Fil info
18:54Châteauroux : «Qu’on nous redonne des bras !» -> https://t.co/lAulfkh4fd
18:52Indre : 128 bébés décédés à la Martinerie retrouvent un nom -> https://t.co/QlDqPdl95C
17:19 y sera sur le stand arvmc : Les américains à chateauroux 1951-1967 de Mascle https://t.co/WM7iND8iBY

Présidentielle : le compte à rebours du premier tour sur le marché

Politique

Les militants des divers partis en lice -ou presque- jouaient hier matin leur dernierva-tout entre les étals du marché pour convaincre les Bergeracois qui seraient encore indécis. Ambiance.

Le soleil est au rendez-vous tout comme les chalands ce mercredi. Et forcément à cinq jours du premier tour du scrutin présidentiel aucun ne pourra y couper : dans les paniers, les tracts des candidats se mêlent aux légumes. Sans surprise, et comme tous les jours de marché depuis plusieurs semaines, les pro-Mélenchon sont présents. Les sondages ont beau être favorables, ils ne lâchent aucun lest dans cette campagne. « Il ne faut surtout pas crier victoire avant l’heure », glisse l’un d’eux, « jusqu’au bout on doit tenter de convaincre pour espérer être au second tour, chaque voix va compter ».

« Poursuivre jusqu’au bout la campagne », un pro-Mélenchon

Plus loin, les Macronistes sont reconnaissables entre tous : comme à chaque distribution, ils on revêtu leur coupe-vent « En Marche ».
« Ils ont du fric pour se payer des trucs pareils ! », claque un passant, « en revanche côté programme on repassera, ils auraient dû bosser le dimanche ! ». Aucun signe distinctif par contre du côté des Fillonistes. Sur leur terrain de jeu dominical qu’est ce parvis d’église, les militants certes présents ce mercredi, préfèrent cependant jouer la discrétion, sûrement de peur de se faire tailler un costume. « En même temps je comprends », compatit Michel, sac de courses à la main et sourire en coin, « ça doit pas être évident de faire campagne pour un voleur, même Arsène Lupin aurait eu plus de panache ! ». L’ironie laisse place à la nausée. Les yennes ne sortent apparemment plus seulement la nuit. Le Fn est là, en embuscade. La courtoisie de ces militants est de façade, il suffit de leur refuser un tract pour que le naturel haineux se fasse jour. « Vous pourriez au moins le lire », invective l’un d’eux à l’encontre d’un passant rejetant le torchon à l’effigie de Le Pen. Flippant... Reste le Parti socialiste. Ha ben non, le PS n’est pas là, comme c’est le cas depuis le début de cette campagne. A croire que depuis qu’ils ont confié la barre du Titanic à Hamon, les militants anticipent le naufrage en restant bien au sec. Au troquet du coin, ces présidentielles monopolisent la plupart des conversations. Au comptoir, ça parle Mélenchon. Pas encore de chars cubano-vénézuéliens aux portes des Champs-Élysées, mais malgré tout les clichés ont la vie dure. Une « sortie de l’Union européenne » par ci, un « Staline » par là et on arrive vite au point Urss classique. Quand soudain : « Moi je l’aime bien Méluche, mais je voterai Le Pen dimanche parce qu’il y en a marre des immigrés ». Voilà, Robert tranquillou vient de lancer son scud. L’air devient irrespirable, mais la riposte ne se fait pas attendre et elle est unanime : « On est tous des immigrés, et toi le premier ! », lâche quelque peu tendue une jeune femme. Robert pose l’hécatombe : « Non, je suis Normand, un Français pur souche ». Une inéspérée connivence contre l’inacceptable germe parmi la clientèle du bar. En moins de deux, Robert prend une leçon d’histoire avant de partir chao sur un : « Notre préférence nationale c’est de refuser les fachos ! ». Ce jour de marché politique s’achève sur cette lueur d’espoir contre une France xénophobe et raciste en résurgence. Reste à savoir comment se comporteront les Bergeracois dimanche dans les urnes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.