Fil info
11:02 hélas ne pourra pas lui rendre hommage

La «famille communale» à l'honneur

Les cérémonies de vœux, tant associatives que municipales sont attendues. Pour deux raisons, tout d'abord se retrouver, avoir le plaisir de partager des moments chaleureux et ensuite... faire le point du passé à peine éteint et d'un avenir qu'il n'est jamais évident d'expliquer.

Tout récemment en une fin d'après-midi déjà sombre et encore très humide, la salle du conseil municipal accueillait toute la «famille communale», autrement dit les élus et celles et ceux (ils sont près de 90, tous types de contrats confondus) qui permettent le «fonctionnement de la cité».
Mme Hourcade-Hatte, maire, après avoir accueilli le nouveau directeur général des services (ce qui fera l'occasion d'un  autre article) et remercié Mme Mesure pour avoir cumulé deux postes fort longtemps, s’adressait à l’assistance :
«Ce moment des vœux partagé avec le personnel municipal et du CCAS en activité ou à la retraite représente un moment d’échanges important de la vie interne de nos structures. Je remercie toutes et tous, celles et ceux, qui ont collaboré avec nous l’année dernière: fonctionnaires, stagiaires, contractuels, emplois saisonniers… C’est toujours un plaisir de vous dire en mon nom et au nom de toute l’équipe municipale toute l’importance et toute l’attention que nous accordons au fait de servir notre population et notre territoire en votre compagnie.
«Préserver les services publics et les développer doivent être au cœur des débats de 2018. Je vais juste faire référence aux + de 70 ans du statut de la fonction publique. En effet, c’est la loi du 19 octobre 1946 qui est la fondatrice de nouvelles bases républicaines après le régime de Vichy. Elle chasse un long passé d’arbitraire en plaçant le fonctionnaire dans une relation citoyenne à l’égard de son employeur. Il faut se rappeler les deux innovations essentielles que sont la reconnaissance explicite du droit syndical et la création d’organismes permettant la participation des fonctionnaires à la gestion de leur carrière.
Il a fallu attendre les lois des 13 juillet 1983 et 26 janvier 1984 pour que les acquis de la loi de 1946 soient étendus aux agents des collectivités. On le doit en particulier à M. le Ministre Anicet le Pors. Mais que de luttes pour défendre le statut car pour beaucoup les fonctionnaires sont trop payés, trop nombreux, trop absents… Plus que jamais, ensemble, nous devons tout faire pour réaffirmer les principes fondamentaux portés et défendus à savoir les valeurs du service public qui doivent être: égalité, citoyenneté et indépendance. Il est important de prendre conscience de ceci et d’avoir en tête la phrase de Nelson Mandela: «Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on y arrive».Mme le Maire avait même un plaisir non feint à citer tout ce qui était réalisé en régie (importantes sources d'économie et d'ouverture des esprits au travail) et avant de parler des départs, elle accueillait les «nouveaux» dont certains déjà stagiaires et qui verront leur titularisation arriver au fur et mesure des carrières.
Des départs
a la retraite
Pour Odile Lépine, qui n'aura pas effectué une énième rentrée scolaire à Jolibois et sa famille lui prendra tout le temps disponible. Son époux, Fernand la rejoint sur la liste des «partants». Il se muait une fois l'an en bonhomme rouge et blanc mais  ce Bellachon pur souche a terminé aux services techniques sa carrière en responsable des installations thermiques de l'ensemble des bâtiments communaux.
Pour Pascal Cadon, c'est «retour au civil» pour l'ancien chef de la police municipale et ce Limougeaud après avoir  exercé partout en Haute-Vienne promenait sa bonhomie et son efficacité sous l'uniforme bellachon depuis 2013. Joël Ducharlet, autre «pur Bellachon» a intégré la commune  en 1993 après une première vie à l'abattoir. En fin de carrière, en plus des talents électriques il gérait le magasin des services techniques. En ce qui concerne Didier Hémonic, Bellac l'a connu au départ comme artisan cordonnier puis c'était autour des stades et des gymnases que l'on le retrouvait au travail.
Méconnu des plus jeunes, Philippe Marsaud qui était en invalidité depuis... 2013 a rejoint le monde des personnes disponibles pour elles-mêmes. Tout le monde se rappelle sa haute stature sous l'uniforme de la police municipale.
Dernière «partante», Marie-Christine Rédé, en arrêt de longue durée a terminé sa carrière comme «directrice de la crèche municipale».
De belles médailles
C'était au tour des médaillés d'être appelés par Mme le Maire et les signes officiels étaient remis par différents élus. La médaille d'honneur régionale, départementale et communale permet de reconnaître le travail mené sur le long terme.
A l'échelon or, deux dames partant en retraite, Odile Lépine et Marie-Christine Redé.
A l'échelon vermeil (30 ans de service), Pascal Rigondeau qui l'on croise sur les espaces verts ; Didier Delage, lui aussi aux espaces verts.
Echelon argent, Christelle Giraud que les habitants apprécient à l'accueil et aux rapports administratifs. Hélas pour ce moment elle soignait la grippe de sa fille. Mais également Patrice Marchadier, adjoint technique principal aux services de voirie ; Christophe Moreau, lui aussi au service propreté et Pascal Pagnat qui est maintenant chef du service entretien des bâtiments communaux.
André Clavé

Vans Varsity Pack Sk8-Hi Era