Fil info
22:46RT : 🚴😀✍🏼Voici la liste des coureurs amateurs engagés à la 52ème édition du Critérium Cycliste de Dun-le-Palestel Samedi… https://t.co/VL51rJXdDH
18:33À pleurer heureusement qu'il y a encore, ailleurs, de vrais journalistes https://t.co/hUXrp4kNNc
08:58RT : merci à de l pour le bel article sur notre opposition à l'arme nucléaire https://t.co/19iYzofajV

La CGT, sans cesse sur le pont...

C'était un vendredi de Pentecôte «chargé» pour les syndiqués CGT de Bellac et du nord du département, car c'était jour de congrès local.
Si les services publics sont maintenant absents du territoire et la moindre réunion a lieu à Limoges... voire Bordeaux, les syndicalistes, bien ancrés sur leur territoire, savent le besoin quotidien, de gestion ou tout simplement urgent de la proximité. Une proximité qui est aussi un art de vivre.
L'UL, à Bellac, c'est à côté de l'école de musique, non loin de la crèche, juste en face des pompiers. C'est donc facile à trouver et comme le grand syndicat né à Limoges il y a plus d'un siècle, est parfaitement représenté (tant dans le privé que le public), il est facile de croiser de temps à autre un syndicaliste.
Tous les jours
Un congrès, c'est l'occasion de regarder devant (surtout en attendant des élections législatives au goût pour le moins étrange...), d'appréhender les évolutions et les techniciens se sont succédé pour cela et aussi de lire le travail quotidien.
Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas manqué. Entre les fermetures de gares (Le Dorat, Bellac et même La Souterraine), les entreprises dans le combat (Centre 7, Doralaine), les exclusions à réintégrer (belle semaine de mobilisation pour deux postières Rouffignac-Debord.).
Les syndicalistes, ce sont un peu des «lanceurs d'alerte», à un point tel que ce sont eux qui ont averti les élus de la visite du président de la République.
Un président qui avait (en retard, ce n'est pas poli pour un premier de la classe) choisi d'accueillir pour «négocier», les Sostraniens de «GM et S» à la sous-préfecture car le risque de bloquer tout Limoges était trop important.
Des syndicalistes arrivés lentement, tout juste une semaine après le congrès local et qui n'ont pas caché leur émotion de l'accueil des Bellachons... mobilisés par la CGT.
Et le travail est tellement également tourné vers demain que les Cégétistes ont aussi été des combats pour maintenir des classes, des écoles ouvertes.
On a bien sûr au cours de cette journée évoqué l'honnêteté, le vivre ensemble, le respect des lois (bien des patrons, petits ou grands jouent de plus en plus avec les droits aux congés...).
Une journée dense donc, conclue festivement car il faut aussi mettre des sourires aux fenêtres et comme huit jours plus tard, il fallait être mobilisés pour accueillir le président de la République... tout le monde était en forme. Car la vigilance quotidienne, les combats de tous les instants... c'est aussi le sel de la vie. Une vie syndicale qui a vu s'éloigner un grand ancien, Christian Lavallée, mais qui a su «passer la main».
Nous aurons, bien sûr, trop souvent dans ces colonnes l'occasion de souligner l'infatigable travail de ces hommes et femmes investis pour le quotidien de tous.
André Clavé
Le bureau : co-secrétaires, Bernard Lestieux et Valérie Lefront; secrétaires-adjoints, Xavier Brachet et Céline Jaugeard; trésorière, Valérie Bellange; adjointe, Sandrine Tindiller. Responsables de la vie syndicale: Magali Moudoulaud, Nathalie Chaput, Karine Février, Karine Cottin.
Responsables à la formation: Franck Arnette et Philippe Riffaud.
Pour les retraités: secrétaire, Colette Wattelier; adjointe, Jean Martin; trésorière, Evelyne Deverière, adjoint, Christian Vallier.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.