Fil info
07:40# # - : Musique: avoir des poissons dans la tête c’est vivre sa passion -> https://t.co/MNgGUY8X5X
07:37Région : Modernisation de la voie Fromental-limoges : début des travaux aujourd’hui -> https://t.co/Rpsx8FIfTl
07:34# # - -Vienne : Estivol : le nez en l’air et les pieds sur terre -> https://t.co/GxXVWp25c9
07:32Région : L’application vidéoguide s’enrichit -> https://t.co/j3kfmZQYp5
07:30Région : Combats du mont-Gargan: «Il n’y a pas de liberté sans mémoire» -> https://t.co/zJPAYHoFsp
00:02À nos souvenirs de la remontée en , le public reprend avec les joueurs et le sta… https://t.co/S0GzyoSKqO
22:46Corrèze : Le département placé en alerte orange canicule -> https://t.co/GYsUE4Zkuo
19:43Sainte-Orse : Une découverte sportives des sentiers et des bories -> https://t.co/vfA6wElVJb
19:40Dordogne : De l’ombre qui produit de l’électricité -> https://t.co/cQsXKDom8r
18:16Coulounieix-Chamiers : Quatre mois de travaux en vue -> https://t.co/9DxT4NVa43
18:13Beynac-et-Cazenac : Le chantier du contournement ouvert à la visite -> https://t.co/1mo9f1CLSt
18:07Douadic : Un hommage solennel rendu aux déportés -> https://t.co/gg1MPDzyaL
18:03Indre : Retour en images sur le Festival international des sports extrêmes -> https://t.co/4nwa33KUXh
17:54Châteauroux : Un air de guinguette pour les résidents des Rives de l’Indre -> https://t.co/6E2VQAyolz

Final en tous points remarquable

Pour le « jour 6 », c'était cagnard sauf dans la « salle du Cloître » dont en sortant on sentait la climatisation...

Le samedi, c'était fraîcheur de bord de rivière (aléatoire) le dimanche c'était grands ombrages au parc Charles-Silvestre et surprise... les publics ont répondu. Un premier atelier « Qi Gong » très écouté et avec une vraie participation. Tout en douceur. Autant que ce qui suivant, la « sieste musicale » où à l'invitation du choix musical du « Réseau lecture du Haut-Limousin » on voyageait allongé... Pas une phrase, pas un bruit, juste des sons, doux... pour un de ces moments où il fallait être pour en mieux parler.

En deux fois dans le charmant parc paroissial (caché « sous la sous-préfecture »), le Théâtre des Turbulences invitait à prendre les pas de Gioni et son conte « L'homme qui plantait des arbres ». Là aussi douceur, proximité, invitation à construire son siège en carton et... Un conte très actuel car de cette vraie histoire... est revenue l'eau... Ecologique, humaniste, mélange des formes d'expression et surtout... douceur partagée.

19 h était passé à l'église si proche et la foule se rapprochait du théâtre. 19 h 30, les « British » du sud du département, sous le nom des « Compères » nous ont invités à voyager en musiques, chants... et Brassens. Un moment fait pour la « mise en bouche ».

N'être que d'avoir...

Se présentait alors à 21 h l'ultime pièce de théâtre (le festival est depuis ses premiers pas « multi-culturel ») avec un sacré pari... donner le texte épais et souvent prétentieux dans la description de Honoré de Balzac avec « Eugenie Grandet ».

Le titre de la soirée en lui-même était « balzacien » : « Eugénie Grandet ou l'argent domine les lois, la politique et les mœurs par la Cie Le temps est incertain mais on joue quand même ». Avec une adaptation et mise en scène de Camille de La Guillonnière. Le XIXe bourgeois par excellence.

Sur scène, d'anciens élèves de l'école professionnel supérieure de théâtre... de Limoges et un texte, riche, dense et... terrible. Si Balzac voulait « tirer la sonnette de l'argent dominateur », on en ressent aujourd'hui les relents ultralibéralistes. L'ensemble des « acteurs de la pièce » n'existent que s'ils ont... Non pas s'ils sont.

Le remarquable travail de troupe donne une épaisseur étranger et un rythme endiablé qui fait de cet

ovni théâtral un vrai grand moment. Tant pour les artistes (épaisseur du texte, précisions et concision des enchaînements) que pour les spectateurs.

Oui, il reste des acteurs, même et presque surtout jeunes, pour que le théâtre vive encore.

On pouvait alors, une fraîcheur en main, se laisser emporter (et poser le verre pour danser) avec « Las Gabachas de Cumbia », très bon groupe musical 100 % féminin qui avait fait les 70 km qui séparent Poitiers de Bellac pour un « au revoir » qui ne peut qu'appeler d'autres « bonjours ». Dès septembre pour reprendre la saison de Bellac sur Scène.

André CLAVE

Photo: Donner Balzac au théâtre... pari parfaitement relevé.