Fil info
03:47L'écobuage tourne mal : le porte secours à un homme grièvement brûlé près de C dans… https://t.co/ORiwTJRSP7
03:39Hautefaye : L'écobuage tourne mal : un homme grièvement brûlé près de Périgueux -> https://t.co/L9J34iCfmO
23:07Ce message est excellent il faut le partager très vite aux politiciens inconscients des risques https://t.co/UO5eEqnckx
20:36Creuse : On s’en doutait… | L'Echo https://t.co/kNyLxjkKN8 via
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B

Les syndicats d’Eurenco entendus hier par la sous-préfècture

Social

Les représentants du personnel d’Eurenco ont été reçus hier matin par la sous-préfète de Bergerac en amont d’une commission de suivi de site de l’entreprise, classée Seveso.

Hasard du calendrier, une commission de suivi de site pour les entreprises Eurenco, Manuco et Chroma Durlin se tenait hier matin en sous-préfecture. Bien-sûr rien ne prévoyait que cette rencontre se fasse en plein conflit social des personnels de la Poudrerie. Les représentants syndicaux ont donc profité de ce rendez-vous pour solliciter une nouvelle entrevue avec la sous-préfète de Bergerac, Dominique Laurent, afin de lui exposer les revendications qui dictent aujourd’hui leur combat, alors que les personnels se sont eux rassemblés devant le bâtiment d’Etat.

Motion déposée en sous-préfècture

Si la réunion très institutionnelle de ce jeudi vise à définir les mesures mises en place par ces entreprises pour garantir la sécurité des personnels et des riverains, les syndicats ont eux spécifié que les directives envisagées par leur direction ne pouvaient justement qu’affecter le facteur sécurité de leur usine et de son environnement. Patrick Lorgue, le délégué central CGTd’Eurenco a ainsi fait part à Dominique Laurent des points de blocage des négociations autour de l’accord d’entreprise : le passage des personnels en trois-huit, soit quarante heures semaine, se traduisant par une activité effective de cinq nuits au lieu de quatre actuellement pour les opérateurs... Concrètement, pour les salariés ce sont vingt-quatre jours de travail annuel supplémentaires, des primes en moins, une fatigue en plus, et une sécurité au sein de l’entreprise mise à mal.
« C’est socialement un retour en arrière de trente années », indique le délégué syndical, « alors que le gouvernement actuel nous parle de prise en compte de la pénibilité, les salariés travaillant dans les conditions les plus pénibles verraient leurs conditions de travail dégradées, et leur temps de travail rallongé. Dans un groupe encore public, l’Etat laisserait faire la direction d’Eurenco dans ces agissements rétrogrades ? », interroge Patrick Lorgue. Côté sécurité, les syndicats ont également précisé le désaccord des pompiers du site Eurenco à voir la révision de leur prime, et la possibilité de faire valoir leur droit de retrait. « Le nouvel accord pourrait entraîner le départ de ces personnels censés assurer la sécurité du site. Cette situation menaçerait alors le plan d’organisation interne placé sous l’autorité du préfet ». Les organisations CGT et FO ont demandé à la représentante de l’Etat d’intervenir auprès de la direction du groupe, afin qu’elle revienne à la table des négociations pour débattre de leurs propositions. Dominique Laurent a su se montrer attentive aux revendications des syndicats, notamment sur la pénibilité au travail. Elle a assuré de son soutien pour faire remonter les informations à qui de droit.

Air Max 95 20th Anniversary