Fil info
01:11 DESDE SALUDOS A Y A TODOS LOS COMPAÑEROS LUCHADORES DE… https://t.co/FZrMHxRNmM
23:17Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes | L'Echo https://t.co/txBydPUZxh via
23:11Basket : Les dés sont jetés -> https://t.co/S9nwin3FrL
23:09Football : Et Mboné surgit… -> https://t.co/dHlUp7oKmN
19:34Châteauroux : La rectrice auprès des tous petits -> https://t.co/X4UdYiXwuo
19:32Indre : La couveuse : un dispositif qui a fait ses preuves -> https://t.co/KeDoShBSY7
19:31Châteauroux : Des travaux à la résidence des Rives de l’Indre -> https://t.co/hoFMaELL8E
18:52RT : Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
18:36Bugeat : Projet innovant vs désolation ! -> https://t.co/S2YWwfe4Ly
16:41Saint-Barthélemy-de-Bellegarde : Le pastolarisme en exemple -> https://t.co/WTVlHIibwi
16:29Sarlat-la-Canéda : Vers de nouvelles modalités de collecte -> https://t.co/LKSm8QZgRn
15:14RT : Les salariés de Carrefour se battent pour une revalorisation de leurs salaires : « On ne vit pas, on survit »… https://t.co/u0GCFAwa2q
15:07Dordogne : FO pénitentiaire prêt à rejoindre la convergence des luttes -> https://t.co/fHGJLF3bLu
15:06Périgueux : La permanence du député Philippe Chassaing vandalisée -> https://t.co/DFIpWtOj4F
15:00Dordogne : Un bol d’air financier pour la Semitour qui veut voir plus loin -> https://t.co/8U8VMDUtrp
14:58Dordogne : L’école pour tous les enfants -> https://t.co/0aqEHYICp3
14:32Bergerac : Cheminots et retraités s’invitent à la permanence En Marche -> https://t.co/XINzPaf5J6
13:56Vous souhaitez devenir partenaire du ! Contactez nous via Gael Champier ou Michel Bremont https://t.co/42ZRHT1UBH
11:08Bergerac : CAB : les deux points de hausse fiscale définitivement entérinés -> https://t.co/6s7DbBAq0r
11:05Mérinchal : prévention du risque routier et aide à la conduite Le département de la Creuse, la conférence des finan… https://t.co/qMg9uuj0K1

3 avril, 22 juin... on prendra le bus

Pour ceux qui ont un peu de mémoire, on se rappelle les grands rendez-vous avec les élus des « deux région » Poitou-Charentes et Limousin, vers les années 2010, quand de grands travaux avaient été effectués sur la voie de chemin de fer Limoges – Poitiers. Une première pour le Poitou-Charente à l'époque qui ne lisait son territoire qu'en direction de Paris. On pensait donc, légitimement, que tout le monde serait tranquille pour des années et des années et que tout allait pour le mieux.
Retards,
ralentissements
Or, nous venons de l’apprendre, il y a eu des travaux avant tout entre Le Dorat et Poitiers et peu de chose ailleurs. Donc, quand la presse, les élus, les syndicalistes, les usagers sont invités à participer, salle de la Gartempe à Bellac, ce jeudi 1er mars en fin d’après-midi salle de la Gartempe à la Maison des associations à un « Comité de ligne spécifique aux travaux programmés sur l’axe Limoges - Poitiers »... que de craintes.
En effet, tout juste après le « rapport Spineta » et l’avancée en pleine lumière de l’ultra-libéralisme et du déménagement du territoire, on ne pouvait que se poser des questions. C’est M. Jacky Emon, conseiller régional Nouvelle-Aquitaine en charge du TER, accompagné de cadres SNCF (différentes services). Sur cette ligne à 11 trains aller et 11 trains retour d’un bout à l’autre (plus un Limoges – Le Dorat quotidien également) ce sont 660 voyageurs/jours (dont 16% d’abonnés et clients fréquentes) des travaux sont donc indispensables, dès la sortie de Limoges, à l’abord de Bellac pour éliminer des zones de ralentissements et 3'30'' de perdus. D’autres seront menés de Lussac-les-Châteaux à Saint-Benoît où là c’est le terrain qui présente des risques et demande d’importants sondages. Ces travaux (15 Me) financés à 73% par l’Etat, 10% par la région Nouvelle-Aquitaine et 17% par SNCF Réseau vont être menés dans le cadre du contrat de plan Etat-Région 2015-2020. Donc un signe fort si besoin était de la volonté de maintenir cette voix qui relie deux anciennes capitales régionales et qui est bordée par une route, légendaire maintenant, la RN 147, sur laquelle personne ne veut mettre le moindre kopeck.
Tant l’élu régional que les techniciens ont été clairs, précis et compréhensibles mais cela n’a pas empêché le débat avec une salle où usagers, syndicalistes, usagers, élus locaux et nationaux (députée, sénateur) étaient « à l’affut », surtout après le « fameux rapport Spineta ».
Les Cégétistes ont exprimé leur opposition totale au « rapport » mais M. Emon a répondu, calmement : « M. Spineta n’a remis qu’un rapport. Nous n’en tenons pas compte. De plus c’est un discours clivant ». Et de rappeler la masse des investissements de Nouvelle-Aquitaine.
Des cheminots ont demandé pourquoi les travaux se dérouleraient du 3 avril au 22 juin (nous reviendrons plus en détail et la SNCF fera la communication pour cela) « alors que les lycéens seront impactés en période d’examens et que juillet-août paraissent plus adéquats ». A ce sujet (celui des scolaires) le proviseur des lycées de Montmorillon, très remonté, a souligné les manques flagrants pour amener des élèves qui parfois viennent d'au-delà de Poitiers. « Sur 460 internes, plus de 160 prennent le train et soit arrivent bien tôt tôt (départ Poitiers 5 h 15)... soit trop tard ».
A l’affirmation de la « régularité des bus », colère froide d’une abonnée Bellac-Limoges « qui ne comprend pas que cette semaine encore un train a été supprimé sans explication. Dès que l’on est dans le bus, c’est 15 mn de retard minimum ». Sur les 55 km concernés (sur les 93 de la ligne) du ballast sera remplacé sur 4,1 km (ainsi que des traverses) la voie sera renouvelée sur 2,3 km à proximité de Limoges, la voie sera remise à niveau partout et sur les 47 passages à niveaux, seront menés des travaux d'entretien.
« Nous menons ces travaux pour arrêter la dégradation des performances. Nous avons la parole de l’Etat pour la conduite de ces travaux ».
A ce sujet d'ailleurs, une question dans la salle : « Si les sondages dans le Poitou où la ligne s’affaisse  montrent qu’il faudra des dépenses hors programme, l’Etat suivra-t-il ». Pas de réponse... sinon M. Emon qui rappelait « que l’Etat était propriétaire du réseau ». On a appris que c’était la « Colas-Fer » qui mènerait les travaux et qui allait appeler une autre entreprise pour « communiquer ». A la question du déplacement des personnes à mobilité réduite, il a été affirmé que le service actuel rendait déjà parfaitement service. On a même appris qu’il y aurait un contrôleur par bus...
Donc du 3 avril au 22 juin, tout d’abord entre Limoges et Le Dorat, on se déplacera en bus, puis un temps (du 28 mai au 1er juin) sur toute la ligne. Il a été affirmé que la communication sera faite en temps et auprès de tout le monde, mais on s’est rendu compte que dans le « comité de ligne », il y avait un absent... l’Education Nationale, dont pourtant beaucoup d’élèves ou de profs sont des usagers du rail national... Et si là aussi cela évoluait !
André CLAVE

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.