Fil info
20:37La Châtre : La fibre optique suscite satisfaction et questions -> https://t.co/IRc7rV0Nac
20:35Châteauroux : «Je pense que le théâtre sauve» -> https://t.co/aAHOjmAGNJ
20:33Châteauroux : Leur refus d’une planète dégradée -> https://t.co/G3b4pvSemx
20:21Annesse-et-Beaulieu : Le patient recherché a été retrouvé -> https://t.co/h35pEBoIur
19:26Périgueux : Découvrir le patrimoine meunier et son histoire -> https://t.co/2pr6xppp4L
19:24Périgueux : Patrick Palem avec la majorité présidentielle -> https://t.co/k9pVZ2xdy6
19:08Annesse-et-Beaulieu : Le patient sort du centre de rééducation... mais ne rentre pas -> https://t.co/74khWa6toV
17:12Bergerac : Fabien Ruet candidat socialiste... dans les paroles, pas dans les actes -> https://t.co/DiAr4aPHx0
16:42 Si se mettait à dire qu’il n’était plus 1 opposant à ...… https://t.co/y8WvQCo8L0
16:24Périgueux : Attention aux collectifs citoyens qui servent à avancer masqués -> https://t.co/mVvilKoKhB
15:31RT : On pouvait aussi dire qu'il y a, pour les Français, 8 sujets prioritaires avant la lutte contre l'immigration cland… https://t.co/TdgZJJZoAt
15:23Périgueux : Porter la parole des morts -> https://t.co/Uu7P5h5Bph
07:24Région : Les dirigeants territoriaux francophones se rencontrent -> https://t.co/VuJ3UwXECG
06:52Pour la campagne des , ça chauffe déjà à Saint-Léon-sur-l'Isle. Dans ce bastion la liste sou… https://t.co/wYhb54aML7
06:48Saint-Léon-sur-l'Isle : Le maire sortant raccroche, un de ses adjoints candidat -> https://t.co/I8l8d02mB1
06:20Grun-Bordas : Une famille relogée après l'incendie de la maison -> https://t.co/Q7b914JAtN
06:05De nouveau, appelés cette nuit près de pour un départ d'incendie dans 1 maison. C dans… https://t.co/gPmA5zdzod
06:02Coulounieix-Chamiers : La maison brûle, elle saute du 1er étage près de Périgueux -> https://t.co/4gMR7K5EsL
23:59Creuse : Dîtes-le avec des fleurs... et des arbres | L'Echo https://t.co/paW3435n7a via
23:26 Va falloir remettre les bottes...

Michel Delpon, le député loin d’être En Marche forcée

Politique

Par la magie d’une étiquette LERM, Michel Delpon entrait à l’Assemblée nationale il y a bientôt un an. Petit tour d’horizon politique avec le député En Marche du Bergeracois.

Delpon, Macron... Macron, Delpon... Dans tous les sens, ça rime. Et comme disait Brassens, « le temps ne fait rien à l’affaire ». De monsieur 1,07 % en 2012, Michel Delpon est devenu député du Bergeracois. Voilà bientôt un an qu’il est En Marche sur le territoire. Les mois se suivent et se ressemblent, et en ces temps de luttes sociales, et à l’heure où un vent de cacophonie règne sur le parti présidentiel, on s’est demandé ce que l’élu local jetait comme regard sur sa direction nationale. Forcément, on prend les points chauds de l’actualité, et sans surprise, on n’est pas déçus. Acte I : la loi Asile et Immigration. Michel Delpon a voté pour, sans hésitation aucune.

« On ne peut pas ouvrir les vannes à tous les migrants », Michel Delpon

Le parlementaire a plusieurs arguments pour justifier son vote. Le plus beau, une phrase piquée à Michel Rocard : « On ne pas pas ouvrir les vannes à tous ». Et Michel Delpon poursuit : « Nous avions besoin d’être plus rigoureux sur ce sujet extrêment sensible. Des efforts ont été faits avec le terme des camps frontaliers ou l’évacuation de la Porte de la Vilette à Paris, mais il y avait un besoin et une volonté de raffermir le traitement de cette question ». Le député l’avoue sans sourciller, il n’a pas eu « besoin d’être con-vaincu pour voter cette loi ». Quant au semblant de fronde qu’a pu susciter ce texte, notamment par la fuite du marcheur Jean-Michel Clément, Michel Delpon vend l’hétérogénéité de son mouvement comme une force : « Lerm est composite avec des députés d’horizons très différents, l’objectif c’est l’écoute, la discussion et on décide ». Et prend l’exemple de son homologue lotoise Huguette Tiéna : « C’est une députée qui n’était même pas française il y a un an. Aujourd’hui elle est une élue républicaine grâce à sa naturalisation, son premier vote a été pour son propre nom ». Le second pour la loi Asile et Immigration. Bon ben là évidemment ça justifie complètement qu’on puisse enfermer durant trois mois des gamins fuyant la guerre et qu’on escorte Génération Identitaire dans ses actions facistes pendant que Trump salue les Français... Acte II : la réforme SNCF. Là encore, Michel Delpon l’a votée, et précise en direction de tous les sceptiques : « Contrairement à ce qui est véhiculé, ce n’est pas une privatisation. La SNCF reste une entreprise d’Etat qui a besoin et l’obligation d’être ouverte à la concurrence ». Ok, on n’a pas fait les mêmes études, mais on a deux trois exemples d’ouverture à la concurrence qui ont mal fini quand même, genre La Poste ou France Telecom. Et bien on vous le donne en mille, c’est sur les cendres de ces deux services publics que le parlementaire appuie ses propos : « On le voit bien aujourd’hui le dynamisme commercial qui s’est installé pour ces deux entités et qui n’existait pas à l’époque. Je suis certain que demain on sera fier de cette réforme Sncf qui va obliger les investisseurs à améliorer le service aux clients (sic) et qu’on sera tous gagnants dans ce changement ». Allez, parce qu’on est sympas, on épargne aux cheminots privilégiés et aux citoyens soucieux d’une certaine idée solidaire de la société, le laïus sur la « perforfance » et la « compétitivité ». Malgré tout on ne peut passer sous silence : « C’est un peu dommage que les cheminots s’accrochent, car ça pertube le tourisme de saison ». Acte III : Macron le président des riches. « Non », jette sans tergiverser le député, « Emmanuel Macron a apporté une rupture dans le pays en dépassant les clivages politiques. Au niveau international, la France est aujourd’hui regardée avec envie, on le voit notamment aux USA ». Croissance, PIB, chômage, aux yeux de Michel Delpon tous les paramètres économiques vont dans le bon sens. « Peut-être que les premières mesures, notamment fiscales, ont pu susciter cette image de président des riches », concède le parlementaire, « mais la taxe d’habitation va être supprimée pour tout le monde l’an prochain ». Euh, sauf à Bergerac... C’est ce qu’on appelle déshabiller Manu pour habiller Frédo. Mais ça dans la bascule ça pèse pas bien lourd. D’ailleurs Michel Delpon en est certain : « Demain, du fait de la croissance et sans augmenter les impôts, le président va relâcher, et s’attacher à aller vers les classes moyennes voire vers la pauvreté. La deuxième partie de son mandat sera plus à gauche. Il fallait assainir, réformer. Tout est bien engagé pour que demain nous ne soyons plus le gouvernement des riches, mais celui de tous les Français ». Bon, au moins c’est clair, avec Lerm, c’est une marche tranquille où chomeurs, retraités, précaires, étudiants et tous les non nantis de ce pays devront se montrer patients, voire supers patients, ou s’ils anticipent se préparer à de fortes désillusions.

Max 90 Premium SE