Fil info
20:29Dordogne : Chasse au syndicaliste à la Sobéval -> https://t.co/9IBNUkTIvO
18:41Indre : Un nouveau jumelage sur fond de projet économique -> https://t.co/jOjQQAwo70
18:40Indre : 200 lycéens pour le climat -> https://t.co/ghQqNEAhih
18:39Indre : [intégral] Entre traditions et innovations -> https://t.co/7OJxmkL5je
18:07RT : Ce qui se passe ici avec la liaison Perpignan-Rungis c’est aussi la conséquence de la libéralisation du fret ferrov… https://t.co/Ubew1U4Aei
17:55RT : Tête de liste pour les européennes, a fait face sur à la vulgarité absolue d'un improbable… https://t.co/tDujckou22
17:24RT : Pour l'humain et la planète d'abord ! était à la marche à Paris. https://t.co/7KKSQc6Mfg
17:24RT : Le glyphosate pollue, le glyphosate est un poison. C'est la raison pour laquelle nos députés européens se battront… https://t.co/qlP87HuAuO
16:47Saint-Gaultier : Gérard Laude expose ses œuvres pour la première fois -> https://t.co/kasdDr0c7A
16:44La Châtre : Une résidence pour seniors dans le quartier Saint-Lazare -> https://t.co/fnvOlrcuSH
15:41Périgueux : Apprentissages et travaux -> https://t.co/RklGmcjxRW
14:22Boulazac : Mobilité danoise et gourmandises à Métro -> https://t.co/1zzKln03hk
11:34RT : La déontologie et la liberté d'expression convoquées à leur tour par la DGSI https://t.co/LJGceBICkS
11:22RT : ⚠️ [] ⚠️ La est placée en ⛈️ par . Des averses à caractèr… https://t.co/G3WCoSiLEe
09:46RT : La est en alerte jaune aux 🌩️. Soyez prudents dans vos déplacements et si vous pratiquez u… https://t.co/paTzzgZeGb
07:59France : Brossat : « Les 5% sont à portée de main » -> https://t.co/72MgMbyeNJ
07:51# # - : Hervé Labetoulle ancien résistant, partage son histoire -> https://t.co/ZWbLrKNqam
07:49# # - : A hurler de silences... -> https://t.co/zobI35vBDL
07:47# # - -Yrieix-la-Perche : Contes en musique pour Coquelicontes -> https://t.co/a2L8gOLnu1
07:46# # - : Le club de foot prépare ses 70 ans -> https://t.co/AxopmlqSew
07:44# # - -Yrieix-la-Perche : Rester actif et bien se nourrir pour être en forme -> https://t.co/rqEZf8Evjh
07:39# # - : Aurora, sur la route de la créativité et des festivals -> https://t.co/FDhPQDMGlr
07:38# # - : 3 jours de fête et des nouveautés -> https://t.co/6ErmOQw6me
07:35# # - -sur-Vienne : Les composteurs partagés -> https://t.co/QgLTGM6cmq
07:34# # - -Junien : Un Rabelais toujours jeune à La Mégisserie -> https://t.co/lKxTzzJeNt
07:32# # - -Junien : De la danse poignante sur la scène de La Mégisserie -> https://t.co/rBbaf2waIK
07:29# # - : Retrouver sa part d’enfance avec la nouvelle saison de l'Opéra de Limoges -> https://t.co/AxX86V6MPC
07:27# # - : Le jeu fait sa fête demain à la ludothèque -> https://t.co/mFm0lcQVtl
07:24# # - -Vienne : Une programmation culturelle riche pour le vaste territoire d'ELAN -> https://t.co/F0MJRWER7s
07:22# # - -Germain-les-Belles : Le circuit du Martoulet inauguré -> https://t.co/zQuhQW6D3t
07:20Région : « Le contournement Est (de Limoges) n’est pas enterré » -> https://t.co/Zg61eSc3xo
07:16France : Les bébés entassés comme la volaille en batterie? -> https://t.co/XmsVUyIRng
07:13Région : Vins Noirs offre le premier prix du roman policier Francophone -> https://t.co/wwgCLJwSEp

Lorsque les mots arrêtent les bruits

Ce jeudi 4 avril en début d'après-midi, les élèves de 3e étaient réunis dans le foyer du collège Louis-Jouvet car ils allaient rencontrer une personne sans nul doute méconnue d'eux et d'elles, Robert Hébras.

Au préalable, Corine Ruffinoni recevait celui qui est «la voix d'Oradour-sur-Glane» au salle de réunions où des professeurs, dont Laetitia Friconnet étaient réunis avec les élèves qui participent cette année au «Concours National de la Résistance».

Nous nous sommes glissés dans l'assemblée pour écouter Mme le Proviseur qui en tout premier plan, après avoir remercié M. Robert Hébras pour sa visite, soulignait le travail de la prof d'histoire-géo (on disait comme ça à mon époque), Laetitia Friconnet «pour son investissement» et les élèves «pour leur participation active».

Entre surprises

et yeux humides

Mme Ruffinoni dans un beau texte a rappelé le thème du concours national cette année, «1940, entrer en Résistance : comprendre, refuser, résister».

A comprendre, elle rappelait en présence de M. Hébras «l'inlassable parcours de mémoire qui doit inviter les élèves à la réflexion, et à être capable de juger par eux-mêmes. Comprendre, c'est assimiler les connaissances.» Elle citait Primo Lévi «le nazisme ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où comprendre, c'est presque justifier.»

Des mots forts pour des élèves de 3e, mais qui seront presque «léger» par les réponses d'une rare efficacité de celui qui fut l'un des six rescapés du massacre haut-viennois. Ce jour terrible dont Paul Eluard a dit : «Ici, des hommes firent à leurs mères et à toutes les femmes la plus grande des injures, ils n'épargnèrent pas les enfants.»

Les élèves qui participent au concours cherchèrent alors les mots pour plus et mieux comprendre. A chaque fois, la petite voix de la mémoire vivante de 93 ans était terrible, car ne s'embarrassant pas de longueurs. Ne pas oublier, partager, ne pas excuser, se rapprocher, comprendre donc. Et à chaque fois, comme lorsqu'il disait qu'il n'était alors qu'un adolescent qui ne pouvait pas tout comprendre, le silence était «blanc».

Narrant la vie d'un ami qui, alors que la population était rassemblée sur le champ-de-foire lui dit «qu'il avait peur des Allemands alors il allait se cacher. Passant devant le maire qui était un ancien médecin militaire de la première guerre mondiale et le curé il fut interpellé par le premier magistrat (qui à l'époque n'était pas élu mais «nommé par Pétain») qui lui dit «Demain tu viendras nous dire où tu t'étais caché.»

Robert Hébras, rappelant qu'à Oradour-sur-Glane on n'avait rien sû du massacre de Tulle (99 pendus, plus de 150 déportés) la veille. «Et puis bien des personnes n'avaient jamais vu d'Allemands...»

A chaque mot de souvenir, ce silence, toujours plus «blanc». On se regarde, on voit que tous les adultes ont les yeux humides.

La transmission, la juste vérité et le juste temps. Dans un monde où dans un téléphone portable on détient le monde entier et tous ses mensonges (rappelons que souvent le mensonge a été institué pour désigner des peuples à la vindicte d'autres peuples), les élèves comprennent qu'en vérité ils n'ont aucune idée, eux qui vivent dans un pays et une Europe sans guerre depuis plus d'une génération, de ce pouvait être ce temps.

Puis la troupe de paix a rejoint l'ensemble des élèves qui attendaient patiemment, pour un échange où nous les avons laissés «entre eux», le moment que nous venions de vivre suffisant largement à rester éveillés.

André CLAVE