Fil info
23:59 Retour au 19e siècle. ...
17:20Catherine Baly, secrétaire générale de l’Union départementale CGT de la Creuse était convoquée jeudi au... https://t.co/MurxSp1j1I

Les salariés de l'EHPAD "Les Gabariers" en souffrance

Social

Hier, à Beaulieu-sur-Dordogne, le personnel soignant et administratif de l’Ehpad «Les Gabariers» mais aussi les familles des patients ont défilé sous les fenêtres de la directrice pour enfin se faire entendre.

En tête du cortège, Gérard porte le message «Ehpad, lieu de vie. Pas Usine !» Près de quatre-vingts personnes s’étaient donné rendez-vous :
personnels, délégués syndicaux départementaux de la CGT et familles de patients. «Au total, c’est 80% du personnel qui a signé une lettre de soutien, car beaucoup  assurent le travail auprès des patients», explique le représentant du personnel, le béret vissé sur la tête.
Au départ de cette grogne, plusieurs motifs: «un manque de considération du personnel, une surcharge de travail qui pèse sur les salariés et les patients, et une direction qui passe au-dessus des instances du personnel».
L’ambiance à l’Ehpad de Beaulieu se serait dégradée depuis l’arrivée de la nouvelle directrice Fabienne Mikec, il y a cinq ans. «Ma mère est ici depuis quinze ans», confie Didier, le fils d’une patiente. «Quand on vient le week-end, c’est le désert. à 11 heures, ma mère n’a toujours pas eu sa toilette, et si un patient tombe ou une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer veut s’enfuir, ce sont souvent les résidents qui viennent à son aide. Cela fait peur». Pour les familles solidaires du personnel, il est temps que la direction et le maire, président de l’Ehpad, entendent les messages d’alerte avant qu’arrive une catastrophe.
Pour Nathalie Cousty, secrétaire USD santé et action sociale de la CGT, «ce rassemblement manifeste le ras-le-bol du personnel
face à un management autoritaire. Les instances du personnel ont fait remonter depuis longtemps les difficultés liées à une gestion calamiteuse, mais rien ne bouge. Les employés sont en souffrance». Nathalie est élue au CHSCT et a aussi tenté de faire entendre cette dégradation des conditions de travail, mais «notre instance n’est pas respectée. Du jour au lendemain, des collègues apprennent qu’elles changent d’unité, sans discussion, sans fiche de poste». Aux «Gabariers» il existe trois unités de résidences : Adèle, Clarisse et Marie-Girard. «A Adèle, en semaine, on travaille à douze. Le week-end, on n’est plus que huit. On ne peut accorder que dix minutes par patient pour le lever, la toilette, le petit-déjeuner, les WC... C’est de la maltraitance». Une autre manifestante complète : «certains week-end, on n’est plus que deux par service, jusqu’à 18 heures pour cinquante patients et sans infirmière. On doit tout gérer».
Le manque de personnel se traduit aussi dans l’entretien des locaux et sur des incompréhensions. «On est resté deux mois sans téléphone, rien n’avançait, on devait utiliser notre portable pour appeler les familles. Si on se plaint, on nous répond : tu n’as qu’à aller chercher du boulot à Andros!»
Les représentants qui avaient déjà rencontré le maire Dominique Cayre, s’étaient entendu dire que celui-ci accordait toute sa confiance dans la directrice. Il n’était pas présent hier quand le cortège s’est arrêté devant la mairie. «Nous voulons remettre notre dossier de neuf pages en main propre à la directrice et rencontrer à nouveau l’Agence Régionale de Santé» indiquaient les élus CGT alors que les manifestants avaient installé leurs banderoles sous les fenêtres de la direction, sourde, mais encore pour combien de temps ?

Murielle Babin

Commentaires

Le commentaire a été supprimé car n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Le commentaire a été supprimé car n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Le commentaire a été supprimé car n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.