La route! Si, si, on en parle...

communauté de communes du haut-limousin en marche

Le temps passé, la pertinence, les réunions qui s'enchaînent, se copient, s'enlisent et promettent.  En 25 ans au moins 50 réunions se sont tenues concernant la route qui relie deux anciennes capitales régionales Limoges et Poitiers: la RN 147.

Rien que pour les études d'implantation, de gestion des espaces, en trois ans nous avons suivi MM. Septaubre et Buge, ingénieurs de l'Equipement (on sait, on parle comme des anciens) dans des réunions municipales de Cieux à Peyrilhac, Nantiat, Saint-Jouvent, Chamborêt, Saint-Junien-les-Combes, Berneuil, Blond, Vaulry, Bellac, Peyrat-de-Bellac, Saint-Bonnet-de-Bellac, Bussière-Poitevine... laissant «l'autre côté de la frontière» à nos collègues de Centre-Presse... tout en participant à de nombreuses réunions-débats à Lussac-les-Eglises, les élus de cette commune étant pertinemment concernés.
Nous serons tous...
au cimetière
Pour nous «distraire» de la route, une autre lecture de l'aménagement du territoire nous a promenés à plus de 160 km/h... de Limoges à Poitiers sans arrêt (vous parlez d'un aménagement du territoire) dans un TGV qui allait permettre au Limousin «de s'inscrire dans le XXIe siècle et d'éviter aux entreprises de partir et à d'autres d'arriver» (les personnes affirmant cela sont  toutes de haut niveau décisionnaire). Mais voilà... le TGV n'a été vu d’un bon œil du côté des ministères et 3.200 ha de terres agricoles ont été préservés, sans compter les chemins touristiques, les chambres d'hôtes et les rivières...
Alors, quand les aéroports (dont le citoyen qui ne prend pas l'avion paye tout de même le fonctionnement... et les déficits, conséquents) reviennent sur le dessus des néo-débats aquitains il fallait bien reparler de la RN 147... car la télévision n'arrête pas de le dire, avec force reportages: «C'est la route la plus mortifère de France».
Alors comme les «sous» de l'Etat, des Régions, des Départements, des Métropoles n'arrivent pas à tomber dans la même escarcelle et comme le document «Septaubre-Buge» a été légalement abandonné (que de travail, d'énergie et... d'argent dépensés...) la RN 147 a repris son rôle de «serpent de mer» porté cette fois par la CCI, sous forme d'un autoroute concédé.
Récemment, une réunion décideurs économiques – CCI s'est tenue à Bellac... et nous n'en savions rien. Heureusement des amis nous ont ramené des documents et c'est clair... puisqu'il y aurait même un deuxième tronçon entre Bellac et La Croisière (actuelle RCEA).
Le but recherché est de faire le même type d'autoroute que Pau-Langon, c'est à dire avec beaucoup d'équipements entrant-sortant, car il faut tenir compte des habitants, de l'économie (Meillor, Bellac Industries...).
Et quand on sait que le Conseil Départemental de la Haute-Vienne a résolument tourné le dos au nord du département en travaillant de Limoges à «Nieul-aéroport» pour une 2 fois 2 voies... pour ravitailler «Limoges-Métropole» on ne peut que sourire.
Sourire ne fait pas tout
Les jours suivant la réunion CCI-Bellac, Mme Magne, députée de l'arrondissement de Bellac animait un débat sur la RN 147... à Couzeix, ville non concernée, puisque la RN 147 s'arrête maintenant à la D2000 (ancien nom).
Nous n'y sommes pas allés volontairement car il faut arrêter de se moquer du monde. On aurait fait le voyage à Nantiat, à Bussière-Poitevine... à Bellac, mais à Couzeix... il ne faut pas se moquer du monde.
Et là aussi, des amis nous ont ramené un compte rendu... sans notes. «On n'a rien appris. La députée translucide n'a fait que rappeler les promesses d'il y a douze ans, voire plus.»
Donc, pour ceux qui nous poseraient la question «alors, quand est-ce que les travaux commencent», notre réponse est d'une grande tristesse: «Je m'en fous... je serais déjà au cimetière».
Quant à l'avenir du Haut-Limousin, ce sera la paupérisation puisque déjà on va détruire des habitations HLM à Bellac...
André Clavé