Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

«Les Gardiennes», de beaux liens créés

Une équipe d'importance, louant des maisons, faisant travailler toute l'économie et surtout... réalisant tout simplement un «chef-d'oeuvre».
Et avec à ce film «Les Gardiennes», les figurants recrutés sur place se sont retrouvés, en famille, un dimanche terrible de pluies violentes au Lux, où les animateurs (bravo à eux, les ciné-débats sont de plus en plus actifs et courus) savent créer de beaux événements.
Pas de réalisateur pour animer un débat, pas d'actrices « tête d'affiche » (Laura Smet et Nathalie Baye étaient fort légitimement retenues par un deuil), mais pour une salle comble... le plaisir, simple mais intense, d'un film magnifique.
2 h 20 de durée lente, mais de la juste lenteur des saisons paysannes. Le moment le plus rapide est celui du labour avec des vaches... c'est dire. Le biopic? Le travail de la terre, rude et manuel, durant la guerre de 1914-1918 par les femmes ; les anciens étant handicapés et les jeunes au front. Et ces angoisses, ces annonces, ces larmes, ces inquiétudes qui se lisent dans des paysages filmés comme des œuvres d'art.
Par ce film, le Haut-Limousin est magnifié, les paysans sont donnés en vision intime et heureusement, l'évolution (mécanisation des récoltes) arrive. La seule choses qui ne change pas, c'est le repli sur soi-même, sur des petits territoires où il est difficile d'arriver, de s'implanter.
Si vous avez du temps de libre, le plaisir d'avoir à découvrir une œuvre majeure et un film où tout est à la juste vitesse, allez voir «Les Gardiennes», du cinéma «grandeur nature».
André Clavé
NDLR: au terme de la projection, un petit pot a permis de débattre avec les figurants heureux d'avoir découvert «le monde du cinéma».