Fil info
11:11Périgueux : Les syndicats unis pour sauver les trésoreries et mes emplois de Dordogne -> https://t.co/6fRjs6vZ8O
09:11Sainte-Eulalie-d'Ans : Chute de cheval : un blessé grave près de Sarlat -> https://t.co/nHjuRboHp0
07:43# # - -Vienne : Au Phare jusqu’au 2 novembre, Toiles urbaines par Sophie Nicaise -> https://t.co/9keqHy1Sl4
07:40# # - : Midi-concerts, L’esprit des pierres -> https://t.co/YlNxPUK3Af
07:38# # - : Les centres culturels font leur rentrée -> https://t.co/CQhq9lD24E
07:36# # - -Vienne : Entre animalistes et paysans, un point de convergence mais deux propositions irréconciliables… https://t.co/TFe8tcTBtI
07:34# # - -Vienne : Luxe: deux étudiants japonais à Limoges -> https://t.co/KofAhvFf58
07:32# # - -Vienne : Le procureur serre la vis -> https://t.co/DGssHWDezd
07:30Région : Une grande vente aux enchères pour célébrer les 90 ans du CSP -> https://t.co/uLFqosJ8g9
07:28Région : Les coulisses du patrimoine -> https://t.co/59q5Q9rvWC
03:47L'écobuage tourne mal : le porte secours à un homme grièvement brûlé près de C dans… https://t.co/ORiwTJRSP7
03:39Hautefaye : L'écobuage tourne mal : un homme grièvement brûlé près de Périgueux -> https://t.co/L9J34iCfmO
23:07Ce message est excellent il faut le partager très vite aux politiciens inconscients des risques https://t.co/UO5eEqnckx
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH

Eurenco : les grévistes forcent un face-à-face avec leur directeur

Social

Le directeur général d’Eurenco, Dominique Guillet, était attendu de pied ferme hier matin sur le site de Bergerac, où les salariés grévistes l’ont interpellé sur leur devenir dans l’entreprise.

Le bras de fer se poursuit sur le site de la Poudrerie, syndicats et personnels dénonçant les mesures envisagées par leur direction dans le cadre du futur accord d’entreprise. Hier matin, les salariés d’Eurenco débrayaient en effet de nouveau dans l’attente de la venue annoncée de leur directeur général. Dominique Guillet arrivera aux alentours de onze heures, sous le bruit des explosions de pétards, et face à un comité d’accueil d’une quarantaine de grévistes. La voiture du dirigeant ne franchira pas les grilles de l’usine. « Ce sont aux salariés que vous devez des explications », l’interpelle Patrick Lorgue, le délégué central Cgt d’Eurenco Bergerac, « dites-leur pourquoi les négociations sont au point mort ».

Le directeur veut un effort des salariés

Contraint, Dominique Guillet fera face aux personnels. « J’ai toujours fait acte de présence et d’écoute lors des négociations avec les représentants syndicaux », lâche avec aplomb le directeur qui carresse l’espoir d’un retour au dialogue. « Les écouter c’est bien les entendre c’est encore mieux », lance alors un salarié, « ce ne sont pas des réunions de négociations que vous proposez. Vous ne faites qu’informer de vos directives sans jamais prendre en compte une seule des remarques des syndicats ». Le ton monte d’un cran : « Vous nous proposez un recul social de trente années », tonne un gréviste, « un accord doit être gagnant-gagnant, or à ce jour il est cent pour cent en votre faveur. Entendez le ras-le-bol et la colère des gens plutôt que de leur afficher votre mépris ». Dominique Guillet se rabat sur la situation économique d’Eurenco pour se justifier :
« L’entreprise est en perte de vitesse récurrente depuis plusieurs années. Des efforts sont demandés à tous pour redresser la situation ». L’argument est loin de faire mouche. Les grévistes signifieront à leur directeur qu’ils n’ont aucunement l’intention de payer l’addition des erreurs stratégiques de leurs dirigeants successifs. Dominique Guillet réaffirme alors sa volonté d’un retour des syndicats aux négociations. « C’est une grosse arnaque qui n’a qu’une seule finalité, un minima de la convention collective », lâche Anselme Gutierrez, le secrétaire Cgt du comité d’entreprise, « et en ça vous attendez l’aval des syndicats tout simplement pour vous couvrir ». Patrick Lorgue partage l’écœurement des personnels qui songent d’ores et déjà mettre fin à leur carrière si le nouvel accord d’entreprise, en l’état, voyait le jour. Un salarié lui fera écho : « Cela fait trente-trois ans que je suis dans ces murs, trente-trois années durant lesquelles on s’est battus pour obtenir certains acquis sociaux. Quel message vous envoyez aux jeunes de l’entreprise en détruisant tout ça ? ». Un autre revient sur le projet de rémunération à deux vitesses : « Pour le même boulot, un collègue embauché plus tard que moi touchera moins ? J’aurai franchement du mal à le regarder dans les yeux, et je n’imagine pas les conséquences sur l’esprit d’équipe ». L’échange se poursuivra en comité restreint avec les organisations syndicales sans que rien de concluant ne ressorte de cet entretien. Le dirigeant se rendra aujourd’hui sur le site de Sorgues où des actions de grève et d’accueil sont également prévues par les syndicats.

Nike Phantom Vision