Fil info
20:48Millevaches : L'hivernale de Meymac dans le froid -> https://t.co/zYBmR1qQS8
20:02Région : France 3 : de grosses inquiétudes en coulisses -> https://t.co/FlAMittXrD
18:59Ecueillé : Émilie Andéol à la rencontre de ses admirateurs indriens -> https://t.co/7DHT0aacDW
18:39Dordogne : L’aide à domicile en mutation -> https://t.co/bE3RnnY7bo
18:04# # - -Vienne : Communauté urbaine, le retour -> https://t.co/fryNqZz4AL
18:02# # - -Vienne : Des brebis pour préserver et restaurer un site -> https://t.co/xOPNs0fpgp
17:47# # - -Vienne : Sortis de l’ombre -> https://t.co/zLmB2TFP8U
17:45# # - -Vienne : «Périclès» : ouvert sur la vie -> https://t.co/4YCzHmhzhS
17:25Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 | L'Echo https://t.co/rrXSk9Kg80 via
17:18# # - -sur-Benaize : Des locaux rénovés et agrandis pour la ressourcerie «Maximum» -> https://t.co/mrh1MM0XL4
17:17# # - : Le Père Noël se rendra au marché des artisans et commerçants -> https://t.co/hKcsndpVUQ
17:17# # - -Yrieix-la-Perche : Patrick Lebas à la tête de l’Ensemble Vocal -> https://t.co/pGrMxHENvm
17:14# # - : Un beau Salon du Livre en perspective -> https://t.co/DcALeNMVTH
16:40Sarlat-la-Canéda : Hôpital : la réfection du parking programmée début 2018 -> https://t.co/5LMBCCdKvW
16:35Le Blanc : Sainte Barbe : les pompiers félicités et honorés -> https://t.co/aBEI0jAFGP
16:32Région : à l’école du jardin planétaire -> https://t.co/kJmYmZv1zY
16:10Périgueux : La plainte pour diffamation, l’arme absolue ? -> https://t.co/LCr9akyyZ2
12:15Auriac : L’esprit de Noël est aussi en Xaintrie -> https://t.co/5kP6qhZtl5
11:18RT : Région : Concert de soutien au journal jeudi à Châteauroux -> https://t.co/M1kpqr42vs
09:19Haute-Vienne : Jour noir pour les casquettes blanches | L'Echo https://t.co/R2Osmoa2gu via

Le député confiant quant à l’avenir de la ligne Bergerac-Bordeaux

Service public

Au lendemain d’une rencontre avec la ministre des Transports Elisabeth Borne, le député du Bergeracois Michel Delpon assure de la sauvegarde de la ligne ferroviaire entre Bergerac et Bordeaux.

La rénovation de la ligne Bergerac-Bordeaux ne peut souffrir de plus de retard : sans démarrage de travaux à l’automne 2018, ce tracé disparaîtrait dès le printemps de l’année suivante. « Ca va se faire, une solution va rapidement être trouvée », assurait hier Michel Delpon, au lendemain d’une entrevue avec la ministre des Transports. Le député du Bergeracois dit avoir insisté auprès d’Elisabeth Borne sur « l’urgence de ce dossier et la nécessité de trouver un compromis entre l’Etat et la SNCF ». L’optimisme de l’élu local ne peut cependant s’appuyer sur un quelconque engagement de la ministre. « C’est le préfet de Région qui doit maintenant statuer », concède Michel Delpon, « mais il n’y a pas de raison qu’il n’aille pas dans le sens de notre requête qui est totalement dans l’esprit du discours du président quant aux transports du quotidien ». Si le député n’émet que peu de doute quant à l’issue de ce dossier, d’autres élus locaux se montrent beaucoup plus sceptiques.

« Cette ligne est structurante et attractive », Thierry Auroy-Peytou, élu CAB

C’est le cas du maire de Bergerac, qui lundi soir à l’occasion du conseil communautaire rendait compte de sa rencontre avec le directeur adjoint du cabiner d’Elisabeth Borne. « Nous avons été extrêment déçus dans la mesure où aucun engagement, d’aucune sorte, n’a été pris au terme de cette réunion », déplore Daniel Garrigue qui s’inquiète de possibles arbitrages défavorables pour le territoire. Etat et Sncf annoncent en effet dix-huit milliards d’investissement pour le renouvellement des voies sur les cinq prochaines années, mais opposent seulement onze milliards de recettes. « Cela suppose des ajustements notamment entre grosses agglomérations et dessertes de zones rurales », poursuit le maire de Bergerac, « si nous avons signifié l’importance des enjeux pour notre territoire, quand nous avons évoqué les sept cent mille passagers annuel sur la ligne, on a bien senti que ça ne comptait pas beaucoup aux côtés des millions de voyageurs qui empruntent la ligne C du Ter de l’agglomération parisienne ». Les élus bergeracois, mobilisés depuis le mois de juin sur cette question, s’interrogent aujourd’hui sur des moyens plus musclés pour se faire entendre. C’est le cas de Thierry Auroy-Peytou, élu communautaire de la CAB et maire de Lamonzie-Saint-Martin : « Les élus et les usagers de tout le linéaire de ce tracé ont montré leur détermination pour sauvegarder cette ligne. Peut être devrions-nous passer la vitesse supérieure pour qu’enfin nos revendications soient prises en compte ». Cheminot de métier, ce dernier s’appuie sur les chiffres de fréquentation de la ligne pour le premier semestre afin de démontrer toute la légitimité du maintien du Bergerac -Bordeaux : « La ligne compte parmi les trois plus structurantes du réseau. La fréquentation des jeunes est en hausse de plus de 8 % et nous doublons chaque jour les trains avec des bus afin de répondre aux besoins ». Le président de la CAB préfère lui tempérer quant une éventuelle action coup de poing des élus : « Attendons d’abord de connaître l’issue de la rencontre du député avec le préfet de Région », glisse Frédéric Delmarès. Celle-ci devrait se tenir dans les prochaines semaines, sans qu’une date précise ne soit néanmoins encore fixée. Affaire à suivre donc...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.