Fil info
17:20Catherine Baly, secrétaire générale de l’Union départementale CGT de la Creuse était convoquée jeudi au... https://t.co/MurxSp1j1I
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M

Il est des sourires il est des présences...

Il y a quelques temps, la stupeur nous glaçait. Les amis du Théâtre du Cloître nous informaient que Françoise Bourély avait rejoint le paradis des conteurs, le monde de l'éternelle douceur, le monde de la gentillesse incarnée.
Françoise, c'était avec «son Jacques» de ces personnes qui sont le socle de la vie associative locale. Cette native de Rancon (village de La Courcelle) après une grande partie de sa vie en Lozère, était revenue dans son «Haut-Limousin» et elle avait trouvé foyer à Blanzac. Françoise, c'était l'une des voix de Diapason mais aussi la fondatrice de «A claires voix» et elle avait également «mis la main» à une belle AMAP autour de jeunes paysans dynamiques et locaux. Elle aimait les conteurs et allait avec sa tente, de festival en festival.
Au cimetière de Villefavard, où elle repose dorénavant à côté de deux grandes dames, Annie Kaltenbach et Juliette Ebersolt, les animateurs de Bellac sur Scène ont eu des mots forts.
«Dès ton retour en Haut-Limousin ta soif de vie, de rencontres, de partages t'a naturellement conduite au théâtre du Cloître. D'abord pour assister aux spectacles, bien sûr. Puis aussi, naturellement, cette soif de découverte t'a conduite à très vite adhérer à Bellac sur Scène. A rejoindre ensuite les bénévoles auprès des professionnels permanents, à renforcer le conseil d'administration de notre association avec ton humour, ta capacité d'étonnement, ton expérience et un zest de bio... naturellement...
Tant ta présence, tes yeux rieurs, souvent moqueurs, parfois perçants et ta bonne humeur, ta passion, sont devenus au fil du temps, Jacques à ton côté, une composante évidente du Festival de Bellac et de la saison artistique, comme des actions culturelles vers tous les publics, de tous âges... à quasiment tous les postes imaginables...
Il y a à peine plus d'un mois, loin de t'arrêter à nous informer de la dégradation de ta santé t'obligeant à prendre du recul, tu nous disais «être extrêmement préoccupée par l'avenir de Bellac sur Scène, même si tu étais convaincue comme nous de la nécessité de cet outil de travail fantastique de développement culturel sur notre territoire».
Et il y a quelques jours encore, tu nous demandais «de bien vouloir t'excuser (oui, t'excuser!) de ne pouvoir participer à nos réunions du bureau et de conseil d'administration et de te communiquer le contenu de nos travaux et prises de décisions, vraiment trop fatiguée pour être avec nous. Mais je le suis de tout cœur, précisais-tu. Bises à tous...».
On te bise tous Françoise... Très fort. Comme on t'a bisée le soir de «Looking for Alceste» au théâtre du Cloître, éternellement bienveillante et souriante, pour ce qu'on ne pouvait imaginer être notre dernier spectacle ensemble, fin mars.
Sois sûre que l'on doit, que l'on veut, et que l'on va continuer... pour que d'autres encore puissent continuer. On va arriver à convaincre..
Signalons que le 64e Festival National de Bellac lui sera dédié.
C'est aussi grâce à des personnalités de cette trempe, de cette épaisseur, de cette densité intellectuelle que la vie reste «vivable», au milieu d'ambiances délétères, d'abandons personnels ou collectifs.
Il reste des vigies, sachons nous en rendre compte!       
André Clavé

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.