.co/dmol3fv1uf
16:49 En espérant qu'ils ont rempli leur devoir de citoyen avant !
15:12Corrèze : Le tourisme à la mode virtuelle -> https://t.co/ETYmnaKlXZ
14:10 Toujours, toujours ✌️✌️
14:01 Il est sérieux monsieur le maire
12:43Élections européennes : le taux de participation à midi en Dordogne est de 25,06 % (contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009).
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM

Des ateliers théâtre pour dénoncer les discriminations

L’antenne limousine de l’association SOS Racisme a, dans le cadre de la semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, organisé des ateliers théâtre sur les discriminations, dans le secteur où elle est implantée, à savoir le quartier de Beaubreuil. Depuis 5 ans, l’association limougeaude a en effet élargi ses actions à la lutte contre toutes les discriminations. La jeunesse étant avant tout l’âge de tous les possibles, c’est très naturellement que ces ateliers s’adressent en priorité à ce public.

«Nous avons choisi d’organiser ces ateliers en période de vacances» explique Michèle Gayot, de SOS Racisme. Et c’est à la BFM de Limoges Beaubreuil que sont organisés cinq ateliers théâtre, pour les enfants de 8 à 12 ans le matin et de 13 à 15 ans l’après-midi. Vivien, bibliothécaire à l’espace jeunesse, est chargé de la mise en place de ces ateliers. «J’ai pris contact avec les associations locales afin de sélectionner les participants, et notamment auprès de l’association d’aide aux devoirs. Ce sont les enfants et les ados qui ont ensuite pris la décision de participer». Ces ateliers ont plusieurs buts, libérer la parole, renouer avec l’estime de soi, avoir le comportement adéquat et enfin sensibiliser et mobiliser les jeunes sur ces questions.

«Les aider à se canaliser reste important» estime Vivien qui pratique régulièrement les jeunes à la BFM, jeunes qui peuvent avoir des difficultés de comportements. «Nous leur proposons de se retrouver au sein d’un environnement qu’ils connaissent, la BFM, c’est plus simple pour eux que d’aller dans des lieux qu’ils n’ont pas forcément l’occasion de fréquenter comme le CCM Jean-Moulin», ajoute Vivien. Les ateliers sont animés par Sophie Gaillard, spécialiste des techniques ludiques au service de la cohésion du groupe et de la confiance individuelle. Ce professeur de théâtre a été pendant dix ans professeur de sports dans un établissement scolaire de la ville. Elle permet aux enfants et aux adolescents de parler des discriminations et exclusions qu’ils subissent pour certains, d’ailleurs dès le début des ateliers une des participantes a fait part de moqueries sur son poids. «Le travail de Sophie consiste aussi à donner des clés aux enfants afin qu’ils puissent désamorcer ces situations» précise Michèle Gayot. Elle indique aussi que cette manifestation a le soutien de plusieurs structures : la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), la Direction de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), la région Nouvelle-Aquitaine, le conseil départemental et la Ville de Limoges. La restitution des ateliers aura lieu ce soir à 17 heures, à la BFM en présence notamment des parents et autour d’un goûter. Cette première expérience devrait ouvrir la voie à d’autres manifestations autour de la culture, «on pourrait aussi faire ce type de rencontre autour de la musique, par exemple» indique Camilla, la juriste de l’association.

En attendant le combat contre le rejet de l’autre se poursuit pour l’association qui, le 2 mai prochain, assistera au procès d’un raciste qui a menacé les responsables locaux de mort. L’association avait porté plainte.

Fatima Azzoug