Fil info
21:22Saint-Sulpice-le-Guérétois : Le travail du bois, une passion, un métier | L'Echo https://t.co/Vdq0ECnUrO via
20:52 Engendrer..
20:51 L’écologie n’a rien à voir avec tout ça !!! Vous ne savez rien de ce que peut engendré ce… https://t.co/W12hCtgkST
19:53Brive-la-Gaillarde : Solidaire est le Secours Populaire -> https://t.co/pmngsMMHRb
19:47 Le cri de soulagement du Patrimoine et de la biodiversité 🐾🌳🌍
19:08Indre : 258 millions d’euros pour un an -> https://t.co/3qu1tQJEnK
18:12Plus que jamais Président des Régions de France… https://t.co/cwZ8G394sk
17:52Dordogne : Le parti socialiste compte sur ses valeurs pour retrouver des couleurs -> https://t.co/x71S0Ovl7u
17:49Beynac-et-Cazenac : Déviation : le cri de colère des entreprises -> https://t.co/uEmRSQEDBv
17:28RT : Les agents des finances publiques ont protesté à Tulle contre 17 suppressions de postes en https://t.co/TebYxVnJE7
17:20RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
17:10Périgueux : Nouvelle saignée aux impôts -> https://t.co/fIsU0LOw5Y
16:54Sarlat-la-Canéda : A vos agendas 2019 -> https://t.co/hXvkLBbxtE
15:57RT : En fin de cortège, on rend hommage au ⁦⁩ ⁦⁩ Par le… https://t.co/7Pw3YkiwHx
15:53Marsac-sur-l'Isle : Un salon de passionnés à l’ambition régionale -> https://t.co/PYalTw0ytJ
15:37Mérigny : Les seuils de l'Anglin arasés cette année -> https://t.co/UnmtKOBc0c
15:32Indre : Le photovoltaïque au centre des vœux -> https://t.co/xqPyrT2nf2
15:26RT : Pour conquérir le numérique, « La Marseillaise » a un besoin vital de votre soutien https://t.co/zsWebVd2tu
12:18Tulle : Hôpital : une cérémonie des voeux sous tension sociale -> https://t.co/MUlPtOjG5U
10:54Vœux à la population de Jean-Paul Grador et partage de la galette, à l'Auditorium Sophie Dessus à ven… https://t.co/a6Hwqcn7ZX
09:01Région : La situation du Brésil, on en débat à et à https://t.co/EetKPkHqOb
08:45🎒 Sainte-Feyre dans la est le village à découvrir dans . & Benoît Ligneau vous y att… https://t.co/i6xP2PXGsk
07:54France : Don du sang, une fréquentation en dents de scie -> https://t.co/tMk4rjPMwH
07:51 débat -Claude Leblois - -Vienne : Le oui mais du conseil départemental au grand débat -> https://t.co/2unGKm8epg
07:49France : Deux temps pour échanger sur la "fascisation" au Brésil -> https://t.co/FYn44xEO10
07:45Région : Métier : chirurgien du livre -> https://t.co/YnXfbNkbiB

Quand un théâtre applaudit et rit...

Depuis le 11 novembre et la soirée «Plaire, abcédaire de la séduction», on a enchaîné avec «Je ne veux plus», puis «Lumen»  et enfin, ce 2
décembre en soirée (et un samedi) «La revue des Sea Girls».
Soit successivement: du rire né de la réflexion sociétale sur le rôle des artistes, la réflexion profonde sur les cicatrices de l'Histoire et sa transmission, une plongée dans la littérature fantastique pour arriver à la «légèreté» pour ouvrir le mois de décembre.
Légèreté ne veut pas dire petit spectacle mal ficelé. Certes, l'affiche correspondait quasiment trait pour trait à celle de «l'Ange Bleu», dans la banlieue de Bordeaux, où toutes les associations du 3e âge vont au moins une fois voir des jambes fuselées qui se
lèvent, des plumes à foison, de la magie et de la musique (et en plus on y mange).
Et pour mieux imiter encore,
devant une salle pleine d'un public peu habitué au lieu (et tant mieux, c'est bien une salle pour tout le monde...) les quatre danseuses-chanteuses-actrices-magiciennes étaient réellement en costumes «près du corps», avec «plumes dans le...» (et sur les épaules tout de même) et les deux musiciens, qui donnaient l'impression d'être bien plus, parfaits...
Mise en scène au millimètre, copie conforme du Moulin Rouge sauf que... car il y a un «sauf que»... les quatre danseuses, Judith Rémy, Prunella Rivière, Delpine Simon et Agnès Pat' ont «pris de l'âge». Le pep's est toujours présent, les chorégraphies parfaitement exécutées, mais l'usure du temps, les mêmes «tronches» tous les soirs et la vie de groupe qui s'écaille de temps à autre. Sans parler des égos comme le superbe numéro de claquettes.
Les paroles des chansons (soulignons que le travail a capella a été d'un très haut niveau) par contre étaient toutes «signées». Pertinentes, graves (comme le beau texte sur les femmes battues), rigolotes et le tout ficelé comme un paquet cadeau.
Et de plus, elles ont «mis le feu à la salle» en invitant pour un
moment de magie parfaitement réalisé un spectateur qui en gardera de beaux souvenirs.
Une petite phrase de plus pour
remercier et féliciter l'animatrice de l'hôpital qui a amené une délégation dont une dame, Mme Boisseuil, 87 ans, qui avait les yeux
lumineux après le spectacle... «et c'est la première fois que je vais au théâtre».
Quand on vous parle d'utilité
publique!...
André Clavé