Fil info
14:51RT : A 217 km/h (limitation à 130) sur l'A 20, à Bessines, sous l'emprise de cannabis, déjà sous le coup d'une suspensio… https://t.co/kOizSH1taj
14:42A 217 km/h (limitation à 130) sur l'A 20, à Bessines, sous l'emprise de cannabis, déjà sous le coup d'une suspensio… https://t.co/kOizSH1taj
11:50Bergerac : Les urgentistes et retraités seront demain dans la rue -> https://t.co/diXeqUobCA
11:43Périgueux : Un combat contre l’oppression et les expulsions -> https://t.co/Nl1MyGJ7OP
11:40Périgueux : Cette France qu’ils voulaient libre et fidèle à ses valeurs -> https://t.co/MGfIuADUep
11:38Périgueux : Aider les patients en précarité -> https://t.co/2ZT8xX3ltW
10:53Tulle : Les facteurs ont déposé un préavis de grève pour lundi prochain -> https://t.co/rUSEJMnHEy
09:06Corrèze : La 4e opération nationale de courtage de l’association UFC-Que Choisir «Énergie moins chère ensemble» pou… https://t.co/wGqqOl5N0K
22:02# # - -Vienne : «Je lis, j’élis» : les coups de cœur des enfants dévoilés -> https://t.co/gu16a1kCD7
21:56# # - -Vienne : Agriculteurs, acteurs de l’énergie renouvelable -> https://t.co/5bBGSNSrKW
21:53# # - -Vienne : La Conf’87 invite les députés à s’engager pour une autre PAC -> https://t.co/SEcFTMPrHL
21:49Région : Gare de Limoges, disparus et cachés depuis 40 ans, des décors Art déco retrouvés -> https://t.co/DdSJ7JDFRH
21:46France : Se reconnaître coupable, le premier pas -> https://t.co/WSTYedMhNu
18:55Indre : Radio France : l’appel du 18 juin massivement suivi -> https://t.co/Y7UbklKoBb
18:52Indre : Grève du Bac reconduite -> https://t.co/ng4AVSnXzR
18:47Châteauroux : Accueil à la mairie : ce qui va changer -> https://t.co/e8ssTcrfFv
18:10RT : Non, BFMTV ne se trompe pas en convertissant 1,69 franc (de 1973) en 1,50 euro (de 2018), contrairement à ce qu'aff… https://t.co/C4qP6volvj
18:08RT : 🇫🇷 | Le 23 mars 2018 à Trèbes, le lieutenant-colonel BELTRAME s'est sacrifié pour que vivent des i… https://t.co/WAf8WvUUHG
17:55RT : Un ours polaire affamé a été repéré en périphérie de la ville industrielle de Norilsk, dans l'Arctique russe, en tr… https://t.co/DjLrDEVXR3
17:54RT : Un limougeaud participe ce soir à l’émission présentée par Samuel Etienne. Nous lui souhaitons bonne chance 💪 https://t.co/j38kI50LGJ
17:54RT : Le directeur de l’Humanité, sera en direct sur notre page à 18h, il donnera des info… https://t.co/YHtLRimefk
16:54Marquay : Recueil de fonds pour restaurer l’église -> https://t.co/KkmxI011pP
15:40Coulounieix-Chamiers : Jour de fête pour les enfants -> https://t.co/KAM6R3WoBD

Michel Delpon, le député loin d’être En Marche forcée

Politique

Par la magie d’une étiquette LERM, Michel Delpon entrait à l’Assemblée nationale il y a bientôt un an. Petit tour d’horizon politique avec le député En Marche du Bergeracois.

Delpon, Macron... Macron, Delpon... Dans tous les sens, ça rime. Et comme disait Brassens, « le temps ne fait rien à l’affaire ». De monsieur 1,07 % en 2012, Michel Delpon est devenu député du Bergeracois. Voilà bientôt un an qu’il est En Marche sur le territoire. Les mois se suivent et se ressemblent, et en ces temps de luttes sociales, et à l’heure où un vent de cacophonie règne sur le parti présidentiel, on s’est demandé ce que l’élu local jetait comme regard sur sa direction nationale. Forcément, on prend les points chauds de l’actualité, et sans surprise, on n’est pas déçus. Acte I : la loi Asile et Immigration. Michel Delpon a voté pour, sans hésitation aucune.

« On ne peut pas ouvrir les vannes à tous les migrants », Michel Delpon

Le parlementaire a plusieurs arguments pour justifier son vote. Le plus beau, une phrase piquée à Michel Rocard : « On ne pas pas ouvrir les vannes à tous ». Et Michel Delpon poursuit : « Nous avions besoin d’être plus rigoureux sur ce sujet extrêment sensible. Des efforts ont été faits avec le terme des camps frontaliers ou l’évacuation de la Porte de la Vilette à Paris, mais il y avait un besoin et une volonté de raffermir le traitement de cette question ». Le député l’avoue sans sourciller, il n’a pas eu « besoin d’être con-vaincu pour voter cette loi ». Quant au semblant de fronde qu’a pu susciter ce texte, notamment par la fuite du marcheur Jean-Michel Clément, Michel Delpon vend l’hétérogénéité de son mouvement comme une force : « Lerm est composite avec des députés d’horizons très différents, l’objectif c’est l’écoute, la discussion et on décide ». Et prend l’exemple de son homologue lotoise Huguette Tiéna : « C’est une députée qui n’était même pas française il y a un an. Aujourd’hui elle est une élue républicaine grâce à sa naturalisation, son premier vote a été pour son propre nom ». Le second pour la loi Asile et Immigration. Bon ben là évidemment ça justifie complètement qu’on puisse enfermer durant trois mois des gamins fuyant la guerre et qu’on escorte Génération Identitaire dans ses actions facistes pendant que Trump salue les Français... Acte II : la réforme SNCF. Là encore, Michel Delpon l’a votée, et précise en direction de tous les sceptiques : « Contrairement à ce qui est véhiculé, ce n’est pas une privatisation. La SNCF reste une entreprise d’Etat qui a besoin et l’obligation d’être ouverte à la concurrence ». Ok, on n’a pas fait les mêmes études, mais on a deux trois exemples d’ouverture à la concurrence qui ont mal fini quand même, genre La Poste ou France Telecom. Et bien on vous le donne en mille, c’est sur les cendres de ces deux services publics que le parlementaire appuie ses propos : « On le voit bien aujourd’hui le dynamisme commercial qui s’est installé pour ces deux entités et qui n’existait pas à l’époque. Je suis certain que demain on sera fier de cette réforme Sncf qui va obliger les investisseurs à améliorer le service aux clients (sic) et qu’on sera tous gagnants dans ce changement ». Allez, parce qu’on est sympas, on épargne aux cheminots privilégiés et aux citoyens soucieux d’une certaine idée solidaire de la société, le laïus sur la « perforfance » et la « compétitivité ». Malgré tout on ne peut passer sous silence : « C’est un peu dommage que les cheminots s’accrochent, car ça pertube le tourisme de saison ». Acte III : Macron le président des riches. « Non », jette sans tergiverser le député, « Emmanuel Macron a apporté une rupture dans le pays en dépassant les clivages politiques. Au niveau international, la France est aujourd’hui regardée avec envie, on le voit notamment aux USA ». Croissance, PIB, chômage, aux yeux de Michel Delpon tous les paramètres économiques vont dans le bon sens. « Peut-être que les premières mesures, notamment fiscales, ont pu susciter cette image de président des riches », concède le parlementaire, « mais la taxe d’habitation va être supprimée pour tout le monde l’an prochain ». Euh, sauf à Bergerac... C’est ce qu’on appelle déshabiller Manu pour habiller Frédo. Mais ça dans la bascule ça pèse pas bien lourd. D’ailleurs Michel Delpon en est certain : « Demain, du fait de la croissance et sans augmenter les impôts, le président va relâcher, et s’attacher à aller vers les classes moyennes voire vers la pauvreté. La deuxième partie de son mandat sera plus à gauche. Il fallait assainir, réformer. Tout est bien engagé pour que demain nous ne soyons plus le gouvernement des riches, mais celui de tous les Français ». Bon, au moins c’est clair, avec Lerm, c’est une marche tranquille où chomeurs, retraités, précaires, étudiants et tous les non nantis de ce pays devront se montrer patients, voire supers patients, ou s’ils anticipent se préparer à de fortes désillusions.

Max 90 Premium SE