Fil info
18:50RT : Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
18:49RT : Le 20/9/17 était arrêté à la préfecture de , il faisait son métier de en filmant… https://t.co/ze1YoNyWTG
18:49RT : A la préfecture de , en Creuse , l’an dernier à la même date, lors de l’occupation par les… https://t.co/sEDGkus9oh
18:49RT : Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
18:12Indre : Une nouvelle association pour les acharnés du jeu -> https://t.co/JaOpdOPM4A
18:07Indre : Maternité : la commission d'appui n'a pas eu lieu ! -> https://t.co/4hXbbbn92f
17:30Tulle : Sécheresse : Les restrictions maintenues -> https://t.co/Ozp4tkH15P
16:11Région : La transition énergétique divise -> https://t.co/NB8561KJHK
16:09# # - -Vienne : L’implication par le dessin -> https://t.co/3h3TQkKXse
15:51Marcillac-Saint-Quentin : Une rue en la mémoire de l’ancienne institutrice -> https://t.co/f3RjRnSEC7
15:47Carsac-Aillac : Les moulins entrent en scène -> https://t.co/Ukmp4T7eMS
15:43Mussidan : La déviation est en bonne voie -> https://t.co/Nwe5gD0Ymm
15:42Dordogne : Une journée pour s’informer sur le mal de dos le 25 septembre -> https://t.co/89CeYCmTrr
15:40Dordogne : Le Périgord s’exporte jusqu’en Australie -> https://t.co/W81TRX9Kj4
15:36Dordogne : La « petite histoire » n’en finit pas de grandir -> https://t.co/sp5jjVhcys
15:33Périgueux : Deux jours pour prendre véritablement soin de soi -> https://t.co/gMUzMdwADs
14:54Saint-Benoît-du-Sault : 130 minots ont repris le chemin du stade -> https://t.co/gGe8tWRHE9
14:52Le Blanc : à quand le retour des coquelicots dans les campagnes ? -> https://t.co/AhSI0EREpq
14:52Pouligny-Saint-Pierre : La commune s'enrichit d'une nouvelle association -> https://t.co/0itB3FKHi6
14:44 😍😍
14:44 Yess
14:43 c'est Martin ? 😱
14:07Périgueux : Des locaux sécurisés et adaptés -> https://t.co/lFf1ComIiO
12:39RT : le bel article de l' pour la Journée Internationale de la Paix https://t.co/Qgnd5U9f7k
12:37RT : Pour le coup, Céline a sans doute la meilleure formule pour parler de : « La merde a de l'avenir, vous ver… https://t.co/TAornnQb8U
12:33RT : Contrairement à ce que je lis et j'entends, non, le ne propose pas d'agir dans le cadre des traités européens… https://t.co/yVJtV5QwsL

Les «Chaîneries Limousines» riche de ses personnels

Il y a longtemps, alors qu'il n'y avait pas d'usine à Bellac, une entreprise naquit à la «gare de Saint-Ouen» pour fabriquer des chaînes et la première centrale électrique pour fournir l'énergie indispensable était au moulin de Chèze.
Puis ce fut la construction du barrage de Chaume pour plus d'énergie et plus de régularité mais l'entreprise, suivant la ligne de chemin de fer Poitiers – Limoges (eh oui! Longtemps le rail a été aussi commercial et industriel...) remonta à Bellac, 4 km plus loin... dans le quartier de la Gare.
Les bâtiments sont passés d'un côté à l'autre de la RN 147, plus rien n'arrive par le train (du moins côté marchandises et/ou matières premières) et sans faire de bruit, mais en préservant des savoir-faire rarissimes, l'entreprise compte maintenant, en incluant quelques cadres qui travaillent à Limoges, 85 feuilles de paie.
Alors lorsque M. Serge Lauwers, le directeur, se retrouve encadré des élus (maires, présidente de la Communauté de Communes, conseillère départementale, députée et de Mme la Sous-préfète) face aux employés, dont beaucoup en bleu de travail, il ne peut que délivrer une analyse fine du monde industriel.
«L'époque actuelle offre des outils qui donnent un accès immédiat à énormément d'informations et de contacts. On est pris dans la spirale de l'info en continu, du zapping permanent. On échange simultanément par mails, par messages, tweets, snaps... par de multiples réseaux sociaux. Dans cet environnement ultra-rapide et en perpétuelle activité, on zappe, on consomme sans fidélité, et ces comportements instables impactent naturellement aussi notre relation avec le travail.
Ici, aux «Chaîneries Limousines», notre entreprise a besoin de compétence, de régularité, de rigueur, de développement des compétences, et donc avant tout de la fiabilité et de la fidélité de ses salariés. Alors récompensons et remercions sincèrement ces salariés qui respectent et partagent ces valeurs. La fidélité à son travail, c'est l'acquisition de compétences, la reconnaissance de son travail, l'apport de savoir-faire à l'entreprise et donc la régularité de la qualité des produits qui en sortent.»
Les élus et Mme Martin ont souligné cette particularité de l'industrie et des savoir-faire. Autre particularité... ce sont les maires des communes de résidence des «médaillés» qui ont agrafé la récompense et on trouvait là... M. le Maire de La Souterraine (quelques licenciés de «GM et S» pourraient être intéressés... à 40 km de chez eux!).
La liste des médaillés «dira quelque chose» aux vieux Bellachons, car on retrouve bien des employés des Chaîneries, des voisins, des amis d'associations et autres.
20 ans, médaille d'argent: Chantal Thomas, comptable (a commencé à 18 ans). Jean Hubert, opérateur traitement thermique calibreur; Bruno Reix, agent de maintenance.
30 ans, médaille de vermeil: Jean-François Chabernaud, conducteur; Jean-François Moreau, assistant logistique, responsable montage spéciaux.
35 ans, médaille d'or: Patricia Reix, comptable; Jean-Michel Gaillard, directeur technique; Francis Lajarige, régleur; Jean-Jérôme Pénichou, opérateur traitement thermique, calibreur; Jean-Luc Quichaud, fraiseur, agent de maintenance; Octave Terrade, conducteur de machines.
Grand or, 30 ans: Christiane Depierrefixe, agent informatique; Raymond Michelet, régleur.
André Clavé
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.