Fil info
20:50Brive-la-Gaillarde : Ils ont des chapons bien ronds -> https://t.co/Rdbcp7yXFh
20:29Corrèze : Des lanternes vraiment éclairantes ? -> https://t.co/GWu4PM1g5r
19:26 Quels sont les matchs qu'il faut perdre? ;-)
19:25Indre : Le Poinçonnet se sort du piège -> https://t.co/X8iPrtYkY8
19:22Argenton-sur-Creuse : Le Comité de défense de la gare toujours en colère -> https://t.co/17cx454dXi
19:22 Cc .
19:21Châteauroux : Saint-Denis : les habitants ne désarment pas -> https://t.co/140zpPbZ8H
19:21Indre : Acte V : 150 à 200 manifestants dans le froid -> https://t.co/z2o1ekVOlP
19:03Les Gilets jaunes sur la RN145 et au Monteil-au-Vicomte https://t.co/QQb4K4ZdF5
18:59Et un acte V. La détermination des gilets jaunes de la Creuse unie ne faiblit pas. Ils poursuivaient la mobilisati… https://t.co/MOksBVlhkr
18:39Coulounieix-Chamiers : Éco-responsabilité : la Dordogne veut montrer l’exemple -> https://t.co/T0zkgGmhqG
18:13Périgueux : Une boutique pleine de couleurs et de saveurs -> https://t.co/DtJI4a4Iwz
18:12Sarlat-la-Canéda : Des dossiers techniques et divers -> https://t.co/9oKO7Eut2C
18:06 la place du Civoire se fait Agora. Prises de paroles appel à signature pour le référendu… https://t.co/dfl60aFI9B
17:44 dépôt de bougies place du Civoire en mémoire des victimes de l'attentat de Strasbourg et des G… https://t.co/0XFkJ1jGZo
17:21Neuvic : «Je filme le métier qui me plaît» -> https://t.co/q8BgC4x8Gn
17:01 à peine 17h sous la halle Brassens une centaine de personnes se prépare à marcher dans les ru… https://t.co/1efHVajX5Y
17:00Périgueux : Les Gilets jaunes restent mobilisés -> https://t.co/01RuEzIp1S

Le barbec’ des convergences ce mercredi en gare de Bergerac

Social

Les cheminots de Bergerac organisaient à midi un barbecue devant la gare. En cette journée de non grève, les cheminots ont souhaité par cette action sensibiliser les usagers à leur mouvement.

Si les drapeaux de la CGT, Sud Rail et Solidaires flottent sur le parvis de la gare, la circulation des trains n’est ce mercredi aucunement perturbée. Après deux mois et demi de grève perlée et de manifestations, les cheminots de Bergerac ont décidé de modifier leur communication. « Nous voulions rencontrer les usagers autour d’un moment con-vivial », explique Fabien Causevic, responsable CGT local des cheminots, « avec un verre et un sandwich, les esprits sont plus à même à discuter, à échanger et comprendre le pourquoi de notre grève ».

« Nos gouvernants sont des seigneurs féodaux », un cheminot

Sur les coups de midi, les voyageurs commencent à arriver et se prêtent volontiers à la discussion avec les cheminots. Force est de constater que la soit-disante hostilité des usagers à l’égard des grévistes est loin d’être aussi prégnante que ce qu’on voudrait faire croire. « On comprend tout à fait leur action », souligne cet étudiant, « le service public mérite un tel combat ». Les échanges sont cordiaux, et la caisse de soutien aux cheminots se remplit petit à petit. Si pour beaucoup la fin de mois risque d’être serrée en terme de bulletin de paie, c’est surtout la réaction solidaire des usagers à leur égard que les cheminots mettent en exergue. « ça met vraiment du baume au cœur », avoue Thibault Lafage, militant Sud Rail, « les gens ont vraiment conscience que cette bataille du rail n’est pas corporatiste, mais touche tout le monde. Cette réforme, c’est carrément la casse de notre modèle social, de notre vivre ensemble ». Une lutte d’intérêt général que tous les cheminots promettent d’inscrire dans le temps si aucune avancée notable n’est conclue avec le gouvernement. « On nous avait pronostiqué un essoufflement du mouvement, cela a été démenti », poursuit le syndicaliste, « peut-être que les cheminots vont lever le pied durant l’été, mais ça reprendra après, car les causes du mal seront toujours là ». Aucun des cheminots bergeracois ne se fait en effet d’illusion quant aux supposées discussions entamées avec le gouvernement. « Ces gens-là sont des boîtes enregistreuses qui ne proposent aucune avancée. Qu’attendre de plus de personnes qui gouvernent par ordonnances ? Macron est un petit monarque qui refuse tout dialogue ». Les révélations sur un projet caché de privatisation de certaines filiales de la SNCF publiées il y a quelques jours dans les médias ne font que confirmer les craintes des grévistes. « La défense du service public est la seule ambition qui nous anime dans ce combat. Nous ne pouvons pas laisser cette entreprise publique, comme les hôpitaux, les maisons de retraites, les énergies, les télécommunications, propriétés de tous les Français, aller dans le giron du pouvoir de l’argent. C’est tout simplement un vol manifeste ». Les cheminots donnent rendez-vous mardi à 17 h devant le tribunal de Bergerac à l’occasion de la manifestation de défense des services publics.