Fil info
21:29Périgueux : Une voiture brûle, un jeune homme renseigne les policiers -> https://t.co/CiAjFPCadm
19:41Saint-Aulaye : Mettre un vent au projet -> https://t.co/9Tj1pTfnuZ
19:35RT : Bonjour j’aimerais attirer votre attention sur le fait que nous sommes mercredi et que j’ai déjà été c… https://t.co/e62DxwbWIr
19:14Déols : Top départ pour les as de la haute voltige aérienne -> https://t.co/BXtcb4Vf5b
19:08RT : Toile sous les étoiles : projection gratuite du film "Pentagon papers" jeudi soir au parc des bords de vienne, bass… https://t.co/l6ju3QFv4g
19:08RT : Toile sous les étoiles - Concert gratuit à partir de 19h demain soir au parc des bords de vienne https://t.co/HZV79p3VWj
19:06RT : Et photo souvenir. Alain Damasio a l'assaut. https://t.co/egfLiTDIoB
19:06RT : Et quel public, concentré, attentif, et partageur de témoignages forts. Comme ce gilet jaune du Mans, racontant les… https://t.co/HRt7dMlTTb
19:06RT : Normalement à 20h fait un reportage sur les maires qui ont pris un arrêté anti Glyphosate. Je devrais y… https://t.co/vsNmomDyBQ
18:54RT : Le 21 août 1944, fut libérée de l'occupation. Les maquisards, menés par Georges GUINGOUIN, entrent dans la… https://t.co/wtMDSuv4Sx
18:54RT : En direct de la place des Carmes, commémoration du 75e anniversaire de la libération de , en présence de Jé… https://t.co/7zn4fE10Jo
18:32Last days on Arte on replay... After you will be able to see the cinéma version in theaters in the fall !… https://t.co/PCbmhU6ODk
16:33Le Pêchereau : DARC au Pays pescherellien : la musique déconcentrée -> https://t.co/OxWsjzOrBy
16:16Sarlat-la-Canéda : Du changement à la tête de la Compagnie de Sarlat -> https://t.co/ryHDUWIoUS
15:35Bergerac : L'opposant s'était suspendu à une grue, son jugement, à la question de la légalité du chantier -> https://t.co/MgQmcvlhiu
11:13Brive-la-Gaillarde : Pour une solidarité sans faille -> https://t.co/tB8DB6piSH
11:09Sport : Tour du Limousin, 117 coureurs répartis pour une édition très ouverte -> https://t.co/C8k5h1oW9e
10:46RT : J'ai eu la chance de le voir en avant-première en présence des gars de au forum des images à Paris. Ce doc de… https://t.co/lwhZ7FqZMo
10:46RT : Merci Mme le Président de porter à l’Elysée la voix de tous ces Barreaux mobilisés pour la défense de Nasrin SOTOUD… https://t.co/z07SnDCLin
07:40# # - -Vienne : La Cuisine de Conso ouvre demain -> https://t.co/5NphMhDRbH
07:39Bergerac : Un air d’étuve… moins chaud qu’à Périgueux -> https://t.co/2DXHKI7AVf
07:36# # - -Vienne : Collège de Nantiat: vers une optimisation des services -> https://t.co/JoRxhQCICL
07:31Région : Check In Party : décollage imminent -> https://t.co/6G6U5FTknu
07:29Région : Confolens, plus d’un demi-siècle de fête -> https://t.co/acbiPVpmy9

Lorsque les mots arrêtent les bruits

Ce jeudi 4 avril en début d'après-midi, les élèves de 3e étaient réunis dans le foyer du collège Louis-Jouvet car ils allaient rencontrer une personne sans nul doute méconnue d'eux et d'elles, Robert Hébras.

Au préalable, Corine Ruffinoni recevait celui qui est «la voix d'Oradour-sur-Glane» au salle de réunions où des professeurs, dont Laetitia Friconnet étaient réunis avec les élèves qui participent cette année au «Concours National de la Résistance».

Nous nous sommes glissés dans l'assemblée pour écouter Mme le Proviseur qui en tout premier plan, après avoir remercié M. Robert Hébras pour sa visite, soulignait le travail de la prof d'histoire-géo (on disait comme ça à mon époque), Laetitia Friconnet «pour son investissement» et les élèves «pour leur participation active».

Entre surprises

et yeux humides

Mme Ruffinoni dans un beau texte a rappelé le thème du concours national cette année, «1940, entrer en Résistance : comprendre, refuser, résister».

A comprendre, elle rappelait en présence de M. Hébras «l'inlassable parcours de mémoire qui doit inviter les élèves à la réflexion, et à être capable de juger par eux-mêmes. Comprendre, c'est assimiler les connaissances.» Elle citait Primo Lévi «le nazisme ne peut pas être compris, et même ne doit pas être compris, dans la mesure où comprendre, c'est presque justifier.»

Des mots forts pour des élèves de 3e, mais qui seront presque «léger» par les réponses d'une rare efficacité de celui qui fut l'un des six rescapés du massacre haut-viennois. Ce jour terrible dont Paul Eluard a dit : «Ici, des hommes firent à leurs mères et à toutes les femmes la plus grande des injures, ils n'épargnèrent pas les enfants.»

Les élèves qui participent au concours cherchèrent alors les mots pour plus et mieux comprendre. A chaque fois, la petite voix de la mémoire vivante de 93 ans était terrible, car ne s'embarrassant pas de longueurs. Ne pas oublier, partager, ne pas excuser, se rapprocher, comprendre donc. Et à chaque fois, comme lorsqu'il disait qu'il n'était alors qu'un adolescent qui ne pouvait pas tout comprendre, le silence était «blanc».

Narrant la vie d'un ami qui, alors que la population était rassemblée sur le champ-de-foire lui dit «qu'il avait peur des Allemands alors il allait se cacher. Passant devant le maire qui était un ancien médecin militaire de la première guerre mondiale et le curé il fut interpellé par le premier magistrat (qui à l'époque n'était pas élu mais «nommé par Pétain») qui lui dit «Demain tu viendras nous dire où tu t'étais caché.»

Robert Hébras, rappelant qu'à Oradour-sur-Glane on n'avait rien sû du massacre de Tulle (99 pendus, plus de 150 déportés) la veille. «Et puis bien des personnes n'avaient jamais vu d'Allemands...»

A chaque mot de souvenir, ce silence, toujours plus «blanc». On se regarde, on voit que tous les adultes ont les yeux humides.

La transmission, la juste vérité et le juste temps. Dans un monde où dans un téléphone portable on détient le monde entier et tous ses mensonges (rappelons que souvent le mensonge a été institué pour désigner des peuples à la vindicte d'autres peuples), les élèves comprennent qu'en vérité ils n'ont aucune idée, eux qui vivent dans un pays et une Europe sans guerre depuis plus d'une génération, de ce pouvait être ce temps.

Puis la troupe de paix a rejoint l'ensemble des élèves qui attendaient patiemment, pour un échange où nous les avons laissés «entre eux», le moment que nous venions de vivre suffisant largement à rester éveillés.

André CLAVE

 

2019 Air Vapormax Flair