Fil info
17:03parvis*
15:30 Sur le parivis de la collégiale Saint-Martin génuflexion gilets jaunes en mode happening artis… https://t.co/4YQiyGo8D7
14:36 en marge de l inauguration des aménagements du bourg des échangent avec le député LREM Christo… https://t.co/ccdwfR5u2b
14:33 une cinquantaine de gilets jaunes marchent sur le boulevard périphérique de Brive. Ils défilen… https://t.co/GKjv27lwU8

L’ancienne première ministre Edith Cresson inaugure l’Espace Lagabrielle

Vie municipale

La municipalité a baptisé l’ancien lycée de l’Alba qui regroupe aujourd’hui associations et entreprises d’insertion du nom de Jacques Lagabrielle, le tout en présence de l’ancienne ministre Edith Cresson.

Avec le départ des lycéens vers le nouvel établissement scolaire Hélène Duc, le site de l’Alba a très vite été reconverti. La municipalité a en effet vu ici l’opportunité de regrouper les nombreuses associations et entreprises d’insertion que compte la ville pour en faire un pôle référence unique. Aujourd’hui l’ancien lycée regroupe ainsi la Recyclerie, les associations Roue Libre et Base, ou encore un garage et un restaurant solidaires. Ce mercredi, cet ensemble a été baptisé Espace Jacques Lagabrielle, du nom de ce chef d’entreprise bergeracois et fondateur de l’association d’insertion Aide 24.
« Jacques Lagabrielle a beaucoup compté dans la vie bergeracoise, il était extrêment engagé dans la vie publique et sociale de la ville tout particulièrement dans les domaines de l’insertion et la formation pour lesquelles il fut un pionnier », indique dans son discours Daniel Garrigue, le maire de Bergerac face à Edith Cresson. L’ancienne première ministre de François Mitterrand était en effet présente ce mercredi. Présence qui ne doit rien au hasard. Edith Cresson a en effet fondé le réseau des écoles de la deuxième chance il y a bientôt vingt ans, alors qu’elle occupait les fonctions de commissaire européen de l’Education. Depuis lors, ce type de structures fleurissent un peu partout en France. « Il n’y a pas un mois au cours duquel je n’inaugure pas une nouvelle école », se félicite Edith Cresson. Celle de Bergerac a ouvert ses portes en décembre 2016 dans les anciens locaux du lycée de l’Alba sous l’impulsion de Sylvaine Garrigue. « Notre ambition était d’apporter une solution aux 25 % de jeunes de moins de vingt-cinq ans du Bergeracois qui sont sans diplôme, ni qualification », indique cette dernière. Au cours de l’année écoulée, l’école de la deuxième chance locale a accueilli cinquante-six jeunes. Sept d’entre-eux sont aujourd’hui en contrat d’apprentissage, un a décroché un CDI, un autre un CDD, un dernier enfin est devenu auto-entrepreneur. « Ces jeunes ont tous des parcours extrêment difficiles et ces sorties positives nous encourage à poursuivre notre action », se réjouit Sylvaine Garrigue. Edith Cresson a salué « l’engagement citoyen de Bergerac. On sent ici une réelle volonté d’aider les autres ». L’ancienne ministre a appuyé le rôle de sa fondation : « Chaque individu est différent, nous devons nous attacher à trouver un enseignement adapté à chacun. A côté des savoirs de base et de la con-naissance du monde de l’entreprise, un autre volet de l’insertion est nécessaire : ouvrir les jeunes sur le monde dans lequel ils vivent. Libre, apprendre, compter ne suffisent pas, il faut aussi susciter la curiosité de ces jeunes ». En France, les écoles de la deuxième chance ont accueilli quinze mille élèves. Près de 70 % d’entre eux ont décroché une formation qualifiante ou un emploi à leur sortie de l’école.